/entertainment/movies
Navigation
Nom de code : Novembre

Pierce Brosnan revient dans le monde de l’espionnage

Nom de code : Novembre
Photo Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

BEVERLY HILLS, Californie | Presque 20 ans après ses premiers pas dans le rôle emblématique de 007 avec L’œil de feu: Goldeneye, Pierce Brosnan est de retour dans le monde de l’espionnage.

BEVERLY HILLS, Californie | Presque 20 ans après ses premiers pas dans le rôle emblématique de 007 avec L’œil de feu: Goldeneye, Pierce Brosnan est de retour dans le monde de l’espionnage.

Dans Nom de code: Novembre, un film basé sur une série de romans graveleux signé Bill Granger, Brosnan incarne un ancien agent de la CIA qui se retrouve malgré lui à remplir une ultime mission. En dehors de l’espionnage, Peter Devereaux et James Bond ont peu de choses en commun.

Vous ne retrouverez pas le clan habituel des jolies James Bond Girls, et encore moins un Q ou une M dans ce thriller d’espionnage.

«C’est un homme brut qui a une complexité comme je les aime, a déclaré Brosnan, toujours fringant, portant aussi bien ses 61 ans que sa chemise bleu ciel à col ouvert – c’est-à-dire extrêmement bien. C’est un personnage dans lequel je pouvais me plonger.»

Et, contrairement aux films James Bond, il a pu façonner son rôle plutôt que de suivre la trace de ses prédécesseurs.

«Lorsque je jouais Bond, je me demandais par où j’allais commencer et comment j’allais pouvoir m’approprier le personnage, a expliqué l’acteur. Vous êtes pris entre celui de Roger Moore et celui de Sean Connery. Il a dormi pendant six ans et j’avais l’impression d’être enfermé dans une capsule temporelle. J’avais vu d’autres hommes tenir le rôle et le faire avec talent, mais vous devez mélanger humour pince-sans-rire, rudesse et crédibilité.»

Brosnan a incarné le célèbre agent secret dans trois autres films par la suite, le dernier étant le moins acclamé Meurs un autre jour de 2002.

«Au moment même où je commençais à le saisir, la porte s’est refermée!, a soupiré Brosnan en référence au passage de flambeau à Daniel Craig. Je n’ai que de la gratitude pour cette période, et sans Bond il n’y aurait pas de Nom de code: Novembre

 

Commentaires