/news
Navigation
YouTube | Montréalais

Un jeune Québécois prend un égoportrait par jour pendant sept ans

Coup d'oeil sur cet article

Un jeune Québécois a pris des égoportraits tous les jours pendant près de sept ans, et en a tiré une vidéo qui a été vue trois millions de fois sur YouTube.

Le premier cliché d’Hugo Cornellier, un Montréalais de 19 ans, remonte au 8 avril 2008. À cette époque, il avait 12 ans, et le mot «selfie» n’existait même pas.

«Je voulais montrer les changements physiques sur mon visage. J’ai commencé à me prendre en photo tous les jours. Mais je ne savais pas que ça allait durer aussi longtemps», se souvient-il.

L’ado a eu cette idée alors qu’il se fascinait pour l’effet «stop motion» de la nouvelle caméra de son père, capable de prendre des photos toutes les 30 secondes pour en faire une vidéo.

Avec la modeste caméra intégrée dans son ordinateur, le jeune homme prend 50 autoportraits et adore le résultat.

Discipliné depuis son plus jeune âge, il change chaque jour de vêtement et garde la même expression neutre.

«Je ne souris pas. C’est pour mieux voir les transformations sur le visage.»

Vie entière

Pas moins de 2312 égoportraits plus tard, celui qui va faire sa rentrée à l’Université Concordia n’a pas fait relâche.

«Même quand on est allé en vacances à Cuba, j’ai pris mon ordinateur pour prendre des photos chaque jour. Aujourd’hui, je ne vois pas ce qui pourrait m’arrêter de faire ça», raconte-t-il.

S’il maintenait la même discipline jusqu’à 80 ans, il cumulerait 25 000 portraits.

«J’ai dit à ma famille: si je meurs, mettez ma dernière photo dans la vidéo. Comme ça, mes enfants et mes petits-enfants pourront voir le film de ma vie.»

Devant son succès sur YouTube, ses parents se disent très fiers.

«Ce projet, c’était sa propre initiative et sa propre responsabilité. Nous ne lui avons jamais rappelé un seul jour de prendre une photo», témoigne sa mère, Marian Cornellier.

Quand il regarde son montage, Hugo se dit lui-même très ému.

«Je revois des moments de ma vie. Je vois des gens sur les photos qui ne sont plus mes amis, par exemple.»

Curieusement peu visionnée au Canada, sa vidéo a fait le «buzz» au Royaume-Uni, aux États-Unis, en Australie, en Suisse, en France. «J’ai même reçu des courriels du Ghana. Des gens m’ont dit que je les inspirais», dit-il.

Son succès ne lui monte pas à la tête.

«Je ne suis pas un cinéaste professionnel. Je suis juste un gars qui prend des photos.»

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.