/entertainment/movies
Navigation
Le juge

Robert Downey Jr. puise dans ses propres expériences

Le juge
photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Robert Downey Jr. est un homme qui a vu l’ombre de la mort et qui a survécu. Pas juste pour en parler par la suite, mais pour en faire quelque chose de créatif avec cette expérience.

TORONTO | Robert Downey Jr. est un homme qui a vu l’ombre de la mort et qui a survécu. Pas juste pour en parler par la suite, mais pour en faire quelque chose de créatif avec cette expérience.

C’est une belle époque pour l’acteur de 49 ans. C’est son plus récent film, Le juge (The Judge), qui a ouvert le Festival international du film de Toronto, sa conjointe porte leur second enfant – sa première fille – qui doit voir le jour en novembre, le succès se poursuit pour lui dans la peau d’Iron Man et de Sherlook Holmes, des franchises (incluant The Avengers) qui connaissent un franc succès.

«Ça a vraiment été un parcours hallucinant. C’est fou!», a dit Downey Jr. au cours d’une entrevue alors qu’il circulait dans une limousine sur l’autoroute Pacific Coast de Los Angeles, avec sa compagne Susan Downey.

La cité des anges et le TIFF s’inscrivent de façon durable dans le parcours de Robert Downey Jr., marqué par le renouvellement. Après tout, il a trimé dur pour maintenir sa carrière à flot alors qu’il traversait une sale période d’autodestruction, en raison de sa consommation d’alcool et sa dépendance à la drogue.

Sobre depuis 2003 et marié avec Susan Downey depuis neuf ans, l’acteur s’est pointé au TIFF en 2005 aux côtés du réalisateur Shane Black et d’un autre «mauvais garçon» d’Hollywood, Val Kilmer. «Nous étions là pour promouvoir Kiss, Kiss, Bang, Bang, qui m’a permis de retenir l’attention de Jon Favreau pour ensuite décrocher le rôle d’Iron Man. Et c’est en raison de ce film que Marvel a engagé Shane Black pour piloter le 3e volet d’Iron Man. Donc, il y a eu cette petite chose qui a débuté à Toronto des années auparavant.»

Drame familial

Projetons-nous maintenant au TIFF 2014. Le juge est un drame familial sombre et tout ce qu’il y a de plus sérieux avec un potentiel certain pour la course aux Oscars. Robert Downey Jr. campe un avocat de Chicago qui s’est éloigné de son père, un juge moralement rigide vivant dans une petite ville. Quand un accident de voiture mène à des accusations de meurtre contre ce dernier, leurs vies sont projetées dans la tourmente.

Le juge en question est joué par le légendaire Robert Duvall, maintenant âgé de 83 ans.

La course aux oscars

La campagne pour les Oscars s’est donc amorcée à Toronto. Robert Downey Jr. a personnellement été nommé à deux reprises aux Oscars; la première fois comme meilleur acteur pour sa prestation remarquable dans le film Charlie Chaplin (1992), puis comme acteur de soutien pour son personnage interracial dans Tonnerre sous les tropiques (2008).

«Cela signifie définitivement quelque chose», a dit Robert Downey Jr. à propos des honneurs associés aux Oscars, que ce soit pour le film proprement dit ou ses interprètes. «Ça signifie quelque chose pour l’industrie» et le succès potentiel du film Le juge «signale qu’il est possible qu’un petit changement en profondeur survienne».

Quant à sa propre prestation, laquelle pourrait lui valoir une nomination à la plus prestigieuse remise de prix d’Hollywood, Robert Downey Jr. est réticent à se vanter, mais il n’hésite pas à s’extasier devant le travail de ses covedettes Robert Duvall, Vera Farmiga, Leighton Meester, Vincent D’Onofrio, Dax Shepard et Jeremy Strong.

«Je ne vais pas parler de mon jeu dans le film, mais je me suis présenté sur le plateau, j’étais honnête et diligent, et chaque jour je revenais rapidement à la maison pour bercer Exton et l’endormir. C’est une célébration monastique et aimante à l’image de cette grande histoire que nous allons raconter.»

«Mais, après l’avoir vu, si je pouvais m’extraire de l’équation, c’est l’un des meilleurs films que j’ai vus depuis un moment.»

 

Commentaires