/sports/hockey
Navigation
Hockey | Boot Camp

Finale spectaculaire au Centre sportif de Sainte-Foy

Chris Bourque permet à son équipe de soulever la coupe du Boot Camp

L’équipe de la Fondation québécoise du cancer
Photo courtoisie L’équipe de la Fondation québécoise du cancer a remporté les honneurs de la troisième édition du Boot Camp présenté à Sainte-Foy.

Coup d'oeil sur cet article

Chris Bourque a tranché le débat en deuxième période de prolongation en finale, s’offrant ainsi qu’à ses coéquipiers le privilège de soulever la plus grosse coupe du Boot Camp, qui a pris fin hier au Centre sportif de Sainte-Foy.

L’attaquant des Rangers de New York a mis la cerise sur le sundae d’une finale spectaculaire remportée 10-9 par son club de la Fondation québécoise du cancer lors de cette troisième édition de ce tournoi de remise en forme destiné uniquement aux hockeyeurs professionnels et disputé sous la forme de trois périodes de 15 minutes sans arrêt de jeu.

«C’était de loin la finale la plus enlevante qu’on a eue, a claironné l’organisateur Daniel Blouin, qui était encore aux anges lors de l’entretien avec Le Journal. Chris a placé la rondelle dans le top corner. C’était fou!»

Anciens Remparts

Bourque évoluait avec son frère Ryan, Frédérick Roy, Jonathan Audy-Marchessault, Mikael Tam, Charles Lavigne et David Savard.

Membre de l’équipe perdante, Mathieu Perreault, des Jets de Winnipeg, s’est consolé en recevant le titre de meilleur joueur du tournoi, succédant à Ryan Spooner et à Mikhaïl Grigo­renko, qui avaient obtenu pareille distinction lors des deux précédentes années.

«Je suis allé voir Mathieu et Jonathan [Huberdeau], et ils m’ont dit que l’ambiance dans le vestiaire après la défaite ressemblait à perdre le septième match de la finale de la Coupe Stanley. Les gars prenaient ça à cœur.»

Une suite promise

Gonflé à bloc par le succès monstre obtenu au cours du week-end, en partie dû au changement de site, de L’Ancienne-Lorette à Sainte-Foy, Daniel Blouin a confirmé le retour de l’événement en 2015.

«Plusieurs facteurs ont joué en notre faveur: le mauvais temps, six équipes et de gros noms, dont Mats Zuccarello, des Rangers, a-t-il certifié, ajoutant que l’étoile des New-Yorkais avait apprécié son séjour dans la capitale. On est de plus en plus connus, mais il y a encore des gens qui ne nous connaissent pas et ne savent pas que c’est une vraie compétition.»

 
Commentaires