/news/politics
Navigation
Municipal | Labeaume

Nouvelle voiture pour le maire

Des policiers en civil ont accompagné Régis Labeaume dans ses déplacements hier

Coup d'oeil sur cet article

La sécurité a été renforcée autour du maire Labeaume, qui a troqué hier sa berline de fonction pour un gros tout-terrain Ford Expedition. Il était aussi escorté par deux policiers en civil.

L’arrivée du maire hier matin à La Cité verte, pour une annonce de logement social, n’est pas passée inaperçue. Au lieu de se déplacer dans son habituelle berline Buick conduite par son chauffeur, le maire est arrivé en VUS aux vitres teintées.

Deux policiers en civil l’accompagnaient et l’ont suivi dans ses sorties publiques hier.

Le ministre Sam Hamad, qui participait aussi à l’annonce, est arrivé dans sa limousine habituelle, accompagné de son garde du corps et de son personnel politique.

Interrogé à ce sujet hier, le maire y est allé de cette explication: «On a eu une crevaison avec l’autre [voiture]», a lancé Régis Labeaume, sourire en coin.

Le maire n’a pas voulu répondre aux questions sur les nouvelles mesures de sécurité mises en place à la suite des deux attentats de cette semaine.

«Je suis désolé. La sécurité, pour que ça fonctionne, il ne faut pas en parler. C’est bête, hein?» a-t-il ajouté.

Les mesures de sécurité entourant le maire ont fait couler beaucoup d’encre cette semaine. Mardi, après les événements de Saint-Jean-sur-Richelieu, M. Labeaume avait dit craindre pour sa sécurité si des loups solitaires s’en prenaient à des personnalités publiques. Il a ensuite nuancé ses propos au lendemain de l’attentat d’Ottawa, soutenant qu’aucune menace ne pèse sur lui ou sur la ville.

L’opposition à l’hôtel de ville a critiqué la gestion de ce dossier par le maire. «Ce sont les militaires qui sont visés, pas les hommes publics et les stars de la province», a noté le conseiller Yvon Bussières, dont le fils est militaire.

Red Friday

Par ailleurs, le maire et le ministre Hamad portaient hier une cravate rouge en signe de solidarité avec les militaires canadiens. Ce geste s’inscrit dans le mouvement Red Friday.

M. Hamad a rappelé à la population l’importance de ne pas stigmatiser les communautés musulmanes relativement à ces attaques perpétrées par des Québécois convertis à l’islam.

Le ministre a salué la sortie de l’imam de Québec, Luqman Ahmed, qui a dénoncé les attentats et a invité tous les musulmans à rapporter aux autorités policières tout comportement suspect posé par des membres de la communauté.

«La petite communauté musulmane de Québec s’est toujours objectée à tout radicalisme, quel qu’il soit. C’est une constante, alors il faut être prudent», a ajouté le maire.

 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.