/world
Navigation
Référendum écossais

Foule dans les bars pour le référendum écossais

Jean-Marc Laurin
Photo Le Journal de Montréal, Fanny Arnaud Des centaines de personnes se sont regroupées dans les bars de Montréal afin de suivre le dévoilement des résultats du référendum écossais.

Coup d'oeil sur cet article

De nombreux Québécois se sentent concernés par le référendum écossais. Ils se sont donné rendez-vous dans des bars pour suivre ensemble le dévoilement du vote.

«Peu importe le résultat, c’est la pertinence de la question qui compte», explique Élodie Murphy-Gauthier.

La jeune femme est venue avec sa soeur, Lysambre, vivre la soirée référendaire «en buvant du bon scotch».

Les deux jeunes femmes d’origine irlandaise se disent indépendantistes.

«Le référendum écossais nourrit tous les mouvements indépendantistes dans le monde», ajoute Lysambre.

Cette dernière souligne que l’Écosse, comme le Québec, fait partie du Commonwealth.

«On se sent moins isolé, on n’est pas les seuls à se battre pour notre indépendance.»

Près de 300 personnes sont attendues, ce soir, au Gainzbar, rue Saint-Hubert. Des musiciens vont venir jouer de la cornemuse, la télévision écossaise est diffusée sur de grands écrans à l’intérieur et à l’extérieur où se pressent les derniers arrivés.

Et, au-dessus de la porte, est accroché le drapeau écossais dont les couleurs font écho à celle du drapeau québécois.

Ensemble

«On se sent proche des indépendantistes écossais», confie Jean-Marc Laurin, une bière dans une main et un drapeau dans l’autre.

«On a une histoire commune avec eux et c’est un moment historique qui va se jouer ce soir, donc je veux être là.»

Il ajoute que c’est important de vivre ce moment ensemble. «Ce soir, c’est comme si on regardait un match de hockey, ou de rugby.»

Michel Prescott est du même avis. Il s’est bien renseigné avant de venir pour savoir où serait retransmise la soirée référendaire.

«Je voulais vivre ce moment en gang.»

Commentaires