/news/currentevents
Navigation
Sherbrooke

Non aux coupes dans les centres jeunesse

Non aux coupes dans les centres jeunesse
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

«Couper dans les centres jeunesse, c'est abandonner 32 000 jeunes vulnérables au Québec», a déclaré Denis Beaudin, président du Conseil central des syndicats nationaux de l'Estrie.

Plus de 210 travailleurs et travailleuses du Centre jeunesse de l'Estrie ont manifesté le lundi 17 octobre à Sherbrooke, afin de protester contre l'annonce de coupes de 50 M$ en 4 ans dans les Centres jeunesse du Québec, dont 20 M$ cette année.

Alors que le Centre jeunesse de l'Estrie doit faire face à une augmentation de plus de 13 % du nombre de jeunes qui lui sont confiés, ces coupes entraîneront inévitablement une diminution des effectifs. Il y a plus de 32 000 jeunes au Québec et près de 4000 en Estrie qui reçoivent des services des centres jeunesse.

«Ces coupes auront un impact sur les services aux enfants et à leur famille et occasionneront une augmentation de tâches qui affectera directement les enfants les plus vulnérables. C'est la mission même des centres jeunesse qui est en jeu, nous en sommes rendus à un point de non retour», a déclaré Steve Lemieux, président du Syndicat du personnel du Centre jeunesse de l'Estrie.

Pour les intervenants, cela veut dire moins de disponibilité pour chaque enfant. «Chaque enfant qui nous est confié a besoin de temps, on doit prendre le temps de faire des suivis, de l'accompagner dans ses démarches, avec les diminutions de personnel que vont provoquer ces coupes, nous n'aurons plus suffisamment de temps pour bien faire notre travail», a déclaré Christian Grenier, éducateur spécialisé.

«Il faut arrêter le massacre», a déclaré Denis Beaudin, président du Conseil central des syndicats nationaux de l'Estrie. Selon lui, le gouvernement Couillard abandonne l'atteinte des objectifs de la Loi de la protection de la jeunesse pour faire place à son objectif idéologique d'atteindre le déficit zéro dans un temps record.

Commentaires