/entertainment/tv
Navigation
4th and Loud

Paul Stanley et Gene Simmons, c'est du sport!

Gene Simmons, Paul Stanley - LA KISS _ Season 1, Episode 1 - Pho
photo coutoisie

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Tout a débuté avec les cheerleaders. «Nous avons des danseuses incroyables, et ce ne sont pas des cheerleaders», affirme Paul Stanley de Kiss qui est copropriétaire – avec Gene Simmons – de l’équipe L.A. Kiss de la Ligue de football d’arénas. «Les Cheerleaders sont presque devenues adolescentes et asexuées, totalement castrées. Nous voulions avoir des filles qui sont des femmes. Et elles dansent mieux.»

TORONTO | Tout a débuté avec les cheerleaders. «Nous avons des danseuses incroyables, et ce ne sont pas des cheerleaders», affirme Paul Stanley de Kiss qui est copropriétaire – avec Gene Simmons – de l’équipe L.A. Kiss de la Ligue de football d’arénas. «Les Cheerleaders sont presque devenues adolescentes et asexuées, totalement castrées. Nous voulions avoir des filles qui sont des femmes. Et elles dansent mieux.»

«Je ne veux pas la fille d’à côté. Je veux la fille qu’on aimerait qui habite à côté.» Paul et Gene ont certainement suivi un cours accéléré sur la différence entre la musique et le sport. Leur progrès et les épreuves qu’ils ont traversées lors de la saison inaugurale de leur équipe peuvent être appréciées dans la téléréalité 4th and Loud, qui débutera le mardi 12 août sur AMC.

«Dans la musique, il n’y a pas ce type de compétition qui fait qu’à la fin d’une tournée, tu es considéré comme un perdant, indique Paul Stanley. Si tu entreprends une tournée en te disant “est-ce qu’on va faire les demi-finales?”, ça ne donnera pas beaucoup de couleurs à ta tournée. Vous n’êtes pas déclaré deuxième à la fin. Personne ne se rend à toutes les tournées pour tasser des gens en dehors de la course».

Sortir gagnant

4th and Loud commence avec les premiers jours des L.A. Kiss, alors que les choses s’annonçaient mieux en termes de victoires et de défaites. Nous savons maintenant que l’équipe a présenté un dossier de trois victoires et 15 défaites au terme de la saison.

«Perdre est très démoralisant, dit Paul. Pour quelqu’un qui ne vient pas du monde du sport comme moi, écoutez, je n’aime pas perdre. Il y a des parties de tout ça qui sont en dehors de mon contrôle, alors il faut savoir laisser aller. Perdre est décevant, mais gagner est exaltant.»

«J’aimerais que l’on gagne, et cela va prendre plus de temps que prévu.»

En dehors des performances sur le terrain, est-ce que 4th and Loud en sort gagnant? Eh bien, comme on peut s’y attendre, les moments les plus intéressants sont lorsqu’on y voit Paul et Gene.

«Nous sommes les Tiger Woods du football d’arénas, bébé – avant Tiger, personne ne s’intéressait au golf», a dit Gene. Arnold Palmer et Jack Nicklaus ne seraient pas d’accord, mais ne changeront pas le sujet.

«Une fois de temps en temps, un puriste se pointe – parce qu’ils aiment ce qu’ils aiment, que ce soit le football ou quoi que ce soit, et il sont moralisateurs “je connais plus de détails que toi, justifie-moi la raison pour laquelle tu fais partie de ceci”».

«Les églises ne sont pas comme ça. Pourquoi ne pas traiter le sport et le rock de cette façon? Ce qu’on fait, c’est de la messe électrique. Vous n’avez pas à connaître nos chansons (pour apprécier un concert de Kiss ou une partie des L.A. Kiss). Tous sont les bienvenus. C’est une idée beaucoup plus saine».

En parlant d’idées, est-ce que Paul et Gene ont considéré faire porter le maquillage de Kiss aux joueurs?

«Il y a quelques raisons pratiques pour lesquelles nos grands athlètes ne devraient pas porter le maquillage de Kiss, affirme Gene. Pour commencer, il faut le mériter. Deuxièmement, ce doit être du vrai football, alors avoir quelque chose qui coule dans les yeux de quelqu’un qui court sur le terrain et se fait frapper, ce n’est pas une bonne idée.»

Évolution de l’équipe

Paul affirme que l’idée de la téléréalité lui est venue lorsqu’ils ont décidé de devenir propriétaires de l’équipe, pas avant.

«Mais ça faisait beaucoup de sens, dit Paul. Il y avait toutefois certaines limites. Pour moi, la téléréalité est une contradiction. Ou bien vous avez la réalité, ou bien vous avez la télévision. Perdre ma vie à créer une fausse vie, à faire des compromis ou abandonner la réalité pour créer une fausse réalité, je n’avais aucune envie de voir des caméras dans ma cuisine. Vous savez, une émission construite autour du petit Johnny qui se casse un doigt, alors qu’on lui a cassé le doigt pour juste avant de le voir à la caméra… je ne voulais pas ça.»

«Alors ceci documente vraiment l’évolution de l’équipe depuis le début. Certains des trucs qui se passent avec ces gars-là, vous n’en reviendrez pas.»

Alors, qu’est-ce que Kiss connaît au sport qu’ils ignoraient il y a un an?

Paul prend une pause, et dit «qu’ultimement, vous êtes aussi bon que l’est votre docteur.»

 

Commentaires