/news
Navigation
HitchBOT

Le robot «auto-stoppeur» est au Nouveau-Brunswick

QMI_lfp28wHitchbot
Photo Reuters Le robot est équipé d’un GPS permettant de suivre ses déplacements.

Coup d'oeil sur cet article

HitchBOT, ce robot qui tente de traverser le Canada d’un bout à l’autre en faisant de l’auto-stop est maintenant tout près de Moncton au Nouveau-Brunswick.

Parti dimanche matin de Halifax en Nouvelle-Écosse, le robot conçu par deux chercheurs universitaires de l’Ontario a emprunté la route 102 vers le nord pour traverser au Nouveau-Brunswick.

Un peu avant 20h dimanche, le site Internet du robot indiquait que HitchBOT était quelque part entre Moncton et Shediac.

Le robot est équipé d’un GPS permettant de suivre ses déplacements.

David Harris Smith, de l’Université McMaster, à Hamilton, et Frauke Zeller, de l’Université de Toronto, ont créé hitchBOT. Le robot est équipé d’une main faisant le signe de l’auto-stop, d’une caméra, de bottes et d’un système lui permettant de parler avec les gens.

Le cerveau informatisé du HitchBOT est protégé par une cloche à gâteau, son torse est un tonneau de bière recouvert d’un panneau solaire et ses bras et ses jambes sont faits de flotteurs de piscine communément appelés «nouilles».

S’il parle, HitchBOT ne marche toutefois pas entre les transports. Il reste en bordure de route jusqu’à ce que le prochain automobiliste veuille bien lui offrir son aide.

Les chercheurs qualifient cette expérience de «projet de collaboration artistique» et ils tentent de déterminer si l’humain est digne de confiance.

HitchBOT a même sa propre page Facebook où on peut suivre les péripéties de son voyage de quelque 6000 km. On peut y voir la photo des premiers bons samaritains à s’être arrêtés, un couple qui a offert une place dans sa voiture au sympathique engin aux bottes de pluie jaunes.

Sa page Facebook compte plus de 1000 adeptes.

Commentaires