/news/currentevents
Navigation
Justice

Une photo de lui nu envoyée à la Cour d’appel

Il avait été reconnu coupable d’agression sexuelle

DM frere cote-02
Daniel Mallard/JOURNAL DE QUEBEC Joey Côté, photographié le 3 octobre dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Joey Côté, un homme reconnu coupable d’agression sexuelle sur une jeune fille qui dormait, a envoyé un document contenant une photo de lui nu à la Cour d’appel dans l’espoir de voir sa peine être réduite.

L’homme de 32 ans, qui est condamné à purger une peine de 18 mois d’emprisonnement, a porté sa cause devant la Cour d’appel. Celle-ci a été rejetée sans détour par les magistrats, qui n’ont même pas pris la peine d’entendre la procureure aux poursuites criminelles et pénales, Me Carmen Rioux.

Pendant une quinzaine de minutes, l’avocat de Côté, Me Marc Delisle, a tenté de faire comprendre à la Cour que la juge de première instance, Christine Gosselin, n’avait pas été juste à l’égard de son client en ne tenant pas compte du contexte entourant l’agression.

Contexte

«Cette jeune fille-là n’a pas été attaquée par personne! Il y a eu un contexte de créé par les textos envoyés entre elle et l’accusé. Ils ont pris de la bière ensemble, fumé un joint… Je me demande même si ce jeune homme-là a pas vu dans les textos une forme de consentement», a maladroitement exprimé l’avocat, qui s’est fait rembarrer par la juge en chef.

«Ce n’est pas parce que vous demandez par textos à quelqu’un si elle était cochonne et qu’elle dit oui que vous avez le droit de la violer. Ça prend le consentement exprès», a dit Nicole Duval Hesler, avant de redonner la parole à Me Delisle.

«La peine de mon client devrait aussi être réduite parce que son frère, qui était avec lui et qui a plaidé coupable à la même infraction, a eu 90 jours discontinus», a ajouté l’avocat.

«Oui, techniquement, les deux ont commis l’agression, mais, sur le plan subjectif, les gestes posés par votre client étaient plus graves et, quand la jeune fille se réveille, les deux jeunes hommes n’occupent pas la même position (Joey est par-dessus elle et son frère caresse la joue de la victime) et c’est de cela que la juge a tenu compte», a souligné le juge Lorne Giroux.

Lettre explicative

Bien que Me Delisle n’en ait pas parlé, il avait déposé au dossier de la Cour une lettre de trois pages écrites par son client et datée de février 2012.

Dans ce document, Côté relate le contexte entourant l’agression, laissant même entendre que c’est la victime qui aurait pris les devants. «Au moment de mon réveil, mon frère me poussait sur l’épaule avec sa main et me disait: “Check ça, men”. Elle me tenait le pénis de sa main gauche par-dessus mon pantalon, et cela, de bonne force.»

Extraits de la lettre écrite par Joey Côté relatant l’agression
Lors d’une certaine discutions sur MSN j’ai envoyé une photo de moi quand je faisais du conditionnement physique. Voir photo.
Vers 16h00, elle avait envie de nous inviter a venir boire de la bière et visité son petit chez-soi. Tout le long de cette discussion il y a eu de la cruze et cela des trois côté.
J’ai ensuite animé une partie de la soirée racontant de belle histoire de sexe et de charme à faire mouiller.
Je commençais à la masturber en la pénétrant avec deux doit dans le vagin (point G).
Je suis allé porter mon pénis à sa bouche quel bécotait allégrement sans le sucer (mon pénis) pour autant. J’ai pas forcer la chose ce n’est pas toute les filles qui suce.
Je n’ai jamais sentis vue ou perçus quelconque refus de sa part.
Commentaires