/news/currentevents
Navigation
Coroner | Décès métro Fabre

Le foulard coincé presque aussi long que la victime

FD-MORT-METRO
Photo d'archives En janvier dernier, Naima Rharouity a perdu la vie dans un escalier mécanique de la station de métro Fabre.

Coup d'oeil sur cet article

Le foulard qui a étranglé une dame en se coinçant dans un escalier mécanique de la station de métro Fabre en janvier dernier était presque aussi long qu’elle.

Le foulard qui a étranglé une dame en se coinçant dans un escalier mécanique de la station de métro Fabre en janvier dernier était presque aussi long qu’elle.

Dans son rapport rendu public hier, le coroner Paul G. Dionne indique qu’il est impossible de préciser avec certitude si Naima Rharouity est tombée avant que ses vêtements ne se prennent dans l'escalier mécanique ou si une pièce de vêtement s'est prise dans l’appareil, produisant alors sa chute.

Le 30 janvier dernier, vers 8 h 55, la femme de 47 ans s’est dirigée vers l’escalier mécanique menant au métro. Personne ne se trouvait derrière elle au moment du drame. Il n’y a donc aucun témoin visuel.

En visionnant la vidéo d’une caméra de surveillance du métro, le coroner a aperçu que rendu au bas de l’escalier, le corps Mme Rharouity a fait un mouvement brusque vers le sol.

«Le foulard, le manteau et les cheveux de madame ont été pris dans l'escalier mécanique. Madame est étranglée par le foulard et son cuir chevelu est lacéré par les peignes de l'escalier mécanique les marches en mouvement, avant l'arrêt de l'appareil», a noté le coroner.

Foulard de 157 cm

Peu après le drame, des sources avaient confié à l’Agence QMI qu’un hijab aurait causé la mort de Naima Rharouity. Le coroner par contre ne précise pas de quel type de foulard il s’agit.

«II est plutôt possible que les vêtements de madame aient d'abord été pris dans l'escalier mécanique, entraînant sa chute et la strangulation», a indiqué le coroner Dionne, précisant que la victime mesurait 160 cm et son foulard 157 cm.

C’est un usager du métro qui venait d’emprunter l’escalier fixe qui a aperçu la victime et qui a contacté les secours. Le décès de Mme Rharouity a été constaté sur place. Le coroner conclut à une mort accidentelle.

Dans son rapport, il note aussi que depuis 2012, quatre incidents se sont produits dans cet escalier. Il s’agissait de chutes et de prises de vêtements dans le mécanisme.

Après le drame, la Régie du bâtiment a aussi procédé à l’analyse d’événements survenus sur un échantillon de 20 des 298 escaliers mécaniques du réseau de la Société des transports de Montréal.

«L'examen a montré que depuis 2012, 24 événements ont été signalés (une majorité de chutes) dont 2 impliquant des vêtements. La STM compte 68 stations (avec escalier mécanique) et assure plus de 1,3 million de déplacements par jour», peut-on lire.

«Quoique non dramatique statistiquement parlant, il apparaît que l'attention donnée à l'utilisation et l'entretien des escaliers mécaniques devraient être plus grande», a ajouté le coroner dans son rapport.

Il est aussi recommandé que la STM mette en place des activités de sensibilisation et de surveillance des usagers (voir autre texte).

«Elle doit mieux documenter les événements survenant dans ses escaliers mécaniques», a-t-il écrit.

 

Commentaires