/misc
Navigation
Planète basket

Les Canadiennes dans le top 5

BASKET-WORLD-WOMEN-FRA-CAN
photo d’archives Michelle Plouffe (à droite) et ses ­coéquipières de l’équipe canadienne ont surpassé les attentes, lors du récent Championnat du monde de basketball féminin.

Coup d'oeil sur cet article

Avec une jeune formation, le Canada en a surpris plus d’un en terminant au cinquième rang du Championnat mondial de basketball féminin présenté récemment en Turquie.

Avec une jeune formation, le Canada en a surpris plus d’un en terminant au cinquième rang du Championnat mondial de basketball féminin présenté récemment en Turquie.

Cette cinquième position au championnat mondial a pratiquement des allures de médaille pour le Canada, qui accède au top 5 pour la première fois depuis sa médaille de bronze en 1986, il y a près de 30 ans.

«C’est un moment historique pour le programme féminin de basketball. Cela va inspirer toute une nouvelle génération de joueuses à vouloir représenter le Canada», a indiqué Denise Dignard, directrice de la haute performance féminine à Canada Basketball.

«Je ne crois pas que nous l’avons encore réalisé», a admis la Montréalaise Lisanne Murphy, membre de l’Équipe canadienne depuis huit ans.

Selon l’ailier de 6 pieds qui faisait partie de la formation canadienne qui a terminé au 12e rang lors du Championnat mondial de 2010, les progrès effectués par le Canada au cours des dernières années sont inespérés.

«Il y a huit ans, on ne pouvait pas jouer avec les meilleures équipes au monde. On perdait tous les matchs par 30 points. Et là, de voir notre progression en aussi peu de temps. C’est vraiment cool.»

Réunion décisive

Avant le tournoi international, les objectifs des dirigeants canadiens étaient réalistes surtout qu’ils avaient mis sur pied une jeune équipe en quête d’expérience en vue des Jeux olympiques de Rio en 2016. Ils espéraient une position entre les 9e et 12e rangs.

Mais les joueuses canadiennes avaient une autre idée en tête.

«Quelques jours avant le tournoi, on a fait une réunion uniquement avec les joueuses, a confié Lisanne Murphy. On s’est alors dit: top 8 minimum, car on ne sait jamais ce qui peut se passer une fois rendu là. La différence entre la deuxième et huitième équipe du monde n’est pas très grande.»

Cette prise de position par les joueuses a eu des effets positifs immédiats lors d’un match amical contre le Japon, quelques jours avant de prendre la route pour la Turquie.

«On a super bien joué contre le Japon. C’est à ce moment que nous avons commencé à bien jouer ensemble. Ç’a été le moment collectif qui nous a permis de bien jouer en Turquie», soutient l’athlète de 30 ans.

Victoire contre la France

Bien connue en France parce qu’elle y joue professionnellement depuis de nombreuses années, Lisanne Murphy a été interviewée par des journalistes français au terme de la défaite de 63 à 59 du Canada contre la France, en ronde préliminaire.

«Les journalistes français m’ont alors demandé comment je me sentais puisque ça faisait 20 ans que le Canada n’avait pas battu la France», a raconté Murphy.

Lorsque par un heureux hasard, les Canadiennes ont de nouveau affronté la France – médaillée d’argent aux JO de Londres et quatrième puissance mondiale – pour obtenir la chance de se battre pour la cinquième position, elles se sont souvenues de la statistique des journalistes français!

«Dans ma carrière, on a toujours perdu contre la France par moins de cinq points. On était donc hyper motivées de les battre, a confié Murphy en ajoutant qu’elle passera une bien meilleure année professionnelle en France.

«Personne ne va me rappeler toute l’année qu’on a perdu contre la France», a-t-elle dit en rigolant.

 

Commentaires