/entertainment/events
Navigation
Années 50

Le regard d'une New-Yorkaise sur le Québec des années 50

Coup d'oeil sur cet article

NEW YORK | La photographe new-yorkaise Lida Moser s'est éteinte mardi à l'âge de 93 ans. Cette grande amoureuse du Québec laisse derrière elle un nombre impressionnant de 4000 photos de la province prises dans les années 50 et 70. Ses clichés seront exposés en février au Musée national des beaux-arts du Québec.

En 1950, Lida Moser, âgée d'à peine 30 ans, reçoit le mandat du magazine Vogue de partir en reportage au Canada.

C'était l'époque des grands photoreportages avant l'arrivée de la télévision. Ne connaissant absolument rien du Québec, elle débarque à Montréal avec sa caméra Speed Graphic et une Rolleiflex.

«Ses plans ont changé dès son arrivée. Elle est immédiatement tombée sous le charme et s'est intégrée dans la vie montréalaise», dit Anne-Marie Bouchard, chercheuse en histoire de la photographie et commissaire de l’exposition pour le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ).

Limousine de Duplessis

La photojournaliste rencontre alors Paul Gouin, fils de l’ancien premier ministre Lomer Gouin. Il lui propose de partir avec lui sur les routes du Québec dans une limousine prêtée par le gouvernement Duplessis.

Ils partent accompagnés de Luc Lacoursière, auteur et chercheur à l'Université Laval et Félix-Antoine Savard, écrivain. Elle surnomme leur groupe «les quatre mousquetaires».

Pendant les deux mois de ce périple, Lida Moser prendra 2000 photos de toutes les régions du Québec et ses habitants.

Amour du Québec

Elle est restée très attachée au Québec durant les 50 années suivantes, elle est même revenue dans les années 70 pour reprendre près de 1000 photos des mêmes paysages.

Elle a au fil des ans tissé des amitiés avec d'autres artistes comme Jean-Claude Labrecque et Phyllis Lambert.

«Mon reportage au Québec, plus que n’importe quel autre, m’a procuré la plus profonde et la plus enrichissante expérience de toute ma carrière», a-t-elle confié en 1979.

«Ce qui la fascinait du Québec, c'était de voir à quel point le peuple avait réussi à conserver sa culture française, mais aussi intégré plusieurs influences. Elle trouvait la culture riche et métissée», explique Anne-Marie Bouchard.

Lida Moser est décédée mardi dans sa maison près de Washington D.C. au moment où le MNBAQ préparait une exposition rétrospective de son travail.

«J'ai espéré jusqu'à la toute fin qu'elle vienne au Québec, mais elle était trop vieille. Elle était ravie qu'on monte une exposition de son oeuvre», dit Anne-Marie Bouchard, qui a rencontré Mme Moser chez elle en mars dernier.

Le gouvernement du Québec a acheté en 1994 près de 4000 négatifs et 500 tirages de ses photos du Québec. Jacques Parizeau aurait favorisé cette transaction qui a demandé près d'un an de négociations.

«Son voyage au Québec l'a habité longtemps. À son retour à New York, elle dessinait des cartes de son périple pour ne pas oublier et 40 ans plus tard, elle a même proposé un scénario inspiré de son voyage au Québec à l'ONF», raconte Anne-Marie Bouchard.


  • Lida Moser est née à New York dans les années 20. Elle a consacré sa vie à la photographie jusque dans les années 60 et n'a jamais eu d'enfants.
  • L'exposition «1950, Le Québec de la photojournaliste américaine Lida Moser» sera présentée du 19 février au 10 mai 2015 au Musée national des beaux-arts du Québec.
Commentaires