/travel/destinations
Navigation
Vélodyssée

Un parcours fascinant avec l’Atlantique à ses pieds

Coup d'oeil sur cet article

BORDEAUX, France | Avec ses plages immenses, ses dunes géantes et ses forêts de pins entrecoupées de grands marais, le parcours de la Vélodyssée, la plus longue véloroute de France, est tout simplement fascinant.

Entièrement balisé, ce trajet de 1400 kilomètres débute au sud-ouest de l’Angleterre et se poursuit en France le long de l’Atlantique jusqu’à la côte basque, à Hendaye, aux portes de l’Espagne.

De la section anglaise, qui emprunte une ancienne voie ferrée au cœur du Devon, un comté réputé pour ses collines verdoyantes et ses pubs, l’itinéraire passe par les côtes de Bretagne et prend son essor à partir de la belle ville de Nantes.

De là, le circuit est ponctué de stations balnéaires, de ports de pêches et de cités dynamiques, comme La Rochelle, Rochefort, Royan, Arcachon, Biarritz et Hendaye.

J’ai parcouru, en deux occasions différentes, une grande partie de ce périple à travers pistes et sentiers cyclables, voies vertes et autres routes à faible circulation. Le bonheur!

Je pars cette fois-ci de Nantes pour pédaler pendant une dizaine de jours jusqu’à Arcachon, puis Bordeaux, ma destination finale.

À partir de Saint-Brevin-les-Pins, sis dans un décor maritime fait de criques sablonneuses, je me dirige vers Pornic, véritable perle de la côte, où le «Gala du pêcheur» bat son plein.

Le passage du Gois

Avant de m’enfoncer profondément dans le Marais Breton reliant la Loire-Atlantique et la Vendée, je tente de franchir le mythique passage du Gois, long de quatre kilomètres et accessible uniquement à marée basse, pour rejoindre la presqu’île de Noirmoutier qui vaut le détour.

Malheureusement il aurait fallu cette fois attendre jusqu’à la nuit… J’ai emprunté la piste de contournement, ajoutant ainsi plusieurs kilomètres au compteur.

De La Barre de Monts, l’itinéraire passe par la station balnéaire réputée de Saint-Gilles-Croix-de-Vie et les Marais d’Olonne, avec ses immenses parcs à huîtres, jusqu’au port de plaisance et à la magnifique promenade de la cité des Sables-d'Olonne, d’où part chaque année la course de voiliers en solitaire autour du monde.

L’entrée en Charente-Maritime, pays de plusieurs ancêtres québécois, se situe au cœur du Marais poitevin balayé par les grands vents du large. Roulant près du petit canal de Marans, j’atteins le Vieux-Port de La Rochelle, avec ses célèbres tours médiévales fortifiées où trône fièrement aujourd’hui le drapeau du Québec.

Cette cité maritime est, il faut le noter, la ville pionnière du vélo urbain, implanté ici en 1976.

Bravant un vent capricieux, j’arrive à Rochefort, la cité royale avec son illustre Musée national de la marine. Fort Boyard est tout près. Des embarcations font d’ailleurs la navette du petit port de Fouras.

Ville natale de Champlain

Un détour s’imposait pour visiter, non loin, la citadelle de Brouage, ville natale de Champlain. J’y suis chaleureusement accueilli par des représentants de l’association «Brouage en Costume Passion», passionnés de l’histoire de Québec.

De là, la Vélodyssée m’offre une étape majestueuse avec vue sur mer. Après avoir contourné Marennes et goûté ses merveilleuses huîtres, une piste cyclable inscrite dans la forêt littorale me conduit à la corniche de Royan, d’où le traversier m’attend pour rejoindre, dans l’estuaire de la Gironde, Soulac et les vignobles prestigieux du Médoc.

Balisée par l’immense silhouette du phare de Cordouan construit au XVIe siècle, l’Aquitaine offre à la vue ses longues plages de sable fin, ses immenses lacs et sa forêt de pinèdes à travers une piste plutôt sportive.

Après avoir contourné le lac d’Hourtin-Carcans, une véritable mer intérieure, je pénètre dans le Parc des Landes. Arcachon, ma dernière destination avant de gagner Bordeaux, est en vue, avec ses villas typiques de la «ville d’hiver» et sa Dune du Pilat, la plus haute d’Europe.

Pour y arriver, le bac (bateau) du Cap Ferret s’impose. La vue est superbe sur les villages bordant l’immense bassin avec leur charme d’antan.

Avec quelques détours imprévus, j’aurai finalement parcouru environ 660 kilomètres de pur ravissement sur cette portion de la Vélodyssée entre Nantes, ville d’arts et d’histoire, et Bordeaux, capitale mondiale du vin.

 

Commentaires