/misc
Navigation
Planète basket

Une arbitre québécoise très douée

Planete Basket
Photo de courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Maripier Malo était une joueuse de basketball talentueuse. Maintenant devenue arbitre, elle excelle tout autant. À tel point qu’il lui est permis de rêver d’arbitrer aux Jeux olympiques.

Maripier Malo était une joueuse de basketball talentueuse. Maintenant devenue arbitre, elle excelle tout autant. À tel point qu’il lui est permis de rêver d’arbitrer aux Jeux olympiques.

Maripier Malo a toujours été intriguée par le métier d’arbitre. En 2008, à son retour à Montréal après avoir joué pendant quatre saisons pour l’université St. Bonaventure dans la division 1 de la NCAA, sa curiosité la pousse à suivre une formation d’arbitre.

Une ascension fulgurante

Son passé de joueuse de haut calibre, son calme et son excellent jugement font d’elle une recrue au potentiel incroyable. Rapidement, elle grimpe les échelons. À sa troisième année comme arbitre, elle fait déjà son entrée sur le circuit collégial AA masculin et féminin.

«Comme arbitre, il faut savoir bien réagir sous pression et être capable de travailler en équipe. Je me dois d’être toujours bien placée sur le terrain afin de prendre les bonnes décisions au bon moment. C’est un peu comme si je revivais le stress et le plaisir d’être une athlète», explique la jeune femme de 29 ans qui enseigne aussi l’éducation physique au Collège Jean-Eudes à Montréal.

Vers les plus hauts sommets

Durant l’été 2011, lors d’un camp d’arbitrage à Vancouver afin qu’elle puisse arbitrer au niveau collégial AAA, Maripier se fait remarquer par Basketball Canada. On lui propose de participer à un camp d’arbitrage en Colombie, en Amérique du Sud.

«Après trois avions, quatre heures de minibus dans les montagnes, je suis arrivée dans une petite ville. Évidemment, je ne parle pas l’espagnol. Et je réalise que je suis la seule Canadienne ou Américaine à ce camp. Et ce sont les grosses équipes nationales de Cuba et du Mexique qui sont là en préparation pour le Championnat FIBA Amériques.»

Sa performance sur le terrain et ses résultats aux divers examens (théorique, anglais, physique et pratique) lui permettent d’obtenir sa certification pour arbitrer au niveau international, un fait rarissime pour une arbitre aussi peu expérimentée.

Au cours des deux derniers étés, Maripier a arbitré plusieurs tournois internationaux. Elle s’est rendue à Porto Rico en 2012 pour le Championnat FIBA Amériques féminin U18. Elle a arbitré au Championnat du monde féminin U19 en Lituanie en 2013 et elle revient tout juste du Championnat mondial féminin U17 qui avait lieu en République tchèque.

«J’ai eu la chance d’arbitrer la grande finale en République tchèque. C’était plein à craquer et le match était diffusé à travers le monde. Le match était super serré et je devais être très concentrée, mais c’est une énergie qui me drive», admet-elle.

Actuellement, la Montréalaise est au Mexique pour le Championnat CentroBasket, un tournoi qui permet aux équipes d’Amérique centrale et des Caraïbes de se qualifier pour le Championnat FIBA Amériques.

Les défis de l’international

Chaque tournoi international dure entre 10 et 14 jours et Maripier doit arbitrer avec deux nouveaux partenaires venus de partout dans le monde à chaque partie. Parfois, certains d’entre eux parlent à peine l’anglais.

«Pour se comprendre, on travaille avec les gestes ou avec la communication des yeux. C’est une question d’adaptation», de dire Maripier, qui est la seule Québécoise parmi 22 Canadiens – dont cinq femmes seulement – à avoir sa certification pour arbitrer au niveau international.

En route vers les JO

Comme chaque athlète de haut niveau, l’objectif ultime demeure une participation aux Jeux olympiques. Et Maripier ne fait pas exception à cette règle même si elle est devenue arbitre.

«C’est l’événement sportif ultime qui réunit les meilleurs du monde, autant chez les athlètes, les entraîneurs que les arbitres. Je ne me suis pas fixé d’objectifs précis pour 2016 et 2020, mais si l’opportunité se présente, je vais être super contente. Je fais tout en mon possible pour y arriver. Je suis sur la bonne voie.»

 

Commentaires