/world
Navigation
Écrasement | Air Algérie

Elle n'était pas sur le vol à cause d'un accouchement imminent

Coup d'oeil sur cet article

LONGUEUIL – La conjointe d'un passager qui se trouvait à bord du vol AH5017 d’Air Algérie qui s’est écrasé jeudi, au Mali, a échappé de peu au pire.

Enceinte, elle a dû rester chez elle, à Longueuil, à cause d'un accouchement imminent. Elle a toutefois perdu son mari et plusieurs proches dans la tragédie.

Son mari, Wilfred Somda, accompagnait quatre Québécois d'une même famille de Longueuil soit son frère Winmalo Somda, son épouse Angélique et leurs enfants Nathanael et Arielle, tous originaires du Burkina Faso, et qui résidaient depuis cinq ans au Québec.

Wilfred Somda, résidait lui aussi à Longueuil, sans être toutefois citoyen canadien. Originaire également du Burkina Faso, Wilfred et sa femme enceinte vivaient au Québec depuis deux ans. Le couple avait déjà un enfant.

Wilfred Somda avait quitté le Québec il y a deux semaines avec son frère Winmalo, la conjointe de ce dernier et leurs deux enfants pour aller célébrer le 50e anniversaire de mariage de ses parents.

Son épouse lui avait parlé mercredi soir, tout juste avant qu'il n'embarque dans l'avion et elle n'a plus eu de nouvelles depuis. Il devait être de retour jeudi, avec les autres membres de leur famille.

Consternation

Une amie de la famille, Hélène, était atterrée par les événements jeudi.

«C'était comme notre fils et elle était comme notre fille [...] Ils étaient venus [du Burkina Faso] au Canada pour avoir une meilleure vie, pour eux et leurs enfants», a-t-elle raconté à TVA Nouvelles.

«Je suis virée à l'envers, mais je ne peux pas rien faire pour ça», a laissé tomber Hélène, la voix émue.

Au moins 116 personnes se trouvaient à bord du vol d'Air Algérie faisant la liaison entre Ouagadougou, capitale du Burkina Faso et Alger. L'appareil, loué à la compagnie Swiftair, devait atterrir en Algérie à 5 h10 du matin (GMT). Il s'est écrasé moins d'une heure après son décollage.

Commentaires