/sports/others
Navigation
Basketball | Planète basket

Les Hoosiers en ville

BKC-73729323

Coup d'oeil sur cet article

L’équipe masculine de basketball de l’université de l’Indiana amorce dès demain une tournée canadienne de cinq matchs en six jours. Quatre de ces rencontres auront lieu dans la grande région métropolitaine.

L’équipe masculine de basketball de l’université de l’Indiana amorce dès demain une tournée canadienne de cinq matchs en six jours. Quatre de ces rencontres auront lieu dans la grande région métropolitaine.

Durant leur séjour en sol montréalais, les Hoosiers de l’université de l’Indiana (IU) affronteront tour à tour les équipes masculines des universités Laval, d’Ottawa, McGill et l’UQAM. IU quittera le Québec pour disputer un match contre l’Université ­Carleton à Ottawa.

Même si les Hoosiers (17-15) n’ont pas participé au tournoi du March Madness le printemps dernier, ils demeurent de redoutables adversaires.

«Même s’ils ont six recrues au sein de leur formation, c’est une équipe au talent et gabarit incroyables, explique Olga Hrycak, l’entraîneuse des Citadins de l’UQAM. Huit de leurs 14 joueurs font plus de 6 pi 7 po!!! Ils ont quatre joueurs de 6 pi 4 po et un meneur de 6 pi qui est vraiment excellent. Ce sera difficile de les affronter, j’ai seulement un gars de 6 pi 9 po et deux de 6 pi 5 po. Mes ­autres joueurs sont moins grands. J’espère que nous sommes plus ­rapides. Ce sera tout un défi pour nous.»

Équipe prestigieuse

Le programme masculin de l’IU est l’un des plus prestigieux programmes universitaires américains. Les Hoosiers ont une longue tradition d’équipes ­victorieuses.

IU a remporté cinq championnats nationaux (1940, 1953, 1976, 1981 et 1987), ce qui les place à égalité au troisième rang – avec l’Université de la Caroline du Nord – des programmes les plus titrés de la NCAA.

Riche en traditions

Au cours de leurs 114 ans d’existence, les Hoosiers ont également bâti une ­histoire riche en traditions.

Par exemple, IU n’inscrit jamais le nom d’un joueur à l’endos de son uniforme. Seul le nom de l’équipe est visible sur la camisole et les survêtements. La notion que l’équipe est plus importante qu’un joueur est primordiale à IU.

C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on n’a jamais retiré le numéro d’un joueur. Même pas ceux d’Isiah Thomas et Walt Bellany, deux membres du Temple de la renommée du basketball.

Depuis les années 1970, les Hoosiers sont également reconnus pour leurs pantalons de survêtement rayés aux couleurs de l’équipe, pourpre et crème.

Un état passionné de basket

Dans l’état de l’Indiana, le basket est l’un des sports les plus populaires. La légende veut que lorsqu’on sort de la maison, on peut toujours voir deux paniers de basketball, le sien et celui des voisins.

Et il n’est pas rare de voir des milliers de spectateurs à un match de basket d’école secondaire.

«En Indiana, nous avons les plus grands gymnases d’écoles secondaires au monde. Par exemple, à New Castle, le gym peut accueillir plus de 9000 spectateurs», indique Andrew Wyss, l’entraîneur-chef du programme féminin de l’école secondaire de Northrop, à Fort Wayne, Indiana.

Cette passion se reflète aussi au niveau universitaire. Tous les matchs des Hoosiers sont diffusés à la télévision et à la radio. Et cela ne les empêche pas de faire salle comble à chacune des parties au Assembly Hall – gymnase des ­Hoosiers – qui accueille plus de 17 000 spectateurs.

Années difficiles

Durant la saison 2007-08, l’entraîneur des Hossiers, Kelvin Sampson, a enfreint les règles de recrutement de la NCAA. Après sa démission, le programme de basket des Hoosiers a été mis en probation durant trois ans.

C’est à ce moment que l’actuel entraîneur-chef Tom Crean a hérité des rennes de l’équipe. Ses trois premières saisons ont été misérables avec des fiches perdantes de 6-25, 10-21 et 12-20.

Depuis les choses se sont grandement améliorées.

«Tom Crean aime que ses équipes s’exécutent rapidement à l’offensive. Il recrute des joueurs dont les capacités athlétiques sont incroyables. Il a notamment dirigé Dwyane Wade à Marquette», explique Andrew Wyss qui est également un diplômé de l’Université de l’Indiana et fervent amateur des Hoosiers.

 

Commentaires