/news/politics
Navigation
Réforme de la santé

La réforme de la santé risque de rater la cible

Dr Louis Godin
Louis Godin

Coup d'oeil sur cet article

Les médecins omnipraticiens craignent que la réforme conçue par le ministre de la Santé Gaétan Barrette ne rate la cible.

La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) prévient le ministre Gaétan Barrette que le projet de loi 10 n'éloigne des patients la prestation des soins de santé. Québec veut réduire le nombre d'établissements publics de santé de 182 à 28. «Il faut s'assurer que l'organisation des services cliniques et l'organisation clinique restent à la hauteur des patients et des mécecins qui exercent», a dit le président de la FMOQ Louis Godin, au sortir de la commission parlementaire qui étudie le projet de loi 10.

Louis Godin a émis la crainte que les 28 Centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) ne deviennent des «méga agences de santé» que le ministre Barrette veut éliminer. Certains établissements auront jusqu'à 2000 médecins sous leur gouvernance. «On craint une perte d'influence des gens qui dispensent des soins de proximité», a dit le Dr Godin.

Politiser

De même, les pouvoirs que le projet de loi 10 confère au ministre de la Santé risquent de mener à une politisation de tout le réseau, prévient la FMOQ. «À partir du moment où le ministre nomme le conseil d'administration, le pdg (des CISSS) et ses adjoints il y a un risque de mettre des gens qui ont la même philosophie que (le ministre).

«La système de santé doit se voir au-dessus d'une vision partisane (...) Le risque c'est que je ne sois pas capable d'organiser les soins de santé en fonction de la réalité», a plaidé M. Godin.

Avant la FMOQ, l'Ordre des infirmières du Québec est venu demander que plus de responsabilités soient confiées aux infirmières pour dispenser les soins. «Elles ont la compétence, les connaissances; elles peuvent faire la différence c'est l'avenir qui se situe là», a dit la présidente de l'Ordre Lucie Tremblay.

Les médecins et les infirmières appréhendent la «période de flou» qui suivra l'adoption du projet de loi 10 «modifiant l'organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux». Le ministre de la Santé plaide qu'il s'agit d'une loi de transition et que la Loi sur les services de santé et des services sociaux sera réécrite d'ici la fin du mandat du gouvernement Couilard.

Commentaires