/lifestyle/psycho
Navigation
Psycho

Maintenir l’alliance avec votre adolescent

Maintenir l’alliance avec votre adolescent

Coup d'oeil sur cet article

Les parents de Tommy ne savent plus quoi faire pour que leur fils cesse de passer ses journées à ses jeux vidéo en ligne. Alain quant à lui, n'en peut plus des crises de sa fille, de l'entendre crier pour des insignifiances et toujours vouloir avoir le dernier mot. Pour sa part, Sophie aimerait bien que ses deux adolescents aillent un peu dehors, prendre du soleil ne serait-ce que cinq minutes dans la journée.

Les parents de Tommy ne savent plus quoi faire pour que leur fils cesse de passer ses journées à ses jeux vidéo en ligne. Alain quant à lui, n'en peut plus des crises de sa fille, de l'entendre crier pour des insignifiances et toujours vouloir avoir le dernier mot. Pour sa part, Sophie aimerait bien que ses deux adolescents aillent un peu dehors, prendre du soleil ne serait-ce que cinq minutes dans la journée.

Et que dire à Manon qui se sent utile juste pour les repas à sa fille, quand cette dernière lui fait l'honneur d'être à la maison sans bien sûr l'aviser à l'avance, quand elle se tape en plus les transports ici et là de mademoiselle sans la moindre reconnaissance et pour comble, devoir la supporter en train d'être collée à son chum comme si elle était seule au monde!

Pas facile l'adolescence, ni pour celui qui le vit ni pour celui qui doit l'accompagner. L'expression «crise d'adolescence» exprime bien l'intensité des changements rapides et soudains qui se passent au niveau du corps et psychologiquement. L'adolescent n'est plus un enfant et force le parent à changer son mode de relation avec lui.

Prise de conscience

Période d'autant plus difficile pour les parents puisqu'elle arrive souvent en même temps que leur propre crise de mi-temps de la vie. Ils se retrouvent confrontés à gérer la crise de leur adolescent, qui les ramène à leur propre adolescence qui est bel et bien terminée. L'adolescence pousse inconsciemment les parents vers le vieillissement; ils ne seront plus jamais jeunes, n'auront plus cette insouciance de la jeunesse, ils réalisent que les premières amours et les premières découvertes sont terminées pour eux, les deuils à faire de ce corps de jeune (muscles, fermeté, seins, force, peau lisse…). Tout ça peut amener les parents à réagir plus fortement aux comportements de leur adolescent plutôt que maintenir l'alliance et regarder ce qui dérange.

Reprenons les histoires du début pour voir ce qui pourrait se cacher dans les sentiments de chacun : Se peut-il que Sophie et les parents de Tommy aimeraient eux aussi pouvoir faire ce qu'ils veulent sans obligation ou encore se la couler douce. Alain aimerait peut-être que sa fille reste petite et ainsi demeurer le père fort et puissant (lutte contre l'angoisse du vieillissement). Derrière la colère de Manon se cache peut-être l'envie d'être à la place de sa fille et pouvoir recommencer ses amours (confronter à son sentiment d'échec et de solitude).

Expériences et découvertes

Heureusement, même si l'adolescence peut être vécue comme une période d'anxiété pour la famille, les statistiques nous démontrent que la majorité des adolescents sont heureux et s'en sortent bien. L'adolescent se cherche à travers son besoin d'expérimentation et de découverte. Le parent a donc besoin d'être près, mais pas trop pour l'accompagner. Un peu comme lorsque la lionne apprend à ses lionceaux à chasser : elle les laisse expérimenter ses propres façons de faire en se tenant prête à réagir si le lionceau éprouve des difficultés. C'est ce que le parent a fait aussi avec son adolescent lorsqu'il était encore bébé et devait apprendre à marcher : au départ il lui tenait les mains puis peu à peu le parent s'est éloigné pour le laisser aller seul avec ses nouvelles acquisitions.

 

Commentaires