/news/currentevents
Navigation
Meurtre | Longueuil

Un assassinat mystérieux ébranle les résidents du Vieux-Longueuil

Coup d'oeil sur cet article

Un lourd silence régnait hier soir pendant la vigile organisée à la mémoire de Jenique Dalcourt, une jeune femme de 23 ans tuée mardi dans le Vieux-Longueuil.

Une centaine de personnes, qui ne connaissaient pas la victime en grande majorité, se sont réunies pour la saluer.

«C’est tellement cruel», dit Sylvie, qui l’a connue à l’école Jacques-Rousseau, située à quelques mètres de là.

Jenique Dalcourt aurait été battue à mort avec une barre de métal en rentrant à pied de son quart de travail, vers 22 h mardi.

Accompagnée de sa fille de 22 ans, qui emprunte souvent la même piste cyclable, Sylvie n’arrivait pas à comprendre ce qui avait pu se passer.

«Elle travaillait fort cette enfant-là, elle était à son affaire. C’est une fille qui paraissait bien. Ça donne un choc», dit-elle.

«C’est une résidente du quartier et on veut être solidaires avec elle et les membres de sa famille, explique l’instigatrice de la vigile, Marthe Savoie. Ceux qui passent souvent par là savent qu’elle n’a pas mis sa vie en danger.»

La Ville de Longueuil a déjà réagi, hier, en installant des lampadaires le long de la ligne électrique et en taillant des arbres afin d’éclairer la piste.

Inquiétude

Florence, une mère de famille, s’inquiète tout de même pour ses enfants, âgés de 18 et 20 ans.

«Si on avait une idée du mobile, ce serait plus rassurant, mais en attendant, je vais les chercher aux arrêts d’autobus. J’aimerais que la police nous donne plus d’informations», conclut-elle.

Pour sécuriser la population, la police de Longueuil effectue des patrouilles plus régulières sur la piste cyclable. Ils iront aussi à la rencontre des citoyens du quartier.

«Samedi [aujourd’hui], du porte-à-porte sera effectué pour rencontrer les voisins afin de les rassurer et vérifier s’ils peuvent amener de nouveaux éléments à l’enquête», a affirmé Mélanie Mercille, porte-parole de la police de Longueuil.

Une perle rare

La famille de la jeune femme encaisse difficilement la nouvelle et vit son deuil loin des médias pour le moment.

«Jenique était une perle rare, toujours souriante et tellement affectueuse, a confié au Journal sa cousine Josée-Alexandra Dalcourt. Je suis sans mot [devant] cette horrible situation.»

Commentaires