/news/society
Navigation
Le taux de chômage est trop bas

Les travailleurs étrangers à la rescousse des entreprises d’ici

La pénurie de main-d’œuvre qualifiée est de plus en plus criante au Québec

Coup d'oeil sur cet article

Loin de s’estomper, la pénurie de travail­leurs qualifiés force de plus en plus d’en­treprises québécoises à aller recruter à l’étranger, a constaté Le Journal.

Loin de s’estomper, la pénurie de travail­leurs qualifiés force de plus en plus d’en­treprises québécoises à aller recruter à l’étranger, a constaté Le Journal.

Dans le secteur des technologies de l’information, notamment, le besoin de travailleurs étrangers n’a jamais été aussi criant.

La firme de services-conseils Systematix recrute de plus en plus au Brésil. Son bureau de Québec compte maintenant une dizaine de travailleurs brésiliens dans ses rangs.

«Chez nous, la compétence n’a pas de différence culturelle», signale la vice-présidente principale du marketing, Annie Bouchard.

Lors de sa dernière mission de recrutement en Amérique du Sud, en août dernier, Systematix avait huit postes disponibles pour son bureau de Québec.

Chez Systematix, l’embauche de travailleurs étrangers n’est d’ailleurs plus un secret. Le tiers de ses 200 employés est issu de l’immigration et on dénombre 17 nationalités différentes dans ses quartiers de la capitale.

Arrivé à Québec il y a plus d’un an en compagnie de son épouse, le Brésilien Daniel Correia dit adorer son expérience de travail chez Systematix.

«Nous cherchions une ville avec une qualité de vie et Québec avait tout pour nous séduire», fait valoir l’informaticien de 33 ans.

Phénomène en croissance

Systematix, un cas unique? «C’est de plus en plus, la norme dans le secteur des TI», croit la directrice responsable du recrutement à l’étranger chez Québec International, Marie-Josée Chouinard. Depuis 2008, l’organisme organise des missions de recrutement de travailleurs étrangers partout dans le monde pour les entreprises de la grande région de Québec.

«Le phénomène de pénurie de main-d’œuvre est là pour rester», soutient Mme Chouinard.

Au Québec, la pénurie de travailleurs qualifiés est notamment due à un inversement des forces du travail. Les travailleurs vieillissent et partent à la retraite deux fois plus rapidement que l’arrivée de la nouvelle génération sur le marché du travail.

En 2027, le Québec comptera seulement deux travailleurs pour un retraité. Ce ratio était de 9 travailleurs pour un retraité en 1970.

À la demande des entreprises de la région de Québec, Québec International a multiplié les missions de recrutement ces dernières années en Europe et en Amérique du Sud.

Secteurs

Par exemple, à la fin du mois d’août, une mission de recrutement au Brésil offrait une centaine de postes permanents disponibles dans la région de Québec. Plus de 2500 candidats ont postulé. Parmi les postes affichés, on cherchait notamment des informaticiens, des ingénieurs, des cuisiniers, des soudeurs et des machinis­­tes.


  • 8 employeurs sur 10 de la région de Québec disent avoir des problè­mes de recrutement de travailleurs qualifiés
  • 90 %des travailleurs de 25 à 54 ans ont déjà un travail à Québec

  • 42 professions se retrouvent en difficulté de recrutement, selon le gouvernement du Québec

  • 101postes offerts lors de la dernière mission de recrutement virtuel de Québec International au Brésil

Commentaires