/finance/news
Navigation
Assureur

Devrait-on faire une réclamation à son assurance pour un petit montant?

Bloc situation argent
Photo Fotolia Un assuré doit d’abord considérer la franchise à verser, soit la somme à payer avant d’obtenir un remboursement.

Coup d'oeil sur cet article

Une police d’assurance évite d’avoir à assumer les coûts découlant de sinistres, d’accidents ou de vols. S’il est tout à fait logique de réclamer pour un incendie majeur ou un accident, demander un remboursement pour des petits montants peut s’avérer plus coûteux, et ce, pour plusieurs années.

La plateforme ClicAssure précise qu’avant de demander une réclamation, un assuré doit d’abord considérer la franchise à verser, soit la somme à payer avant d’obtenir un remboursement.

«Le but premier de l'assurance est de vous protéger en cas d'imprévu coûteux», a affirmé Joe Daly du Mouvement Desjardins. «Ce n'est habituellement pas une bonne idée de réclamer un petit montant à votre assureur. Vous risqueriez de devoir le payer vous-même de toute façon, selon votre franchise», a-t-il expliqué.

Ironiquement, ce sont souvent les assurés eux-mêmes qui choisissent de relever le montant de la franchise. Cette option leur permet de réduire leur prime annuelle. Si rien ne se produit, ce choix peut s’avérer intéressant, mais si un pépin survient, une forte franchise représente un net désavantage.

Par exemple, une bicyclette volée d’une valeur de 150 $ ne doit pas faire l’objet d’une réclamation si la franchise à payer est de 500 $. Mieux vaut tout simplement se procurer une nouvelle monture, comme le font plusieurs autres cyclistes au Canada, où 100 000 bicyclettes sont volées en moyenne, chaque année.

Chantal Gagné, directrice de la souscription corporative chez Desjardins assurances générales nuance toutefois cette idée. «L’agent d’assurance doit voir à ce que son client soit protégé adéquatement. Si quelqu’un possède un vélo de grande valeur, il pourrait prendre une assurance spécifique», précise Mme Gagné.

Des impacts sur la prime

Toutes les réclamations n’ont pas le même impact sur la prime annuelle.

«L’expert en sinistres évalue les dommages et ce qui peut être remboursé ou pas. Si l’assuré le souhaite, il lui sera possible de connaître l’impact sur sa prime. Il ne lui restera alors qu’à déterminer s’il veut demander le remboursement», précise Mme Gagné.

De façon générale, selon ClicAssure, si une personne a multiplié les réclamations en quelques années, demander un remboursement pour un incident mineur pourrait inciter l’assureur à supprimer certaines protections (dont la valeur à neuf) ou à augmenter le montant de la franchise.

Commentaires