/lifestyle/psycho
Navigation
Psycho enfance

Comment comprendre les chicanes d’enfants ?

Chicane
illustration benoit tardif, colagene.com

Coup d'oeil sur cet article

Je ne sais plus quoi faire pour que ça arrête, mes enfants se chicanent tout le temps… on dirait même qu’ils font exprès de se talonner plutôt que se trouver quelque chose à faire. Y a-t-il des trucs pour aider? Signé: une maman qui veut l’harmonie et la paix dans ses oreilles.

Je ne sais plus quoi faire pour que ça arrête, mes enfants se chicanent tout le temps… on dirait même qu’ils font exprès de se talonner plutôt que se trouver quelque chose à faire. Y a-t-il des trucs pour aider? Signé: une maman qui veut l’harmonie et la paix dans ses oreilles.

Plus les enfants avancent en âge, plus ils expriment leur rivalité. Lorsqu’ils sont tout petits, cela s’exprime de façon non verbale, soit en donnant un coup, en retirant le jouet de l’autre, en poussant, etc. Ils cherchent à prendre leur place de cette façon, ce qui leur permet d’exprimer différents besoins, notamment se distinguer des autres, occuper une place de plus grand ou avoir besoin de l’attention du parent.

En grandissant, ils acquièrent la capacité de jouer avec les mots. Avec cette habileté viennent les chicanes plus verbales et les gros mots, ce qui peut finir en véritable bagarre et être assurément dérangeant pour les parents.

Mais la rivalité fait partie du développement des membres d’une famille, selon les étapes d’évolution. Plusieurs besoins peuvent s’exprimer par cette rivalité-chicanes: besoin d’avoir son parent à lui tout seul, besoin de se sentir aimé et apprécié, besoin de reconnaissance (être valorisé) ou d’être différent de son frère ou de sa sœur.

L’enfant s’exprime peut-être aussi sur sa volonté d’être meilleur que l’autre, de confronter les règles familiales, d’avoir sa «bulle», de s’affirmer, de se définir comme personne à part entière ou d’exprimer tout haut ce que les parents pensent tout bas. Il peut aussi chercher une alliance avec un parent, revendiquer la place de l’autre, faire sortir sa colère, exprimer un sentiment d’injustice, extérioriser une tension familiale, etc.

Inévitable

J’entends souvent des parents dire: «Je voudrais tellement qu’ils s’aiment et qu’ils s’entendent bien!» Tendance bien légitime des parents qui est de chercher l’harmonie entre les enfants. Mais ce n’est pas parce qu’il y a des chicanes qu’il n’y a pas d’amour entre eux. Vivre à plusieurs sous le même toit, avec des goûts, des intérêts, des façons d’être différents engendrera inévitablement des confrontations.

Et devoir partager un espace une journée en continu, et même une semaine, avec quelqu’un de différent de soi peut être suffisamment irritant pour créer une chicane. Pensez à vous et à votre conjoint(e)...

Comprendre d’où vient la chicane ou ce qu’elle traduit peut aider à prendre une distance et à être moins envahie par celle-ci.


La psychologue Nathalie Parent a publié plusieurs ouvrages.

 

Commentaires