/investigations/techno
Navigation
Patron de l'informatique du Québec

Jean-Guy Lemieux démissionne

Coup d'oeil sur cet article

Devant les «apparences de conflits d’intérêts qui persistent», le ministre Martin Coiteux a annoncé la démission du numéro 1 de l’informatique au Québec, Jean-Guy Lemieux.

Son frère, Claude Lemieux, est vice-président de la firme informatique CGI, a révélé notre Bureau d’enquête, il y a deux semaines, soulevant un tollé de contestations sur la nomination. Québec verse des dizaines de millions de dollars en contrat chaque année à CGI.

Le ministre a pourtant défendu sa nomination jusqu’à la fin, mais tout a changé avec des «faits nouveaux», que nous avons révélé dans nos pages mercredi matin concernant le passé de M. Lemieux comme dirigeant à la Régie de l’assurance maladie du Québec.

Martin Coiteux explique que la démission est «dans le meilleur intérêt du gouvernement et de la gestion des dossiers informatiques».

Il garde son salaire

Le statut de M. Lemieux lui permettra de continuer à être payé 179 000 $ annuellement puisqu’il demeure employé de l’État. Il sera affecté à d’autres tâches qui seront déterminées ultérieurement.

Concernant les risques de conflits d’intérêts, Martin Coiteux avait statué que Jean-Guy Lemieux devait s’abstenir d’intervenir à chaque dossier concernant CGI, ce que plusieurs joueurs de l’industrie ne s’expliquaient pas. Une tâche «impossible», selon plusieurs sources, puisque CGI est le plus grande firme québécoise dans le domaine.

Le ministre avait même contredit la loi lorsqu’il a réagit a notre reportage. Ce dernier avait mentionné que Jean-Guy Lemieux ne s’occupait pas des achats informatiques, alors que la loi stipule qu’il est le conseiller du gouvernement pour les achats.

«Faits nouveaux»

Ce serait des «faits nouveaux» qui ont finalement fait déborder le vase. La CAQ a révélé, mardi, qu’entre 2011 et 2014, la Régie de l’assurance-maladie du Québec (RAMQ) a versé au moins 17 M$ en contrat à la firme CGI. Or, Jean-Guy Lemieux était vice-président à la RAMQ pour les dossiers informatiques durant cette période.

Notre Bureau d’enquête a demandé à la RAMQ si M. Lemieux s’était abstenu d’intervenir et l’organisme nous a répondu qu’il «n’avait pas informé les autorités de la RAMQ de cette situation».

Rappelons que le bureau du ministre nous avait mentionné que toutes les mesures avaient été prises avant de nommer M. Lemieux, afin d’éviter toute apparence de conflit d’intérêts.

L’oubli du ministre

Mais étonnamment, le ministre avait oublié de vérifier si M. Lemieux, lorsqu’il était à la RAMQ, avait déclaré officiellement que son frère était à CGI qui recevait des M$ en contrats de la RAMQ. Le ministre n’a pas voulu nous répondre sur cet oubli qui a finalement, conduit à la démission de Jean-Guy Lemieux.

Bien que la RAMQ ait fait une vérification interne qui n’a pas permis de déceler de malversation, le député de la CAQ, Claude Surprenant, qui talonne le ministre depuis plusieurs semaines sur ce dossier, demeure inquiet par rapport aux contrats octroyé par la RAMQ à CGI et exige plus d’information.

« Sa nomination ne fait aucun sens», a martelé le chef de la CAQ François Legault. « Martin Coiteux a manqué de jugement». Selon M. Legault, l’affaire de la RAQM n’est qu’une «excuse» pour que le ministre ne reconnaisse pas qu’il s’est trompé depuis le début avec cette nomination.

Rappelons qu’en septembre, M. Lemieux a remplacé l’ancien grand patron informatique, Jean-Marie Lévesques qui avait quant à lui démissionné un an avant la fin de son contrat. Plusieurs de nos reportages avaient mis en relief des dossiers chaotiques qui relevaient notamment de la gestion de M. Lévesques. C’était le cas du projet SAGIR, dont les coûts sont passés de 83 M$ à plus de 1 G$.

Un court passage
Le 22 septembre
Jean-Guy Lemieux devient le grand patron de l’informatique, après avoir été nommé par le ministre Martin Coiteux. Il remplace Jean-Marie Lévesque, qui a lui aussi démissionné un an avant la fin de son mandat.
Sa nomination est contestée: M. Lemieux a peu d’expérience en informatique et est formé en psychologie.
M. Lemieux a déjà travaillé en politique partisane comme adjoint politique au Parti libéral.
Le 15 octobre
Notre Bureau d’enquête révèle que son frère est Claude Lemieux, vice-président de la firme CGI.
Le ministre Martin Coiteux défend la nomination de Jean-Guy Lemieux et mentionne que celui-ci devra se retirer des dossiers concernant CGI.
Le 28 octobre, la CAQ questionne le ministre sur le passé de Jean-Guy Lemieux lorsqu’il était v.-p. à la RAMQ, période pendant laquelle des contrats valant 17 M$ ont été signés avec CGI.
Le même jour, la RAMQ nous explique que M. Lemieux, lorsqu’il était en fonction, n’a pas fait de déclaration d’intérêts officielle concernant son frère.
Le 29 octobre
Martin Coiteux annonce que son grand patron de l’informatique démissionne. Yves Ouellet a été nommé par intérim. Il n'a pas d'expérience en informatique.
Commentaires