/opinion/blogs
Navigation

PKP, un héros de légende?

Coup d'oeil sur cet article

Depuis les flamboyants débuts de sa carrière politique, alors qu’il réclamait un Québec indépendant en brandissant le poing, je suis frappée de voir à quel point Pierre Karl Péladeau s’apparente à un personnage de légende épique. Les aléas de cette dure semaine dans son parti et à l’Assemblée nationale me confortent dans cette idée. Ayant une formation littéraire, je préfère nettement aborder les individus et les événements sous un angle, plus romanesque, mettons... Ce qui ne veut pas dire irréaliste. La réalité dépassant souvent la fiction.

Allons y donc ! Né dans une famille riche et en vue, enfant d’un self made man plus pittoresque que nature et d’une mère au tempérament artistique mélancolique, la tragédie se présente assez tôt dans son histoire personnelle. Une étoffe dont sont souvent faits les héros de fiction. Mortalité, assuétudes, dissensions familiales et drames intimes, la vie n’a pas épargné l’homme. Le frère. Et le fils d’un bâtisseur, d’un homme d’affaires à la fois vénéré par une partie de la population québécoise et snobé par une autre. Pierre Péladeau, l’un des rares canadiens-français aussi riche que Crésus et aussi radin qu’Harpagon, tant qu’à être dans le mythe.

Je me rappelle avoir fait une entrevue avec le père et sa fille Isabelle, il y a bien longtemps alors que je dirigeais un magazine du groupe Publicor. J’avais alors pu constater à quel point, il était viscéralement remonté contre le pouvoir traditionnel et le mépris des puissants anglophones. De même que contre certains de ses compatriotes qui s’étaient vendus à cette élite économique qui dirigeait le Québec depuis si longtemps. Mais surtout, il semblait fier d’être parvenu, – grâce à son entrepreneurship et à son travail acharné - ,à conquérir et à triompher dans le monde des affaires alors totalement dominé par les anglophones.

Quand on reconnaît à la psychologie toute son influence dans la vie des individus, on sait la force des liens qui existent entre les pères et les fils. J’oserais avancer que Pierre Karl, personnage fortement individualisé a été en quelque sorte élu par son père pour en poursuivre l’œuvre au plan des affaires. Mais pas seulement. Sans doute davantage, – bien inconsciemment -, pour le dépasser dans l’histoire du Québec. Sur le même mode combatif !

Porté par une exigence de grandeur, PKP veut peser sur l’ordre du monde. Il possède les qualités du guerrier, l’audace de l’aventurier, l’énergie, l’aptitude au commandement. Son rayonnement personnel le désigne à l’admiration. Comme le personnage épique, il s’appuie sur une certitude intérieure. Peu porté aux tourments de la conscience, il agit en fonction de valeurs qui pour lui ne présentent pas d’ambiguïté. Il combat pour un Québec libre, français et plus prospère.

Dans la littérature, le héros épique accomplit des prouesses à travers des épreuves qui lui permettent de manifester ses qualités. Il est appelé à se dépasser en combattant toutes sortes d’adversaires. Comme cette semaine, alors qu’il a du affronter à la fois un ennemi de l’intérieur, Jean-François Lisée et se confronter à la joute politique partisane avec les opposants libéraux et caquistes qui craignent son avènement à la tête du PQ et éventuellement du Québec, comme la peste. Pour toutes les bonnes raisons. Notoriété, vedettariat, argent, pouvoir. Tout ce qui fait vibrer la foule de nos jours! Malgré la motion anti-Péladeau votée par ses pairs, dans l’opinion publique, il a gagné. Il sort grandi de l’épreuve parce qu’il a été vilement attaqué.

Comme dans les légendes, dans l’adversité, un groupe de compagnons l’a assisté et mis en valeur. Cette semaine la plupart de ses camarades péquistes menés par Stéphane Bédard se sont rangés derrière lui. Nul besoin d’être devin pour penser que Jean-François Lisée doit se tenir le corps raide et mettre son ego sous le bras. Même si son questionnement au sujet de la transparence nécessaire pour être chef de parti est absolument pertinent. Peut-on légitimement posséder un empire médiatique et gouverner un parti politique et éventuellement, un état ? La chose n'est pas de petite importance.

Dans toute histoire épique, le héros doit faire un choix déchirant. Le peuple compte sur cet ultime sacrifice. Dans le cas qui nous occupe, préférer -pour un temps-, le bien commun à l’empire médiatique légué par son père. Cela viendra sans doute en son temps. Qui sait ? À ce stade de l’épopée, PKP a encore à affronter d’autres épreuves qui devront démontrer la force de sa détermination et de ses convictions. Et révéler son talent politique. Qu’à cela ne tienne, le nouveau chef du PQ ne sera élu que dans plusieurs mois et les prochaines élections provinciales ont lieu en 2017. D’ici là, Il en coulera encore de l’eau sous les ponts et de la merde dans les caniveaux de la politique.

Dans une pièce de Bertolt Brecht qui fait la part belle à l’enjeu national, un personnage dit « Malheureux le pays qui n’a pas de héros ! ». Ce à quoi un autre rétorque : « Malheureux le pays qui a besoin de héros. » Ça donne à penser. Les communautés humaines ont tendance à identifier leurs valeurs et leurs aspirations à un individu qui en semble porteur. Elles imposent cet exemple à l’admiration publique et figent le modèle dans une vénération où, elles n’ont plus qu’à manifester leur soumission. Fardeau surhumain pour le héros désigné et triste sort pour les autres ayant abdiqué leur liberté de penser et parfois aussi leur destin collectif au profit d’une idolâtrie facile.

Une histoire à suivre...

50 commentaire(s)

bern dit :
10 octobre 2014 à 12 h 27 min

Monsieur PKP est trés loin d'être un héros, et aussi loin d'être un homme politique, ou même politicien au service du Québec, c'est un homme d'affaires qui se soucie uniquement des profits de ses entreprises. le PQ est un tremplin pour briguer un poste éventuel de premier ministre, et se servir en usant et abusant de conflits d'intérêts pour fructifier ses avoirs personnels. si le PQ était au pouvoir, il aurait eu la quasi totalité des marchés publics sans rougir. fort heureusement, les québécois sont assez lucides pour faire barrage à PKP. ce qui est évident, c'est que les frasques de PKP, en commençant par son poing levée, son refus de vendre ses actions, et cette affaire d'intervention directe auprès d'investissement québec aux fins de favoriser son groupe démontrent assez clairement que PKP est un véritable danger pour toute la province, et surtout, un fardeau qui fera couler le PQ dans les plus bas sondages. le PLQ a de grosses belles années devant lui.

Bert dit :
10 octobre 2014 à 12 h 36 min

Je trouve Pierre Karl Péladeau bien courageux de se lancé dans la fosse aux ordures, (politique) pas facile de survivre dans cet univers nauséabond. Excusez-moi, je suis devenu cynique en voyant les immondices débordant de la fosse aux ordures.

Serge Clement dit :
10 octobre 2014 à 12 h 46 min

Le Québec a définitivement besoin de héros. Depuis trop longtemps, la Belle province est sans "Leadership visionnaire". La corruption du PLQ et le manque de jugeotte du PQ ont fait que depuis plusieurs décennies, toutes les décisions importantes sont prises en considération du court terme seulement. Ce qui fait que les résultats sont toujours ramenées au premier barreau de l'échelle. Les Jean Drapeau, René Lévesque, Bourassa sont loins en arrière dans l'histoire et le drame est qu'il n'y-a personne pour redémarrer la fierté québécoise. Le Québec a perdu son statut de métropole, perdu ses Expos, perdu ses Nordiques, perdu beaucoup de bureaux chefs, perdu, perdu, perdu. Sans rien gagner en contre-partie. Une province sans grands Leaders est une province de Loosers. Juste a voir dans quel marasme économique le Québec se situe ! Sur-imposé, sur-taxé et fort-mal servi dans pratiquement tous les domaines. On est en train de devenir une république de bananes. Une chose est certaine, on ne peut continuer ainsi et celui qui réussira a se distinguer des autres et sera capable de réorienter avec intelligence la galère, méritera certainement le titre de héros !

Clermont Perrot dit :
10 octobre 2014 à 12 h 55 min

Et voilà...! DÉJA LA PARTISANERIE JOURNALISTIQUE...

Claude Goulet dit :
10 octobre 2014 à 12 h 59 min

PKP est des nôtres. Peu volubile, formé en philosophie, il ne se perd pas dans la politique mesquine qui est l'apanage de beaucoup de nos politiciens. Il aime le Québec. Les dernières attaques vicieuses et personnelles de la CAQ et des Libéraux ne le décourageront pas mais vont affermir sa volonté de sortir le Québec de sa longue descente vers l'insignifiance au sein du Canada. L'opposition est en train de nous donner un futur premier ministre qui fera l'histoire de notre nation.

Nelson dit :
10 octobre 2014 à 13 h 19 min

Le Monde vais mal, tres mal, a cause que les peuples, les gens ordinaires, les travailleurs, les démocraties, se laissent commander, diriger, par les affairistes, les capitalistes,les riches que sont riches parce que le système capitaliste les permet garder, s'approprier, voler, une partie important du produit du travail des travailleurs......les seuls à produire richesse.

Les capitalistes, le capital, cherche maximiser les profits, souvent n'importe comment, collusions, corruption, guerres, installer des dictatures atroces en petits pays riches en ressources pour mieux les voler, exploiter enfants, femmes, pauvres danses pays pauvres, exploiter à l'os 500 millions des chinois en dictature, etc.

Violence et saccage au Moyen Orient des capitalistes impérialistes colonialistes depuis longtemps nous amènent une guerre religieuse mondial que nous met à nous tous én danger.

Très dangereux que le 99 pour cent des gens normaux,équilibrés, sains,donnent leur pouvoir démocratique aux aristocraties, les oligarques,aux requins et piragnas de tout accabi qui mènent clairement et rapidement l'humanité vers l'apocalypsis.

ATTENTION.......les capitalistes, les entrepreneurs, les affaires, sont absolument nécessaires. Il est le seul système qui fonctionne.!!!!!

Mais en sachant qu'ils ont des intérêts contraires à ceux des travailleurs, et en sachant qu'ils sont obligés à faire le plus des profits possibles pour se garder compétitifs et survivre, IL FAUT qui soient contrôles par le 99 pour cent des gens ordinaires, les travailleurs , les pauvres et les PME.

Le 99 pourcentage de l'humanite doit contrôler le un pour cent des super riches qui possèdent l'économie, ou nous ne survivront pas.

Ou démocratie réel et effective du Peuple, ou l'avidité du Capital sans scrupules non regule, détruira Nature et humains.

PKP doit donc se soumettre à la démocratie, et non le contraire.

Zarbitte dit :
10 octobre 2014 à 13 h 26 min

Les gens se plaignent souvent de la piètre qualité de nos politiciens. Pour une fois que nous en avons un qui semble vouloir sortir du moule, nous voyons immédiatement le troupeau s'abattre sur lui afin de le rabaisser au même niveau que les autres. Que nous somme bêêêêêêêêêêêêtes parfois...

@ Clermont Perrot SI vous n'êtes pas heureux de la couverture médiatique ici, je vous suggère le Groupe Gesca, ils vont sûrement vous plaire avec leur neutralité éditoriale légendaire.

jacques h. grenier dit :
10 octobre 2014 à 13 h 33 min

Jacques Daoust est un ex vice-président de SNC Lavalin, un ex-PDG d'Investissement Québec et un ancien banquier Suisse chez Edmond de Rothschild Group. Qui faudrait-il surveiller, le banquier ou l'investisseur?

Jean Bernard dit :
10 octobre 2014 à 13 h 47 min

Cette schématisation du héros à la voltaire ne correspond pas a la réalité. Le héros de voltaire ne décrétait pas de lockout, ne confondait pas ses intérêts personnels aux intérêts collectifs.

Princesse des Neiges dit :
10 octobre 2014 à 14 h 23 min

Merci madame St-Germain pour votre réflexion différente du bla bla ambiant. *** Monsieur PKP; futur Premier Ministre jeune et lucide, indépendant de fortune, montréalais qui a des Lettres et qui saurait aborder la vie politique québécoise sous l'angle économique avec maîtrise et compétence; de plus, on peut espérer qu'il saurait observer les règles philosophiques de base: douter, écouter, questionner et surtout, et surtout passer à l'action pour le bien commun. Nous avons un besoin criant d'un intelligent Bon Berger, de plus, ce dernier, de toute évidence apprend très rapidement les règles parfois glauques du politique. p.s. on trouvera certainement ce commentaire trop ceci ou pas assez cela. Il m'importe peu, car, le but principal de mon modeste point de vue est de nous faire réaliser que nous avons là une 'Étoile Filante' d'une qualité de vélocité exceptionnelle qui file sur sa trajectoire et qui ne repassera peut-être pas de si tôt dans l'espace Bleu québécois. À bon entendeur!

Louise pitre dit :
10 octobre 2014 à 14 h 32 min

Monsieur Clermont Perrot SVP avant de parler de partisannerie, vous pouvez lire La Presse si vous le voulez. Vous allez voir surtout qu'il n'a pas des Lise Ravery et des Martineau et cie qui écrivent de ce journal et non plus dans Le Soleil et Le Quotidien. Il n'a pas grands journalistes dans ces journaux qui osent écrire sur les Desmarais, à part pour les louanger.

P. Ranger dit :
10 octobre 2014 à 14 h 41 min

PKP un héro ? Wow faut en avoir fumé du bon. Si je disait ce que j'en pense vraiment, mon commentaire serais disparu.

Guy Bouchard dit :
10 octobre 2014 à 14 h 46 min

Clermont Perrot allez lire la chronique de Lise Ravary si vous êtes pas content Il y a toutes les tribunes dans le JM .Je vous soumet que la presse est mieux indiqué pour les gens qui ont l'esprit plus fermer

Gilles Bousquet dit :
10 octobre 2014 à 14 h 51 min

Bern erre ici, si PKP était tant motivé par l'argent, il ne serait pas un député en y risquant ses entreprises profitables, autrement. peu ou pas de gens d'affaires, si bien placés, osent se déclarer des séparatistes québécois.

Bob Barbotte dit :
10 octobre 2014 à 15 h 06 min

PFK, un poulet de légende?

Paul R.bergeron dit :
10 octobre 2014 à 15 h 15 min

Je suis un nationaliste de longue date et mon vote se dirigeais vers le parti de Mr.Legault lors les prochaines élections, mais sa manigance et son opportunisme( basée sur la crainte) dans la saga PKP m'a convaincu de ne pas voter pour la Caq. Mr.Peladeau est un homme d'affaire averti et audacieux et il est exactement le type de politicien dont le Québec a vraiment besoin. Honte a vous Mr.Legault.

alain maronani dit :
10 octobre 2014 à 15 h 20 min

Journaliste ? Vraiment ?

Lecteur_Critique dit :
10 octobre 2014 à 15 h 20 min

J'ai l'impression que la majorité des Québécois en a tellement assez des politiciens frauduleux qu'elle en perd tout espoir de changement, de renouveau et elle perd surtout sa lucidité. PKP a su géré l'une des plus grosses entreprises Québécoise avec brio. A-t-il fraudé pour en arriver là? Rien ne porte à le croire. Pour quelles raisons n'arriverait-il pas à gouverner un Québec moderne, un Québec fier et un Québec québécois? Si les investisseurs sont tous étrangers, autant bien leur vendre le Québec, ça nous sortirait de la dette! Vous voulez du concret, ben PKP vous en sert du concret! Il veut un Québec aux québécois et il le démontre! Il fonce au lieu de rester dans les belles paroles vides d'action!

sco100 dit :
10 octobre 2014 à 15 h 26 min

Il faudrait en revenir de la supposée stature de PKP en tant qu'homme d'affaires. C'est Vidéotron qui permet à Québecor de ne pas sombrer, et Vidéotron (achetée avec un investissement de la Caisse sur ordre du gouvernement Landry), c'est essentiellement Robert Dépatie et son équipe qui l'ont transformée.

La plupart des dadas de PKP ont sombré ou périclitent. Qu'on pense à Québecor World qui a carrément fait faillite, croulant sous une dette intenable, ou encore Sun Media, payée 1,5 milliard et vendue 300 millions.

Pour ce qui est de PKP, le politicien, je ne lui donne pas jusqu'aux Fêtes, incapable qu'il est de comprendre le concept même de conflit d'intérêts.

L'intègre dit :
10 octobre 2014 à 15 h 34 min

Votre chronique me donne des des hauts le coeur. PKP, un héros de légende. Non il est simplement un homme à qui on a laissé une fortune mais qui agit comme un enfant-roi à chaque fois qu'il est en désaccord avec quelqu'un. Les gens qui l'a mis sur le pavé (17 lock out) et vous osez le traitez de héros. Il se dit un homme du peuple... Un homme d'affaires qui a réussi ? A réussi quoi ? N'importe qui dans sa position aurait pu faire la même chose sans mettre 17 entreprises en lock out. Puis, vous ne parlez pas des journaux anglophones qu'il a vendu pour quelque 300 millions mais qu'il avait payé 1 milliards et demi. J'ai appris cette information sur Radio-Canada et Québécor n'en a pas soufflé un mot... Incroyable ce qu'on peut écrire pour avoir la faveur du boss. Mis à part les gens qui voient M. Péladeau dans leur soupe vous n'êtes crédible pour personne. lls sont rares les chroniqueurs et les journalistes comme Mme Ravary chez Québécor. Elle perdra probablement sa chronique mais au moins contrairement à vous elle peut dire qu'elle est intègre. Lorsqu'on regarde ce que vous et vos confrères écrivez depuis quelques mois on comprends pourquoi il veut garder son empire médiatique. C'est seulement pour ses intérêts personnels. Il s'est lassé de diriger une entreprise non pas d'une main de fer mais d'une main de dictateur et maintenant il aspire à diriger un pays. Pour ce faire il a besoin de son empire et de ses employés qui tremblent juste à entendre son nom pour faire de la propagande comme vous le faites. M. Péladeau n'est pas le seul perdant dans cette histoire. Québécor a perdu beaucoup de crédibilité depuis que PKP est en politique. Lorsqu'on lit votre chronique une pensée vient à notre esprit : la dame est pathétique.

jean-luc goulet dit :
10 octobre 2014 à 15 h 56 min

Le Québec via le Parti Québécois a déjà eu un héro en René Lévesque et voyez ce que l'intellingentia du PQ a fait de lui: trahison et coup de poignard (tu quoque mi fili)... PKP va se faire servir le même remède... il serait mieux dans un autre parti comme la CAQ (qui se cherche encore...). Le héro ne peut rien s'il est dans le mauvais véhicule.... Shumacher n'aurait rien réalisé dans une Renault 5...

jacques landry dit :
10 octobre 2014 à 16 h 06 min

Si j'avais peur d'une propagande indépendantiste de Québécor dans une future élection, je laisserais PKP tranquille et devenir chef du PQ, une aubaine pour les critiques fédéralistes qui ne manqueront pas une seule allusion en faveur du PQ. C'est bien plus parce qu'il représente le Québec Inc. souverain qu'il fait peur, on n'est pas habitué d'avoir des adversaires indépendants de fortune et populaire. Il va y avoir du trafic à Sagar, un état oligarchique dans l'état. Imaginez, le peuple et les petits entrepreneurs derrière un bon capitaliste, fils d'une légende, quel choc ce sera. Le barrage est commencé à la télévision sous un masque d'une éthique démocratique bafouée . Honnêtement, je n'ai pas été lire La presse encore mais il n'y a pas beaucoup d'analystes Radio-Télé qui n'ont pas que la poutre Québécor dans l'oeil. PKP monte au front ouvertement, rien de caché. Il sera scruté au microscope au contraire de la famille Power-Corp. Eux auraient un droit acquis en la matière. Pourquoi se gêner pour une fois?

Mario Du Paul dit :
10 octobre 2014 à 16 h 12 min

dire du bien d'une personne devient de la partisannerie politique LOL Donc si vous voulez être crédible dite des calomnies Le Canada a un institution pour contrôler ça cala s'appelle le CRTC. Les fédéralistes n'ont plus confiance au "plus meilleurs pays du monde" et en ses institutions Y a t'il un érudit pour expliquer le phénomène Y a t'il un érudit pour expliquer le pouvoir du CRTC sur Quebecor. Quel avenir pour le fleurons Québécois si le CRTC suspend ces permis? Legault Lisée et tous les détracteurs de PKP sont des personnes qui porte bretelle et ceinture en même temps car il ne font même pas confiance a leurs culotes. La grande question est si ils sont capable de renier les institutions fédérales et Québécoises, soustraire des catégories de personnes a leurs droits les plus fondamentales élire ou se faire élire imaginez maintenant comment ces tristes sires feraient des lois juste et équitables quand diffamations et discriminations fait office de loi. Legault Lisée et les 84 pour sont des dangers pour la démocratie pour le Québec et les Québécois et toute société digne de ce nom.

Mathieu Gravel dit :
10 octobre 2014 à 16 h 37 min

Très bon texte. J'ai hâte de lire votre prochain!

vertigo dit :
10 octobre 2014 à 16 h 44 min

C'est vrai que la partisannerie aveugle! Encore plus quand c'est du signataire de votre chèque de paie dont il s'agit. Allez madame, avouez que votre texte, s'il n'est pas une commande, reflète une partisannerie dont on ne saurait trop se méfier

Daniel dit :
10 octobre 2014 à 16 h 48 min

Parfaitement d'accord avec vous Mme St-Germain. La nation québécoise a besoin d'un tel personnage et devrait être reconnaissante de son parcours. Il aurait pu choisir la facilité, continuer de diriger son empire en jouant aux libéraux, mais il a choisi de parachever son itinéraire après avoir contribué à l'essor économique du Québec, suivant ici l'oeuvre de son père. De plus, nous oublions qu'en deçà de l'homme d'affaires (tant privées que publiques), il s'agit d'un homme qui a assis son parcours académique sur des études de philosophie et de droit. Nous sommes loin du simple homme d'affaires qui serait passé directement au MBA à HEC en crachant sur les «sciences molles».

quidam23 dit :
10 octobre 2014 à 16 h 49 min

PKP héros de légende? Pas pour moi et voici pourquoi: -Deux ans après la mort de son père il devient en 1999 PDG de Québecor. L'action de Québecor, probablement en raison de la confiance des investisseurs (la mienne en tous cas) à l'égard de sa nomination, grimpe rapidement jusqu'à 31$ (62$ avant fractionnement) au début de l'année 2000 -En1999, Imprimeries Québecor achète World Color et devient Québecor World. PKP ne tarit pas d'éloges sur cette transaction ce qui m'incite à acheter des actions pour mon REER. En 2008, les Péladeau abandonnent et l'action perd 99% de sa valeur. Toutefois, les principaux dirigeants touchent de belles primes. Il semble que les Péladeau n'ont pas trop soufferts de la déconfiture de Quebecor World. Ce qui n'est pas la même chose pour moi et les autres petits actionnaires.

-A partir de 2000 sous la gouverne de PKP, l'action de Quebecor dégringole jusqu'à 6,03$ en 2003.

-En 2000, à la demande du gouvernement du PQ, la Caisse de dépôt investit, avec notre argent, 3,2 milliards pour permettre à Quebecor d'acheter Videotron. Nous n'avons eu aucun retour sur cet investissement; pire, nous avons subi des pertes. On peut s'imaginer ce que vaudrait notre investissement s'il avait été placé judicieusement. -A son départ comme PDG en 2013, l'action de Quebecor valait environ 21,50$ soit, près de 33% de moins qu'au moment où il est devenu PDG. Aujourd'hui, maintenant qu'il n'est plus PDG, l'action vaut environ 27-28$

-PKP est parmi les plus riches au Canada; ce qui n'est pas le cas pour les petits actionnaires qui ont cru en lui.

Gilles Bousquet dit :
10 octobre 2014 à 16 h 57 min

Félicitations Mme St-Germain pour cette excellente chronique sur PKPéladeau, notre Kapitaine Kébek en devenir. Que les manants se le disent pour s'amender, pendant qu'il est encore temps !

NuageNoir dit :
10 octobre 2014 à 17 h 22 min

Pour un Québec libre, francophone, et plus prospère! Bien dit!

Frank dit :
10 octobre 2014 à 18 h 11 min

@Claude Goulet

Vous dites que ``PKP est des nôtres``. Non monsieur! Un homme d'affaire multi-millionnaire, un baron médiatique qui contrôle 50% de un marché des médias au Québec. Non, il n'est pas des nôtres! Tout comme ceux qui disent que Céline Dion est comme nous tous. Faux! Une chanteuse de niveau international également multi-millionnaire avec 500 paires de soulier dans son garde robe grand comme votre bungalow....

Cessez de dire que ces gens là sont comme nous autres.

Réal Nadeau dit :
10 octobre 2014 à 18 h 28 min

@ tous les ''bern'' qui rêvent de noirceur ! Vous affirmez que Pier-Karl ne pense qu'à son profit personnel ! Cela ressemble à une projection personnelle de votre part.PKP et le Québec sont plus grands que tous les éteignoirs.

France H. dit :
10 octobre 2014 à 18 h 29 min

Mme Geneviève St-Germain,

J'apprécie beaucoup votre texte. Malheureusement, après avoir lu certains commentaires ici j'observe que votre dit texte est comme une perle lancée aux cochons.

Dine59 dit :
10 octobre 2014 à 19 h 02 min

Cette chroniqueure à garde une certaine pudeur. Elle a mis un point d'interrogation.

Alexandre Limoges dit :
10 octobre 2014 à 19 h 05 min

Fascinant. Nous sommes en pleine controverse concernant les graves dangers du rapprochement entre le monde de la politique et celui des médias avec l'affaire Québécor, et voici qu'un article du Journal de Montréal présente PKP comme un héros. Fascinant.

Assez évident dit :
10 octobre 2014 à 19 h 14 min

PKP mérite un seul mot ... Bof!

Paul Gagné dit :
10 octobre 2014 à 20 h 02 min

Madame St-Germain, l'angle dont vous abordez votre chronique est à la fois étonnante et fort intéressante. Bravo.

sco100 dit :
10 octobre 2014 à 20 h 02 min

PKP devra se trouver un nouveau hobby vu qu'il n'a clairement pas compris les règles entourant son dernier choix de carière. C'est plate pour les gens de Saint-Jérôme, mais le gars doit tirer les conclusions qui s'imposent sans lui, et au-delà de son niaisage sur Facebook: un député qui fait avancer sa business de l'intérieur doit être repoussé à l'extérieur. DÉMISSION!

Gilles Bousquet dit :
10 octobre 2014 à 20 h 08 min

À France H : « Ce n'est pas gentil pour les cochons ça. »

audrey dépault dit :
10 octobre 2014 à 20 h 09 min

PKP a des différents avec le CRTC. Dans un Québec indépendant, le CRTC n'aurait plus droit de parole. Vivement un Québec libre pour M. Péladeau. Et ses entreprises auront le haut du pavé. Un vrai Berlusconi. Ah! c'est vrai, il n'aime pas lui etre comparé.

Gilles Bousquet dit :
10 octobre 2014 à 21 h 17 min

M. Dépault, encore chanceux de pouvoir insulter le propriétaire, sur son journal. C'est le véritable droit de parole ça et même qui ne serait pas enduré chez la concurrence que vous préférez tant.

rogerc dit :
10 octobre 2014 à 21 h 32 min

PKP a du courage. Voila pourquoi que si il ce présente comme chef au PQ il auras mon vote !!! Cette homme a réussis a ce mettre au dessus de la partisannerie crasse de la politique québécoise. Cela est toute en son honneur.

Nico Dubé dit :
10 octobre 2014 à 22 h 13 min

Restez debout Monsieur Péladeau. Nous sommes tous OUI pour un pays!

Télécommunications: Qui contrôle le CRTC et le gouvernement fédéral? (Le modèle tentaculaire de Bell est beaucoup plus néfaste et moins rentable pour l'économie québécoise que toute l'activité économique générée par Quebecor). Oui, M. Péladeau et tout le Québec gagnent avec un OUI. C'est la bataille des ondes et de la diffusion. Les médias en sont là. Pour ce qui est des médias de Quebecor, nous voyons, lisons et entendons beaucoup Mario Dumont et Jean Lapierre. Sont-ils soumis à des pressions de M. Péladeau ou vont-ils se convertir à l'indépendance nationale pour conserver leur job?

Ressources naturelles: Colonialisme étranger qui possède nos mines, notre sol et nos cours d'eau? Pétrole albertain qui saccage et brûle nos communautés? Je préfère l'or bleu et l'électrification des transports. Une possible nationalisation du sol avec une vraie loi sur les mines. Pas celles des spéculateurs de Toronto et de l'Asie.

Des emplois et de l'expertise québécoise nous rendant moins dépendants de l'instabilité extérieure et donc plus riches. Des politiques sociales familiales plus généreuses plutôt que le dédoublement de mesures fédérales inutiles et coûteuses? Une affirmation nationale payante à l'international. Des sièges sociaux, de la fonction publique négociée et rapatriée d'Ottawa, des ambassades, du tourisme, de la culture dans notre capitale.

Legault et Québec Solidaire divisent volontairement et empêchent l'alliance du vote nationaliste. Ce qui permet à la pègre libérale de rire...de nous :-) Nous aimons rire au Québec.

Bravo Monsieur Péladeau pour votre assurance, votre droiture et votre «lucidité» digne des héritiers de la Révolution Tranquille.

«D'un supporteur socialiste lucide, familialiste, féministe de sexe masculin (coincé sous le monopole de Bell).

geneviève st-germain dit :
10 octobre 2014 à 22 h 41 min

Coudonc, savez-vous lire? La comparaison entre les êtres humains et les personnages de fiction est toujours un exercice intéressant, voire éclairant. Encore faut-il connaître le second degré! La nature humaine ne cesse de me fasciner. Et j'ai de la compassion pour mes soeurs et frères humains. Il faut bien mal me connaître pour penser ne serait-ce qu'un seul instant que je sois disposée à faire de la lèche au boss. Si vous saviez à quel point, ce texte et tous les autres ne sont pas spécialement payants et garants de quoique ce soit... Sérieusement, je vous plains de ne trouver que cela à dire....

lucie jolicoeur dit :
10 octobre 2014 à 23 h 11 min

si on n a des reproches a faire a PKP couillard lui a des paradis fiscaux avec l argent gagn. en arabie saoudite a faire ce qu on lui demandait mais dans ce pays les médecins coupent les mains des voleurs et d autres chatiments pour moi couillard avait fait la promesse devant l Ordre des médecins de faire le bien et d aider pour moi c est un manquement grave qu en pensez-vous

Anne-Marie Gélinas dit :
11 octobre 2014 à 12 h 51 min

J'aime bien l'analyse au travers le mythe, ça nous change de la petitesse infinitésimale à la quelle nous sommes confrontés ces derniers jours. À l'époque, quand je ne comprenais pas l'aveuglement des québécois face à Bouchard, j'ai rencontré quelqu'un qui m'a expliqué qu'il fascinait la population parce qu'il correspondait au mythe de la Lazare. On se prive parfois d'un niveau d'interprétation très surprenant quand on néglige les mythes.

Ariane Rondeau dit :
11 octobre 2014 à 22 h 33 min

Je ne m'attarderai pas au contenu, mais ne ferai que souligner que cet article contient au bas mot 12 erreurs de ponctuation. Aberrant pour toute publication un tantinet sérieuse.

Sophie dit :
12 octobre 2014 à 10 h 10 min

Je comprends que le conflit d'intérêt concernant PKP vous fait peur. C'est bien! Mais qu'en est-il des conflits d'intérêts bien pires de l'empire Desmarais? Nous somme déjà sous le joug de l'empire Desmarais, qui lui aussi possède une entreprise de presse. Et même une entreprise de gaz et pétrole, avec laquelle il est en train de nous déposséder de notre Québec: la caisse de dépôt, Enbridge, Total... le port pétrolier dans le Saint-Laurent, les pipelines, le renversement de la ligne 9, Anticosti, la Gaspésie, les coupures dans les centres de recherche sur la faune et la flore, l'abolition des lois qui protège nos lacs et nos rivières... ça va faire, un moment donné!!! Pendant que vous pensez que l'empire Péladeau va vous manipuler avec ses médias, c'est l'empire Desmarais qui vous manipule déjà avec les siens! Je suis membre de Québec Solidaire. Je n'ai pas aimé de PQ de Marois. Le conflit d'intérêt concernant Péladeau me titille aussi, mais en dessous de la couverture, la dépossession sournoise de Desmarais est beaucoup plus dangereuse et déjà bien entamée. Je me dis que Péladeau serait celui qui est assez puissant pour l'arrêter.

alain maronani dit :
13 octobre 2014 à 7 h 11 min

Dans les salles de rédaction, un article comme celui-ci possède une expression pour le qualifier..

On appelle ca 'passer les plats'...

la catholicisme a une autre expression, hagiographie...

Steve Harvey-Fortin dit :
17 octobre 2014 à 7 h 27 min

La chose que je vois c'est que les péquistes sont toujours prêt à demander la démission d'un élu lorsqu'il semble y avoir conflit d'intérêt partisan en raison de ses avoirs privés ou compagnies. Mais lorsqu'il s'agit d'un péquiste, il ne faudrait pas toucher à rien car il fait plus pitié que les libéraux ou les fédéraux qui eux semble avoir le monopole de l'argent. Bien sur, au Québec, pour être riche il faut être radin ou très grateux car notre propre gouvernement nous mange notre pain afin que nous restions pauvres et démunis. Cette loi culturelle qui nous maintient dans la pauvreté innée d'un peuple qui se doit d'être socialiste pour survivre face à une double imposition ne nous donne rien de plus.

S'il faut un homme riche pour sortir le Québec du Canada anglais dominant contre les mensonges d'un Justin Trudeau hypocrite, alors on a pas fini de souffrir.

Sarah Stevens dit :
15 novembre 2014 à 22 h 35 min

Pourquoi vous les français nous juger les anglais on vous avait rien fait de mal... On vit dans votre province on doit apprendre votre langue par obligation quoi d'autre voulez-vous de nous. Voulez-vous qu'on quitte la plrovince c'est que vous voulez. J'ai 14 ans je ne parles pas bien français car mes parents sont anglophones donc comme je parles mal vous me juger dans la rue. Je vous ai rien fait. Pourquoi les gens peuvent pas vivre en PAIX je sais c'est trop dur pour demander mais quand même.