/entertainment/music
Navigation
Mozart’s sister

Démonstration de talents

Mozart's sister
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Peu d’artistes peuvent se vanter d’avoir produit entièrement seul leur album, c’est le cas de la chanteuse Mozart’s sister, dont le premier opus électro-pop, Being, a vu le jour ce mois-ci.

Peu d’artistes peuvent se vanter d’avoir produit entièrement seul leur album, c’est le cas de la chanteuse Mozart’s sister, dont le premier opus électro-pop, Being, a vu le jour ce mois-ci.

C’est avec beaucoup de détermination que Caila Thompson-Hannant de son vrai nom s’est lancée dans cette aventure. Celle qui n’avait que très peu de connaissances informatiques au départ a dû apprendre à utiliser le logiciel Ableton, principal outil de production de l’album.

«Ç’a été très compliqué pour moi d’apprendre à me servir d’un ordinateur. Au début, le son était horrible! Mais après plusieurs mois de pratique, je suis parvenue à maîtriser cet instrument», se souvient-elle.

Deux ans ont été nécessaires à la création de cet opus. Un premier EP, Hello, est sorti en février 2013, confirmant l’intérêt du public pour le travail de l’artiste. En résulte un album dans lequel la voix chaleureuse de Mozart’s sister s’accorde à un son électro-pop teinté de soul et r’n’b.

«Pour moi, c’était une nécessité de tout faire moi-même, car je suis un peu control freak! Je voulais gérer toutes les étapes de production», précise-t-elle.

Si Mozart’s sister se présente en tant qu’artiste solo, il n’en a pas toujours été ainsi. Tour à tour, elle a fait partie des groupes Think About Life, Miracle Fortress et Shapes & Sizes.

Inspiration

Caila Thompson-Hannant trouva son nom de scène d’abord en composant une chanson dont le titre était Mozart’s sister. Une figure à laquelle l’auteure-compositrice-interprète s’identifie, s’étant parfois sentie reléguée au second plan dans sa carrière. La sœur du célèbre compositeur était une brillante musicienne qui est restée dans l’ombre de son frère dû notamment au fait qu’elle était une femme.

Pour la composition de Being, Mozart’s sister avoue avoir été influencée par la musique des années 1990, dont Bjork, Air, Massive Attack et le trip hop.

Montréalaise d’adoption

C’est entièrement en français que cette Montréalaise d’adoption a répondu aux questions. Mozart’s sister avait 17 ans lorsqu’elle est venue à Montréal pour la première fois, c’est également à cet âge qu’elle décide d’emménager dans la métropole.

C’est toutefois en 2007, à l’âge de 22 ans, qu’elle vient définitivement s’y établir.

«Je trouvais Montréal excitante et différente du reste du Canada», explique-t-elle.

Concerts

L’effort mis dans ce premier disque n’aura pas été en vain puisqu’en plus d’avoir fait partie de la programmation de plusieurs festivals (MEG, Osheaga et Festival d’été de Québec), une série de concerts est prévue dont quelques arrêts en sol québécois: le 18 septembre au Late Night Little-Burgundy et le 19 septembre au Cabaret du Mile End.

L’artiste ne compte pas s’arrêter là et prévoit sortir un deuxième opus en 2015.

«Je veux incorporer les instruments acoustiques, travailler avec d’autres musiciens et peut-être un producteur», précise-t-elle.

Commentaires