/misc
Navigation
Planète basket

L’histoire improbable de Samuel Dalembert

Samuel Dalembert était de passage à Montréal, samedi dernier, alors que son ancienne école secondaire, Lucien-Pagé, lui rendait hommage en retirant son chandail.
Photo courtoisie Samuel Dalembert était de passage à Montréal, samedi dernier, alors que son ancienne école secondaire, Lucien-Pagé, lui rendait hommage en retirant son chandail.

Coup d'oeil sur cet article

Né en Haïti, Samuel Dalembert n’a jamais rêvé de jouer au basket dans la NBA. Enfant, il rêvait plutôt de manger plus d’un repas par jour. Son arrivée au Québec a complètement transformé sa vie.

Né en Haïti, Samuel Dalembert n’a jamais rêvé de jouer au basket dans la NBA. Enfant, il rêvait plutôt de manger plus d’un repas par jour. Son arrivée au Québec a complètement transformé sa vie.

Âgé de 33 ans, Samuel Dalembert amorcera l’automne prochain sa 13e saison dans la NBA, un exploit doublement exceptionnel quand on sait que seulement 1,3 % des joueurs de basket atteignent la NBA et que leur carrière ne dure habituellement que quatre à cinq ans.

Le joueur de centre de 6 pi 11 po était de passage à Montréal, samedi dernier, alors que son ancienne école secondaire, Lucien-Pagé, lui rendait hommage en retirant son chandail.

Un potentiel énorme

Quand il est arrivé au Québec d’Haïti en 1995 à l’âge de 14 ans, Samuel Dalembert n’avait jamais touché à un ballon de basket de sa vie.

Mais le fondateur du programme de basketball de Lucien-Pagé à Montréal, Denis Gagnon, a tout de suite vu le potentiel énorme de l’adolescent qui mesurait déjà 6 pi 8 po.

«Ce sont mes joueurs qui m’en ont parlé. Quand je suis arrivé chez lui, Samuel était couché sur un matelas par terre et j’ai vu que ses pieds dépassaient. Il était grand!» se souvient Denis Gagnon.

Un athlète déterminé

Malgré son gabarit avantageux, l’apprentissage du basket n’a pas été facile pour Samuel.

«J’étais athlétique, mais c’était tout. Je ne savais pas jouer au basket», admet humblement Dalembert.

«Il était tellement plus grand que les autres. Les gars arrivaient devant lui et ils reculaient! Il empêchait l’autre équipe de faire au moins 20points par partie. Mais il avait de la misère à en marquer 10», explique son ancien entraîneur.

Dalembert ne s’est toutefois pas découragé et a passé de longues heures dans le gym afin de s’améliorer. Et ses efforts ont porté leurs fruits.

À 17 ans et 6 pi 11 po, il a été recruté pour jouer à la St. Patrick High School, une école secondaire du New Jersey réputée pour développer les meilleurs joueurs de basket aux États-Unis.

Par la suite, le Montréalais d’origine haïtienne a pris la route de l’Université Seton Hall où il a disputé deux saisons en division 1 dans la NCAA.

Choix de première ronde

Puis à 20 ans, Dalembert a fait le saut dans la NBA quand les 76ers de Philadelphie l’ont repêché au 26e rang en 2001. Son exceptionnelle habileté à bloquer des tirs et à réaliser des dunks spectaculaires lui a permis de faire carrière tout au long de ces années.

«Les probabilités (que j’accède à la NBA) étaient contre moi. J’ai grandi dans un pays du tiers-monde dans la pauvreté», s’étonne encore Dalembert qui espère jouer encore quatre ou cinq ans dans la NBA avant de prendre sa retraite.

«Des joueurs de 6 pi 11 po, il y en a plein, d’expliquer Thierry Lindor, un ancien coéquipier à Lucien-Pagé. Mais Samuel était un athlète acharné. Il aurait fait la NBA même s’il avait mesuré 6 pi 5 po.»

Commentaires