/news/provincial
Navigation
Presse quotidienne

Des journalistes, collaborateurs, pigistes et surnuméraires touchés au Soleil

Le Soleil, journal, GESCA
Photo d'Archives Le Soleil.

Coup d'oeil sur cet article

Les compressions dans les journaux se poursuivent alors que Le Soleil a annoncé qu’il procédera à l’abolition de 16,5 postes réguliers d’ici le 10 janvier. Sur le lot, huit journalistes sont touchés, sans compter les dizaines de surnuméraires, collaborateurs et pigistes qui devraient aussi écoper.

«C’est un jour triste pour Le Soleil. C’est beaucoup d’emplois en même temps», a commenté Jean-François Néron, journaliste et président du Syndicat de la rédaction du quotidien, qui a appris la nouvelle jeudi.

L’éditeur avait donné rendez-vous à l’ensemble des employés du Soleil à 11h pour faire le point sur les compressions à venir. C’est à ce moment qu’ils ont appris que huit journalistes, huit autres employés à temps plein et un à temps partiel (personnel de soutien, de bureau et du département de la publicité) perdront leur emploi sous peu.

Surnuméraires

La saignée pourrait être bien plus importante puisque la convention collective du Soleil – qui vient à échéance le 31 décembre – ne permet pas de sabrer les postes permanents avant d’avoir coupé dans les services de journalistes surnuméraires, pigistes et collaborateurs. En suivant cette logique, des dizaines de personnes supplémentaires pourraient perdre leur travail.

L’employeur doit rencontrer au cours des prochaines heures et des prochains jours les syndiqués visés par cette nouvelle directive. Les coupes se feront en fonction de l’ancienneté des individus. Cette réalité a causé une véritable onde de choc chez les employés du Soleil, déclenchant les pleurs autant dans la salle de rédaction que sur le terrain, plus tard en journée.

Pas de commentaire

De son côté, la direction du Soleil a émis un laconique communiqué de sept lignes. «Les médias vivent des années difficiles notamment à cause de la fragmentation des revenus publicitaires. Le Soleil n’échappe pas à cette réalité», peut-on lire. Le président et éditeur du Soleil, Claude Gagnon, n’a pas voulu commenter.

Rappelons qu’au printemps dernier, une vingtaine de personnes près de la retraite ont accepté des indemnités de départ offertes par la direction. Pendant ce temps, Gesca évoquait clairement l’abandon de l’édition papier de ses journaux, pour les intégrer à la plate-forme La Presse +. Jean-François Néron espère que ces récents sacrifices seront les derniers à faire avant que Le Soleil ne passe au numérique.

Par ailleurs, Gesca a aussi annoncé jeudi l’abolition de deux postes dans chacun des quotidiens régionaux Le Quotidien, La Voix de l’Est et Le Droit.

Commentaires