/entertainment/shows
Navigation
Félix Leclerc | 100e anniversaire

Une Ariane Moffatt touchante dans la maison de Félix

Ariane Moffatt
Photo Le Journal de Québec, Pascal Huot Seule sur scène, Ariane Moffatt a fait le petit bonheur des spectateurs qui sont venus l’entendre dans la maison de Félix Leclerc, hier soir, à l’île d’Orléans.

Coup d'oeil sur cet article

Félix Leclerc n’aurait certainement pu souhaiter plus beau cadeau pour son centième anniversaire de naissance: une Ariane Moffatt touchante et généreuse, seule sur scène dans l’intimité de sa maison sur son île d’Orléans.

Arrivée au crépuscule d’un congé de maternité d’un an, l’auteure-compositrice-interprète a repris récemment ses instruments et c’est elle qui était la vedette, hier soir, du concert-bénéfice annuel de l’Espace Félix-Leclerc.

C’était seulement son deuxième concert depuis la naissance de ses jumeaux et force est d’admettre qu’Ariane Moffatt n’a pas perdu la main pendant qu’elle changeait des couches. Peu rompue à l’exercice du show en solo, elle s’en est sortie avec brio.

«Félix a sûrement dû chanter seul avec sa guitare et il n’a pas dû s’en faire avec ça», a-t-elle philosophé.

Débordant allègrement des soixante minutes qui lui étaient allouées, elle a ravi la centaine de personnes présentes avec des relectures dépouillées et senties, au piano et à la guitare, des principaux succès de son répertoire, de Je veux tout à Point de mire. Avec, bien entendu, un petit détour chez Félix, dont elle a si bien repris Le tour de l’île.

Ariane Moffatt a évoqué avec grande sensibilité la maternité, thème de circonstances dans son cas. D’abord avec Poussière d’ange, encore plus émouvante en mode piano-voix. Puis avec Maman, à partir d’un texte de Clémence Desrochers, une artiste appréciée de sa mère, présente dans la salle.

Les spectateurs ont aussi eu droit à un avant-goût de son prochain album: la chanson Domenico, dédiée à un itinérant décédé récemment et qui était bien connu dans le quartier de Montréal où habite Ariane.

Cap sur l’Europe

Cette soirée était toute spéciale pour Nathalie Leclerc, la fille de Félix, qui quitte la direction générale de l’Espace Félix-Leclerc. Dans une semaine, elle part pour Paris pour un an. Le but de ce séjour outre-mer? Présenter en France, en Belgique et en Suisse une exposition itinérante consacrée à son père.

Car en Europe, a-t-elle constaté quand elle a montré l’exposition à la grande Bibliothèque François Mitterand, Félix n’a pas été oublié.

«Les gens de cinquante ans et plus sont venus me voir, les yeux dans l’eau, et m’ont félicitée. Ils se souviennent de lui comme au Québec. J’en suis très émue», a confié Mme Leclerc.

C’est Carine Filion, une ancienne notamment du Musée national des beaux-arts du Québec, qui prendra la relève de Nathalie Leclerc à la Fondation et à l’Espace Félix-Leclerc.

 

Commentaires