/entertainment/music
Navigation
Kings of Leon

Les dures leçons du passé

Kings of Leon
Photo Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Kings of Leon est un peu amoché en ce moment, mais le groupe n’est certainement pas en miettes. Les rockers de Nashville ont été forcés d’annuler plusieurs spectacles pour permettre à leur batteur, Nathan Followill, de se remettre de fractures aux côtes survenues dans un accident à bord de leur autobus de tournée, le 9 août.

Kings of Leon est un peu amoché en ce moment, mais le groupe n’est certainement pas en miettes. Les rockers de Nashville ont été forcés d’annuler plusieurs spectacles pour permettre à leur batteur, Nathan Followill, de se remettre de fractures aux côtes survenues dans un accident à bord de leur autobus de tournée, le 9 août.

Followill a écrit sur Twitter: «Je suis si furieux de devoir annuler d’autres spectacles, mais je dois m’assurer d’être pleinement remis sur pied avant de remonter sur scène. Alors, je m’excuse auprès de mes admirateurs et les remercie de leur compréhension.»

La tournée organisée pour leur 6e album, Mechanical Bull, était très ambitieuse. Le groupe est sur la route depuis un an et ne se reposera pas avant quelques mois. Kings of Leon a fait beaucoup de chemin depuis qu’il a interrompu sa dernière tournée aux États-Unis, en 2011, mettant fin brusquement à un spectacle à Dallas en raison de tensions internes.

«Je crois que nous sommes maintenant tricotés plus serrés sur le plan musical et personnel, mais aussi sur le plan créatif, a dit le chanteur Caleb Followill en entrevue téléphonique. Nous avons décidé de faire quelque chose de différent pour cette tournée, et de nous mettre à l’épreuve, tout en ayant plus de plaisir à être ensemble sur la route. Pour ce faire, nous avons dû sortir de notre zone de confort.»

Il y a quelque temps, la formation composée des frères Caleb, Nathan et Jared et du cousin Matthew Followill avait expliqué à des journalistes sélectionnés comment ils ont surmonté la soirée fatidique vécue au Texas.

Que s’est-il produit durant les jours, les semaines et les mois qui ont suivi l’interruption du spectacle de Dallas en 2011?

Caleb: Il s’est passé beaucoup de choses. Nous avons tous pris un temps de réflexion, du recul et avons mis la musique de côté. Nous nous sommes interrogés sur ce qui nous rendait heureux dans la vie et nous donnait le goût d’avancer. Nous aurions probablement dû prendre ce temps d’arrêt quelques années plus tôt, parce que nous nous sommes surmenés. Si nous ne nous étions pas arrêtés, nos corps, eux, l’auraient fait à notre place. Certains de mes plus beaux souvenirs appartiennent à la période qui a suivi le spectacle de Dallas, parce que j’ai eu le temps de souffler et de jeter un coup d’œil à nos réalisations. J’ai pu également regarder en avant, vers l’avenir, et envisager où nous pourrions maintenant aller.

Quelle est votre perspective de l’album Mechanical Bull un an après sa sortie?

Nathan: Durant l’enregistrement de l’album­­, nous ne savions pas trop à quoi nous attendre, puis tout s’est mis en place. Lorsque nous avons terminé, nous étions tous très satisfaits, mais j’étais aussi­­ très surpris de la rapidité avec laquelle nous y sommes arrivés tout en gardant le son et l’essence de Kings of Leon.

Étant sur la route depuis si longtemps, comment arrivez-vous à concilier travail et famille?

Caleb: Être entouré de sa famille le plus possible est bénéfique pour un tas de raisons. C’est bon pour les enfants de passer du temps avec leur père, mais ça permet également de garder la tête sur les épaules…

Vous avez la réputation de vous prendre très au sérieux. Est-ce le cas?

Nathan: Nous ne nous prenons pas autant au sérieux que les gens le prétendent. Ça me surprend toujours de lire un article où on nous dit hypersérieux. Si vous nous voyiez en coulisse cinq minutes avant de monter sur scène, vous penseriez que nous sommes des petits gars de 10 ans qui pensent juste à déconner.

Travaillez-vous sur un nouvel album?

Caleb: Nous travaillons constamment sur de la nouvelle musique. Nous avons fait une répétition pour Lollapalooza le mois dernier et nous avons finalement préféré jouer du nouveau matériel, une fois venu le temps du Festival. Si vous nous enfermez ensemble dans une pièce avec nos instruments, il nous sera difficile de jouer quelque chose que nous avons joué un million de fois. Nous préférons créer. Alors, ce que nous faisons en ce moment est réellement amusant.

 
Commentaires