/news/green
Navigation
Cacouna

Heurtel blâme ses fonctionnaires

Coup d'oeil sur cet article

David Heurtel n’était pas au courant que la direction régionale de son ministère a autorisé des forages au cœur d’une pouponnière de bélugas dans l’estuaire du Saint-Laurent sans avis scientifique formel.

«Je n'ai pas signé le certificat d'autorisation. Ça vient de la direction régionale», a lancé le ministre de l’Environnement ce matin lors d’un point de presse mouvementé.

Rappelons que la Cour supérieure a décidé mardi de stopper ces travaux jusqu’au 15 octobre. Dans sa décision, la juge Claudine Roy souligne que le ministre Heurtel a donné le go au projet «pour des raisons inexpliquées» et sans s’assurer que l’espèce en voie de disparition était bien protégée.

«Questions sérieuses»

Le ministre Heurtel reconnaît que le jugement «soulève des questions sérieuses.» «C'est pour ça que j'ai demandé au ministère de remonter jusqu'à l'origine et, étape par étape, me démontrer qu'est-ce qui a été fait, par qui, quand et comparer ça justement à qu'est-ce qui se fait normalement lorsqu'on fait des demandes de certificats d'autorisation», a lancé le ministre.

M. Heurtel reconnaît qu’il a «besoin de plus d’information» avant de comprendre ce qui s’est passé, au juste, dans l’attribution du certificat d’autorisation à TransCanada.

Le projet «est d’une importance suprême» et David Heurtel «le prend très au sérieux», mais pas assez pour être informé de tous les détails. Quant à savoir pour quelle raison le ministre n’était pas mis au courant de chacune des étapes dans ce dossier, il a affirmé «qu’il y a plus de 5 000 demandes de certificats d’autorisation chaque année au Québec. »

Plusieurs questions soulevées par la juge Roy restent toutefois sans réponse. Les inquiétudes de la «jeune biologiste qui en est à sa première année comme analyste au ministère» ont tout simplement disparu de son rapport final.

Pas d’avis scientifique

Pêches et Océans Canada a refusé de donner un avis scientifique formel au ministère de l’Environnement. De plus, «aucun des représentants du ministère ayant travaillé sur le dossier ne connaît les mammifères marins», déplore la juge.

Le ministre David Heurtel a demandé TransCanada de «signer un engagement écrit stipulant que les travaux ne causeront pas de préjudice aux mammifères marins», ce que l’entreprise a refusé de faire.

Malgré tous ces éléments et «pour des raisons inexpliquées à ce stade du dossier, le ministre [David Heurtel] décide alors de délivrer le certificat d’autorisation», notait la juge Roy.

L’injonction interdit les forages de TransCanada au large de Cacouna jusqu’au 15 octobre. Ces forages doivent servir à une étude d’impact environnemental de la construction d’un terminal maritime pétrolier qui permettrait d’exporter le pétrole albertain. ​

Commentaires