/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Méfiez-vous de vos ex!

Bloc Sophie Durocher

Coup d'oeil sur cet article

Hier, de nombreux politiciens à travers le monde ont dû envoyer des fleurs à leur conjointe, à leur maîtresse, ou à leur ex quand ils ont vu à quoi ressemblait la colère d’une femme trahie et blessée.

Hier, de nombreux politiciens à travers le monde ont dû envoyer des fleurs à leur conjointe, à leur maîtresse, ou à leur ex quand ils ont vu à quoi ressemblait la colère d’une femme trahie et blessée.

C’est hier que sortait en librairie le livre-choc de Valérie Trierweiler, l’ex «première dame» de France. Dans cet ouvrage ravageur, elle présente le président François Hollande comme un menteur et un tricheur qui méprise les pauvres.

Ouch. Ceux qui n’aimaient pas Trierweiler lui ont donné le surnom affectueux de «Rottweiler». «Pitbull» aurait peut-être été plus approprié.

Sexe et politique

On se rappelle que Trierweiler a été humiliée en public quand le magazine Closer a révélé que le président français entretenait une liaison avec la comédienne Julie Gayet.

On aurait parfaitement compris qu’elle écrive un livre parlant de ses blessures de femme cocufiée. On aurait compati avec Valérie-la-victime. Elle se serait même fait des alliées auprès des milliers de femmes à travers la planète qui ont déjà été humiliées publiquement par un mari infidèle. Qui sait, peut-être même que Hilary Clinton aurait volé à son secours.

Mais se venger de son ex en dévoilant des informations sur ce qui s’est passé pendant les 18 mois qu’elle a passés à l’Élysée, alors que Hollande est encore président de la République, c’est inélégant, vulgaire et carrément pathétique.

Elle ne fait pas qu’attaquer François, l’homme qui l’a trahie. Elle attaque Hollande, l’homme qui dirige la France. Elle attaque donc la fonction présidentielle elle-même.

Et vlan, dans les dents!

Si on veut résumer ce livre en quelques mots, ça pourrait donner : «tu m’as humiliée, alors je t’humilie. Œil pour œil, dent pour dent».

Justement, parlant de dent, la pire révélation de Trierweiler concerne l’expression «les sans-dents» que Hollande utilisait supposément pour parler des pauvres. Pour un président socialiste, donc de gauche, mépriser les pauvres ne fait pas partie de la définition de tâches.

Ce genre de bouquin porte un nom aux États-Unis : «kiss and tell» (embrasse et raconte tout). Mais ce n’est pas le genre de récit qu’on est habitué de voir en France, où on se garde habituellement une petite gêne.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que les mœurs ont changé chez nos cousins français. Quand François Mitterrand était président, il était marié, avait une maîtresse et une fille illégitime. Plusieurs journalistes étaient au courant mais personne ne disait un mot. On respectait la fonction présidentielle. Aujourd’hui l’étalage de la vie privée des politiciens, DSK, Sarkozy ou Hollande, fait la une des journaux et des magazines.

Faites ce que je dis, pas ce que je fais

Il y a une chose en particulier qui me chicote avec Valérie Trierweiler. Elle fait exactement ce qu’elle reprochait aux paparazzis quand elle était à l’Élysée. Dans son livre elle dévoile tout de son intimité alors qu’elle reprochait aux médias de violer … son intimité.

Finalement, Trierweiler me fait penser à toutes ces personnalités publiques qui tiennent un double discours : «Ne racontez pas mes histoires conjugales! J’ai droit à ma vie privée! Mais pour 24,95$ procurez-vous mon livre dans lequel je vous donne tous les détails sur ma vie sexuelle.»

 

Commentaires