/misc
Navigation
Planète basket

Les Canadiennes avides d’expérience

Le Canada vise une place dans le top 12 lors des prochains Championnats mondiaux de basketball.
Photo courtoisie Le Canada vise une place dans le top 12 lors des prochains Championnats mondiaux de basketball.

Coup d'oeil sur cet article

Dès samedi en Turquie, les Canadiennes participeront au Championnat mondial de basketball où les 16 meilleures équipes sont attendues.

Dès samedi en Turquie, les Canadiennes participeront au Championnat mondial de basketball où les 16 meilleures équipes sont attendues.

Lors des derniers Jeux olympiques, disputés à Londres en 2012, les Canadiennes avaient quelque peu surpris en terminant au neuvième rang alors qu’elles avaient terminé 12es lors des Mondiaux de 2010.

Fort de ce succès londonien, on pourrait s’attendre à ce que le Canada vise une meilleure performance à ce Championnat mondial qui aura lieu du 27 septembre au 5 octobre à Istanbul et Ankara, en Turquie.

Mais ce n’est pas tout à fait le cas comme l’explique Denise Dignard, directrice de la haute performance féminine à Canada Basketball.

«Depuis Londres, l’équipe a eu à vivre beaucoup de changements, notamment à des postes-clés comme meneuse de jeu et pivot. Cette année, nous avons quatre nouvelles joueuses au sein de notre formation, c’est énorme. Notre objectif est plutôt de demeurer dans le top 12 mondial.»

De plus, le Canada devra se passer des services de sa joueuse étoile Natalie Achonwa qui poursuit sa réadaptation après s’être blessée sérieusement au genou en mars dernier alors qu’elle jouait pour l’université Notre Dame, dans la NCAA.

Bâtir pour Rio 2016

À deux ans des Jeux olympiques de Rio de Janeiro au Brésil, la formation canadienne a amorcé un virage jeunesse. Des 12 joueuses qui fouleront le terrain en Turquie, seulement six ont participé aux Jeux de Londres. Avec une moyenne d’âge de 25 ans, le Canada fait partie des plus jeunes équipes du tournoi mondial avec le Brésil et le Japon (25 ans), la Chine et la Serbie (24 ans) et la Corée (22 ans).

«Nous sommes tout de même optimistes, l’avenir est prometteur. Nos jeunes joueuses sont talentueuses et très athlétiques. Ce sera une expérience enrichissante pour les jeunes en vue des qualifications pour les prochains Jeux olympiques qui auront lieu l’an prochain au Canada», indique l’entraîneuse-chef, Lisa Thomaidis.

Deux Québécoises ont réussi à se tailler un poste dans l’équipe nationale. Il s’agit de Lizanne Murphy, de Beaconsfield, et de Nirra Fields, de Montréal.

Tirage au sort défavorable

En ronde préliminaire, le Canada affrontera ses trois adversaires du Groupe B. Samedi, les Canadiennes amorceront le tournoi contre le Mozambique, l’équipe la moins bien classée du tournoi, au 38e rang mondial.

Puis, dimanche, elles se mesureront à l’équipe hôte, la Turquie, qui occupe le 13e rang mondial. Mardi prochain, le Canada devra relever son plus grand défi du tournoi alors qu’il jouera contre la France, classée quatrième sur l’échiquier planétaire et médaillée d’argent à Londres. De plus, les Françaises ont récemment vaincu la super puissance américaine lors d’un match préparatoire en vue de ces Mondiaux.

Évidemment, le Canada tentera de finir au premier rang du Groupe B, ce qui lui permettrait d’accéder directement aux quarts de finale.

Mais de façon plus réaliste, la formation canadienne espérera terminer au deuxième ou troisième rang de son groupe. Ainsi, elle obtiendrait un match de qualification pour la ronde des huit contre l’une des équipes du Groupe A, formé du Brésil (7e), de la République tchèque (5e), du Japon (17e) et de l’Espagne (6e).

«C’est un groupe difficile que ce Groupe A, a mentionné l’entraîneuse Thomaidis. Nous n’avons pas hérité d’un tirage au sort favorable. Mais c’est correct, nous ne cherchons pas la voie la plus facile. C’est en affrontant les meilleures équipes du monde que nous allons nous améliorer.»

 

Commentaires