/misc
Navigation
Planète basket

Les Américains encore trop forts

BASKETBALL-WORLD/
Photo Reuters Les Américains ont remporté la Coupe du monde de basketball, qui a pris fin dimanche à Madrid.

Coup d'oeil sur cet article

Les Américains ont une fois de plus confirmé leur suprématie mondiale en basketball. Dimanche, ils ont remporté la médaille d’or à la Coupe du monde qui était disputée en Espagne.

Les Américains ont une fois de plus confirmé leur suprématie mondiale en basketball. Dimanche, ils ont remporté la médaille d’or à la Coupe du monde qui était disputée en Espagne.

Sans surprise, les États-Unis ont conservé leur titre mondial en défaisant la Serbie 129 à 92, gagnant ainsi la finale de la Coupe du monde 2014.

«C’est l’un des plus beaux moments de ma vie», a confié Kyrie Irving, qui a marqué 26 points en finale et qui a été nommé le joueur par excellence (MVP) du tournoi.

Quatre minutes et puis s’en vont

Les Serbes avaient pourtant bien amorcé le match. Après quatre minutes de jeu, ils menaient 15 à 7. Mais les Américains ont répliqué avec 15 points sans riposte et c’en était fait de l’équipe serbe!

Ce titre mondial permet aux doubles champions olympiques en titre de se qualifier automatiquement pour les Jeux olympiques de Rio en 2016.

Trop forts

Même si l’équipe américaine était privée de ses plus grandes vedettes – LeBron James, Kevin Durant et Carmelo Anthony – elle n’a jamais été inquiétée du tournoi comme en témoigne sa fiche immaculée de neuf victoires et aucune défaite. De plus, les Américains ont vaincu tous ses adversaires par une moyenne de 33 points.

S’il n’y a aucun doute que les autres nations s’améliorent constamment, les États-Unis seront toutefois tout aussi dominants à Rio puisque l’édition actuelle de l’équipe nationale américaine est extrêmement jeune avec une moyenne d’âge de seulement 24 ans.

À titre de comparaison, l’Espagne, l’Argentine et la Lituanie – respectivement classés au deuxième, troisième et quatrième rang mondial – avaient une moyenne d’âge de 28 ans.

Accueil triomphal

Malgré la défaite des siens, plus de 20 000 personnes se sont réunies aux petites heures de la nuit, dimanche, pour célébrer l’obtention de la médaille d’argent par la Serbie, classée au septième rang mondial.

Massée en face de l’hôtel de ville de Belgrade, la foule joyeuse qui chantait et brandissait des drapeaux serbes a réservé un accueil triomphal à ses héros.

«Chaque fois qu’on joue contre une équipe comme ça [celle des États-Unis], on progresse, a expliqué l’entraîneur serbe Sasha Djordjevic. J’espère que dans deux ans [aux JO de Rio], nous les retrouverons. Nous sommes très fiers de cette médaille d’argent.»

«Nous ne sommes pas tristes, nous sommes deuxièmes au monde. Nous avons démontré que même un petit pays de 6,5 millions d’habitants peut avoir une superbe culture de basketball», a déclaré Vladimir Stimac, un centre de 6 pi 11 po.

Une médaille de bronze historique

Dans l’un des matchs les plus enlevants du tournoi, la France a remporté la médaille de bronze en battant la Lituanie 95 à 93.

C’est la première fois de son histoire que la France gagne une médaille en championnat du monde. Champions d’Europe, les Bleus ont participé à ce tournoi sans les services de leurs deux joueurs étoiles, Tony Parker (Spurs de San Antonio) et Joakim Noah (Bulls de Chicago).

Amère déception

Alors que le tournoi se déroulait devant ses partisans, l’Espagne – classée au deuxième rang mondial – était la grande favorite pour affronter les États-Unis en finale.

Invaincu en six parties, le pays hôte s’est toutefois incliné en quart de finale, 65 à 52, devant la France qu’il avait pourtant facilement battue par 24 points en ronde préliminaire.

La déception espagnole était immense. Dimanche, lors de la finale, les partisans espagnols ont même scandé des messages exigeant le départ de l’entraîneur Juan Antonio Orenga.

Puis mardi, la Fédération espagnole de basketball a publié un communiqué de presse annonçant la démission d’Orenga de son poste d’entraîneur-chef de la sélection nationale.

L’Australie accusée de tricherie

Ne voulant pas affronter les puissants Américains dès le premier tour éliminatoire, l’Australie aurait délibérément perdu son dernier match préliminaire contre l’Angola, 91 à 83.

La Fédération internationale de basketball (FIBA) a d’ailleurs lancé une enquête afin de déterminer s’il y a bel et bien eu tricherie de la part des Australiens.

Il semble toutefois que la tricherie ne paie pas puisque l’Australie a été éliminée en ronde des 16 par la Turquie, 65 à 64.

Commentaires