/sports/others
Navigation
Basketball | Planète basket

Un match de basket avant de mourir

SPO-BKO-BKW-HUM-HIRAM-V-MOUNT-ST-JOSEPH
Photo AFP Le dernier souhait de Lauren Hill était de jouer un match de basket avec sa nouvelle équipe universitaire, souhait qui a été réalisé dimanche.

Coup d'oeil sur cet article

Lauren Hill a 19 ans et elle mourra fort probablement avant Noël. Son dernier souhait était de jouer un match de basket avec sa nouvelle équipe universitaire. En réalisant son rêve, elle a inspiré des millions de gens à travers le monde.

Lauren Hill a 19 ans et elle mourra fort probablement avant Noël. Son dernier souhait était de jouer un match de basket avec sa nouvelle équipe universitaire. En réalisant son rêve, elle a inspiré des millions de gens à travers le monde.

En octobre 2013, Lauren Hill a pris la décision qu’elle poursuivrait sa carrière de basketball à l’Université Mount St. Joseph, un programme de division III dans la NCAA, situé à Cincinnati en Ohio.

Elle venait d’avoir 18 ans et avait toute la vie devant elle.

Une terrible nouvelle

Mais un mois plus tard, l’ailière de 5 pi 10 po native de l’Indiana a appris qu’elle était atteinte d’une tumeur inopérable au cerveau. Le diagnostic était sans appel, elle avait un maximum de deux ans à vivre.

Malgré des traitements intensifs de radiothérapie et une chimiothérapie expérimentale subis au printemps 2014, ses symptômes – maux de tête, étourdissements, engourdissements et faiblesse musculaire – se sont aggravés au cours de l’été dernier.

D’autres tests ont alors forcé ses médecins à réviser leur pronostic initial: elle sera chanceuse si elle voit briller les lumières dans le sapin de Noël familial.

Courageuse Lauren

Face à l’imminence cruelle de sa mort, Lauren a décidé qu’elle passerait ses derniers mois de vie à sensibiliser la population à sa maladie et à donner une voix à tous les enfants atteints de cancer du cerveau.

Elle a donc partagé son histoire sur les réseaux sociaux et, à l’instar du Ice Bucket Challenge, qui visait à amasser des fonds pour la lutte contre la sclérose latérale amyotrophique (SLA), elle a lancé le défi #Layup4Lauren, qui invite les gens à tourner cinq fois sur eux-mêmes avant de faire un tir en foulée (layup) de leur main non dominante et de faire un don pour la cause.

Son immense courage a rapidement fait le tour de la planète et de nombreux athlètes professionnels et vedettes artistiques se sont empressés de la soutenir publiquement dans son ultime combat.

Pour une dernière fois…

Afin de mordre, malgré tout, dans ce qui lui reste de vie, Lauren s’est accrochée à son rêve de disputer un match universitaire.

En raison de la progression rapide de ses symptômes, la NCAA a même fait une exception en devançant de quelques semaines le match inaugural des Lions de l’Université Mount St. Joseph afin que la recrue puisse y participer.

Dimanche dernier, devant plus de 10 000 spectateurs venus spécialement pour la soutenir et l’encourager, Lauren Hill a réalisé son rêve en amorçant sa première rencontre universitaire.

Malgré ses difficultés motrices de plus en plus contraignantes, Lauren a pu marquer les deux premiers points du match grâce à la bonté des deux équipes qui se sont entendues pour orchestrer un jeu conçu uniquement pour elle.

La foule enthousiaste s’est alors levée d’un bond pour l’ovationner pendant de longues minutes alors que ses coéquipières et ses entraîneurs l’ont entourée au centre du terrain pour la féliciter et lui remettre le ballon du match. Son large sourire et ses yeux noyés de larmes ont fait écho à l’exploit qu’elle venait de réaliser.

Incapable de jouer plus que ces 17 secondes initiales, elle est revenue au jeu avec 26 secondes à faire au match. Elle a marqué les deux derniers points de la rencontre alors que la foule scandait à l’unisson: «On t’aime Lauren».

«Ce match était incroyable, a-t-elle confié après la victoire de 66 à 55 de ses Lions contre les Lady Terriers du Collège Hiram. C’était mon rêve de jouer sur un court de basket universitaire et d’entendre la foule crier. J’aime tellement le basket. C’était le plus beau jour de ma vie. Merci.»

Une grande leçon

Lauren Hill n’est pas une joueuse de basket au talent exceptionnel. Mais elle a touché le cœur de millions de gens par son courage et son désir de vivre.

En foulant le terrain pour une dernière fois dimanche, elle a démontré à quel point il est important de vivre l’instant présent et de célébrer la vie.

C’est nous qui te remercions, chère Lauren…

 

Commentaires