/news/politics
Navigation
Congés parentaux

Le régime est «très généreux», selon Philippe Couillard

Coup d'oeil sur cet article

Le Régime québécois d’assurance parentale (RQAP) est «très généreux», reconnaît Philippe Couillard, qui n’est toutefois pas encore prêt à annoncer où le couperet tombera pour atteindre ses objectifs budgétaires.

Le Journal révélait mardi que les congés parentaux pourraient passer dans le tordeur des compressions budgétaires. Des scénarios de réduction des congés sont à l’étude, tout comme des économies sur le plan des frais administratifs du régime, qui frisent les 40 millions de dollars cette année.

Est-ce que le RQAP dépasse la capacité de payer des contribuables québécois? «C’est le genre de réflexion qui est en cours», a admis mardi le premier ministre. Le gouvernement n’a pas encore fait son nid, a insisté Philippe Couillard. «Je ne pourrais pas vous en donner la conclusion aujourd’hui, mais il est certainement très généreux. Mais on sait qu’il est également très utile pour les familles du Québec. Alors, c’est tout ça qui est dans la balance, non seulement pour ce programme, mais pour les autres.»

La faute des fonctionnaires

Le chef libéral soupçonne des fonctionnaires d’être à l’origine des «fuites» dans les médias des scénarios de compressions envisagées par son gouvernement pour assainir les finances publiques. Ce sont visiblement des employés du secteur public réfractaires au changement qui sont en cause, croit-il. «Ce n’est pas une organisation planifiée par le gouvernement», a-t-il assuré.

Pour l’opposition officielle, le gouvernement s’engage sur une très mauvaise voie. «Une chose qui est sûre, c’est que je pense que les familles, il ne les aime pas», croit fermement le chef intérimaire péquiste, Stéphane Bédard, qui se porte à la défense du RQAP. Il rappelle notamment que ce programme a permis à plus de femmes d’être sur le marché du travail au Québec.

Dégraisser avant de couper

Le chef caquiste, François Legault, estime pour sa part que Philippe Couillard se trompe de cible. Selon lui, il faut d’abord «dégraisser» l’appareil de l’État en s’attaquant aux structures avant de couper dans les services.

À Québec solidaire, c’est l’indignation. «C’est un programme formidable, qui fait consensus, qui fonctionne, qui ne coûte pas cher, c’est d’aucun intérêt», estime la députée solidaire Françoise David.

Commentaires