/news/currentevents
Navigation
Libéré trop rapidement

Une pétition pour des peines plus lourdes

Audrey Beaulieu.
Photo Simon Clark / Agence QMI Audrey Beaulieu.

Coup d'oeil sur cet article

Choquée de la peine trop courte purgée par son agresseur, une victime d'agression sexuelle a décidé de partir en croisade.

Pendant sept ans, à partir de l'âge de 10 ans, Audrey Beaulieu a été agressée à répétition par celui qui était son beau-père, Alain Potvin.

En juin dernier, celui-ci a été condamné à huit ans d'emprisonnement. Mais voilà qu'Audrey Beaulieu, maintenant âgée de 27 ans, a appris quelque temps plus tard que son agresseur allait être admissible à une libération conditionnelle en... décembre 2016. Elle est scandalisée.

«J'ai vécu au-dessus de 1000 agressions durant tant d'années et lui, il va être en liberté après 30 mois, C'est complètement ridicule.»

Audrey Beaulieu a donc lancé une pétition en ligne réclamant qu'Ottawa modifie la loi, de façon à ce que les agresseurs sexuels purgent leur peine au complet.

«On dirait que je n'en peux plus, mais je ne suis pas la seule et il faut continuer à se battre. C'est vraiment rire du monde. Il faut que les gens au gouvernement se réveillent et il ne faut pas que les victimes lâchent.»

La jeune femme espère récolter 10 000 signatures en appui à sa cause. Jusqu'ici, 700 personnes ont signé sa pétition.

Commentaires