/news/politics
Navigation
Sainte-Sophie

Un fraudeur s’empare du compte Facebook de la mairesse

GEN-SAINTE-SOPHIE -SUIVI
Photo d'archives Louise Gallant, mairesse de Sainte-Sophie.

Coup d'oeil sur cet article

Un fraudeur africain a pris le contrôle de la page Facebook de la mairesse de Sainte-Sophie pour demander de l’argent à ses amis.

Un fraudeur africain a pris le contrôle de la page Facebook de la mairesse de Sainte-Sophie pour demander de l’argent à ses amis.

La mairesse Louise Gallant a réalisé le 12 octobre dernier que quelque chose d’étrange se passait lorsqu’elle a vu le curseur de son ordinateur se balader dans toutes les directions sans qu’elle ne manipule la souris.

Piles à changer?

Sa première réaction a été de croire à un problème technique. «Des piles à changer», a-t-elle d’abord cru.

Mais ce diagnostic a été de courte durée car la mairesse a eu tôt fait de réaliser que le problème était nettement plus sérieux et qu’il venait de la Côte d’Ivoire.

Un de ses contacts Facebook, lui-même «ami » avec certaines connaissances de la mairesse, et avec qui elle avait échangé à trois ou quatre reprises, est à l’origine du phénomène.

Le contact s’est avéré être un fraudeur qui avait pris le contrôle de son ordinateur et qui en usurpant l’identité de Mme Gallant, demandait à des amis de la victime de lui venir en aide.

En se faisant passer pour Mme Gallant, il disait être parti en voyage en Côte d’Ivoire et être aux prises là-bas avec des difficultés pouvant mettre sa vie en danger.

Il ajoutait avoir besoin de 3000 $ à 5000 $ pour s’en sortir.

Pas de victime

Mme Gallant a rapidement découvert le pot aux roses et a réagi promptement demandant aux techniciens de Bell Sympatico d’intervenir.

«Il a fallu qu’on reformate totalement mon ordinateur», indique la mairesse qui a aussi communiqué avec les bureaux de crédit Equifax et TransUnion afin qu’ils portent une attention particulière à toute demande de crédit pouvant être faite en son nom.

Se disant soulagée qu’aucune des personnes contactées par le fraudeur ne soit tombée dans le panneau – du moins pas à sa connaissance –, Mme Gallant dit avoir une pensée envers tous ces ados qui se font prendre au piège.

«Si moi, à 59 ans, je me suis faite avoir, j’imagine comment il peut être facile d’embarquer de jeunes adolescents», a conclu la mairesse Louise Gallant.

Commentaires