/lifestyle/outings
Navigation

La mode selon Katherine Tessier

DM designer tessier -03

Coup d'oeil sur cet article

Elle n’a que 19 ans et une poignée d’années d’étude en mode que déjà, la jeune designer Katherine Tessier, qui présentera son tout premier défilé jeudi, rêve de Paris.

Elle n’a que 19 ans et une poignée d’années d’étude en mode que déjà, la jeune designer Katherine Tessier, qui présentera son tout premier défilé jeudi, rêve de Paris.

Juchée sur des chaussures aux talons disproportionnés, vêtue de fourrure rose, percée à la lèvre, Katherine Tessier n’a rien de typique. Étudiante de troisième année au Collège Notre-Dame-de-Foy, la jeune femme a raté de peu la chance de faire un stage à l’international cette année. Plutôt que de s’apitoyer sur son sort, elle a décidé de tirer avantage de sa situation.

«J’avais coulé des cours, je ne pouvais pas partir en stage cette année. Tant qu’à passer mon temps à ne rien faire, je me suis dit que j’allais travailler sur une collection. Je voulais voir en même temps si j’aimais vraiment ça. Si je finis mes trois ans d’études, que je commence une collection et que je n’aime pas ça, je n’étais pas plus avancée», explique-t-elle.

Blanc

Katherine Tessier s’est mise au travail en janvier, se rendant tout d’abord à Montréal pour trouver ses tissus. Elle a craqué pour le blanc, devenu l’élément central de ses créations. «Je suis partie de ça. Un blanc épuré. Et j’ai laissé aller les idées», dit celle qui a officiellement terminé ses dessins en juillet. «Ça a été quand même long. Je pense que j’ai refait les croquis 15 fois. Je voulais vraiment être sûre!»

Finalement, la jeune designer a créé des pièces classiques, plutôt sobres, qui tranchent littéralement avec son allure excentrique. «Je voulais quelque chose de calme. Je ne voulais rien d’extravagant. Je vise les femmes de 20 à 35 ans. Les jeunes femmes d’affaires qui prennent des vacances, qui ont des soupers. Je considère mes vêtements chics quand même», résume-t-elle.

Défilé

Sa production finale devrait être terminée à la fin du mois de septembre, pour son défilé prévu le 2 octobre à la baie de Beauport. Quatre mannequins se partageront 12 tenues au cours de la soirée. Pas question toutefois de simplement faire marcher les mannequins sur une scène allongée.

«Je ne voulais pas faire un défilé traditionnel. J’ai prévu un défilé inversé. Ce ne sont pas les mannequins qui défilent, ce sont les gens qui viennent voir le défilé. Les mannequins vont être sur des blocs, et les gens vont se promener pour voir la collection», lance-t-elle.

Paris

À quelques jours de cet événement, Katherine Tessier avoue avoir adoré l’expérience. «J’aime vraiment ça. Mais c’est de l’ouvrage!» pouffe-t-elle. La jeune femme compte terminer ses études avant de quitter le pays. Pas question de travailler à Québec ou à Montréal. Elle ne vise rien de moins que Paris. «J’aimerais trouver un stage, bâtir des contacts, faire la promotion de ma collection», termine-t-elle.

Commentaires