/opinion/blogs
Navigation

Les babines et les bottines

Coup d'oeil sur cet article

LE QUÉBEC S’EST ASSEZ BIEN DÉBROUILLÉ POUR AFFRONTER SES PROBLÈMES, ET TIRER SON ÉPINGLE DU JEU - Benoit Aubin

J’ai commencé à écrire des reportages dans les journaux il y a plus de 40 ans et, vues d’aujourd’hui, les choses allaient beaucoup plus mal pour le Québec dans ce temps- là que maintenant.

Il y a 40 ans, les oies sauvages étaient une espèce menacée; le Québec allait bientôt mourir de faim parce que les terres agricoles étaient bouffées par les banlieues; les truites allaient disparaître des lacs, tuées par les pluies acides.

Selon Mme Lise Payette à l’époque, les Québécois francophones eux-mêmes devraient être en voie de disparition à l’heure qu’il est. Dans ce temps-là, les anglophones ne parlaient pas français. L’anglais était la langue des maîtres, des propriétaires et des patrons - et les immigrants s’anglicisaient à toute vitesse. Le Canada anglais était encore blanc, protestant et francophobe, et, sous les libéraux de Pierre Trudeau, le gouvernement fédéral était devenu ouvertement hostile envers le Québec des séparatistes.

Je n’écris pas ceci par nostalgie: le Québec d’il y a 40 ans avait d’excellentes raisons de se sentir assiégé, et menacé par des forces extérieures et dangereuses.

MAIS, AUJOURD’HUI ? Aujourd’hui, le Québec a changé, sa situation a changé du tout au tout, et le monde aussi. Dans ce temps-là, à la suite du mot du général de Gaulle, se tourner vers la France, et espérer soutien et reconnaissance de la mère patrie était une stratégie sans doute utile. Aujourd’hui, on dit au président de la République que le Québec en a marre de subventionner les études universitaires des jeunes Français - qui émigrent au Québec en masse de toute façon, à la recherche ici de ce qu’ils ne trouvent plus chez eux: de l’espoir, de l’espace social, et des jobs...

Le Québec s’est assez bien débrouillé pour affronter ses problèmes, et tirer son épingle du jeu.

La seule chose qui n’a pas changé, c’est le discours de la gauche national-syndicaliste québécoise. Elle appuie toujours sur les mêmes vieux boutons, dénonçant le «complot» du fédéral qui veut occulter notre histoire en rebaptisant le pont Champlain, la «trahison» de Philippe Couillard qui parle en anglais lors d’une conférence des pays nordiques en Islande, ou le «saccage du Québec» par les libéraux qui veulent équilibrer le budget en coupant dans le gras, l’incompétence et les privilèges. Cela ne marche plus. Les babines de l’opposition ne sont plus du tout là où les bottines des Québécois sont rendues.

INCOMPÉTENCE Les problèmes qui assaillent le Québec en ce moment ne viennent pas de l’extérieur; ils sont de notre propre domaine d’incompétence. Ce n’est pas le Canada qui étouffe l’économie du Québec, mais notre propre gestion – entachée de corruption, de laxisme, dans l’indifférence générale. Nous consommons du pétrole, Cacouna ou pas. Ce n’est pas tant l’anglais qui menace la survie du français en ce moment que l’enseignement déficient qu’on en fait dans nos écoles, et l’usage déplorable qu’on en fait à la radio, ou sur scène, etc.

Au Québec en ce moment, la gauche semble plus nostalgique et pessimiste que le Québécois moyen face à l’avenir, et à sa capacité de s’en sortir.

24 commentaire(s)

Jacques Dubreuil dit :
6 novembre 2014 à 10 h 17 min

Tout le monde il est beau, tout le monde il est fin dans le plusse meilleur pays au monde!!!

Bob dit :
6 novembre 2014 à 10 h 28 min

Peu importe la façon dont individuellement nous voyons la réalité, il faut admettre qu'une période de 40 ans est peu pour observer des changements sociaux en profondeur. Un exemple simple. Proportion de francophones au Canada en 2001 : 24.1%. En 2011 : 22%. L'évolution se fait lentement mais sûrement.

Benny dit :
6 novembre 2014 à 10 h 36 min

Si la situation ne s'est pas autant dégradée ce n'est pas à cause de gens comme vous qui prônez le laisser-aller.

André St-Pierre dit :
6 novembre 2014 à 10 h 39 min

Le parti politique qui parlera et posera des gestes concrets vers le retour de la prospérité, proposera du coup la souveraineté. Les québecois ne suivront pas un modèle de gauche qui nous a conduit au bord de la faillite. La prospérité les intéressera, la création de richesse également. Ce n'est pas en disant non a tous les projets générateurs de bons emplois qu'on créera de la richesse. Les ''nonistes'' ont trop de voix ici chez nous, et ils ne sont pas la majorité. Cacouna ou pas, il y a du pétrole au Québec, et on en consommera encore des tonnes dans les prochaines années. On préférera importer ce pétrole de pays qui traitent nos conjointes, nos soeurs, nos voisines, de putes. Et on sera fiers d'être verts...

Claude Goulet dit :
6 novembre 2014 à 11 h 42 min

Et que vous avez raison. Il suffirait de quelques changements mineurs à la constitution pour que le Québec ne voit plus la nécessité d'assumer les pleins pouvoirs d'un pays. Mais là, ne comptons pas sur le gouvernement de provinciaux actuel pour changer ces choses. Soyons cependant juste, l'évolution du Québec vers une plus grande autonomie est le fruit de la politique. Or depuis une dizaine d'année, la corruption, le glissement de la richesses vers les puissants, est en train de démotiver les Québécois. Et ce n'est pas le gouvernement de propagandistes qui nous dirige présentement qui va à nouveau motiver les Québécois. J'ai vécu la révolution tranquille, j'ai voté pour Lesage en 60, j'ai enseigné 32 ans au primaire et la situation de notre culture se dégrade à un rythme accéléré. Les solutions au manque de culture des Québécois ne seraient pas coûteuses à mettre en œuvre. Le décrochage, la mauvaise qualité du français parlé et écrit, notre méconnaissance de nos origines n'a pas besoin de solutions extraordinaires. Claude Ryan a déjà dit que dans l'enseignement, les solutions modestes sont les meilleures. Mais il faut motiver les professeurs, les rendre fiers de leurs origines, ne pas les brimer continuellement en les infantilisant et en les empêchant de travailler à la promotion de notre nation. Malheureusement, depuis 1984, l'échec de Meach et la farce de Charlottetown, ce n'est plus possible.

Guillaume P. dit :
6 novembre 2014 à 12 h 32 min

Merci M.Aubin

Votre génération a grandit en apprenant à se méfier des patrons et du gouvernement à Ottawa.

Ma génération grandit en apprenant à se méfier des syndicats(surtout ceux de la fonction publique) et du gouvernement à Québec.

Mais ce qui m'agace, c'est que les 4 personnes, parmi les 35 ans et moins, qui sont le plus en vue présentement dans les médias, c'est Mathieu Bock-coté, Gabriel Nadeau-Dubois, Martine Desjardins et Léo Bureau-Blouin.

Qu'est-ce qu'ils ont en commun? Ils sont tous, à divers degré, des hérauts du nationalisme-syndicalisme. Bref, ce sont 4 êtres minables qui ne comprennent absolument rien à la dynamique d'une économie et ils cherchent tous à déresponsabiliser les individus Québécois(Pour Bock-Coté, une critique du Québec provenant du Canada anglais, c'est du Québec-bashing, pis une critique du Québec provenant d'un Québécois, c'est de la haine de soi...)

Les gens de ma génération qui ont les solutions pertinentes aux problèmes de notre époque ne se trouvent pas dans les grands médias, ils sont dans les blogs. Je pense à Minarchiste et Antagoniste.net qui sont au premier plan. Ces deux gars sont des mastodontes intellectuels comparés aux 4 cités plus haut. Ils cherchent à responsabiliser les gens et à leur faire comprendre que dans une économie capitaliste, chaque individu est l'architecte de son avenir et qu'il est vain et contre-productif de chercher à revendiquer la richesse d'autrui.

Autrefois, les Québécois étaient un peuple de travailleurs et d'entrepreneurs. Depuis la Régression Tranquille, nous sommes devenus un peuple de revendicateurs et de gens qui rêvent de devenir fonctionnaire. Il est grand temps de revenir à la sagesse de nos grands-pères.

Tout est dit dans le premier couplet de la chanson Dégénération de Mes aïeux.

Gilles Bousquet dit :
6 novembre 2014 à 12 h 40 min

Le Québec se comporte correctement. Il pensait, à tort ou à raison, que c'était à l'équipe Libéral du doc Couillard, à tenter sa chance pour replacer le Québec dans les surplus budgétaires et ils ont été élus majoritairement. Ça devrait aider pour 4 ans seulement, on espère et on attend, même si ça roule un peu carrément.

En 2018, un autre choix constitutionnel devrait normalement nous être proposé. Nous aurons à décider entre le fédéralisme actuel Libéral, la nationalisme québécois, dans le Canada de la CAQ ou Un Québec, un pays de PKP, probablement.

Marie L. dit :
6 novembre 2014 à 13 h 04 min

Quel bon vent vous ramène ? :-)

Je commençais à faire le deuil de votre présence en ces pages.

Real Nadeau dit :
6 novembre 2014 à 13 h 39 min

Il y a quarante ans, le parti libéral était au pouvoir ; la corruption avait gagné les sphères politiques !

Heureusement, il y a trente-huit ans, le Parti du Québec, le PQ, arrivait au pouvoir pour une ère de changements ; ces années là, qui ont suivi l'avènement du PQ ont été les meilleures pour le Québec ! Protection de Notre Langue, des terres agricoles, des lacs et rivières (ZEC avec fin des privilèges aux plus riches), promotion de l'ingénierie québécoise pour les grands ouvrages hydroélectriques et de l'entrepreneuriat de notre peuple (Québec inc.) Les institutions comme la Caisse de Dépôt et Placement du Québec, Le Fond FTQ et autres institutions poussées par les Parizeau et Landry, de vrais économistes, voués à notre cause, prenaient leur place !

Aujourd'hui, on sort du règne de la corruption avec Charest, on a respiré un moment avec le PQ pour replonger avec le parti libéral !

Je pense que ça allait mieux il y a quarante ans, puisque l'espoir n'était qu'à deux ans de nous !

Libre à nous de se débarrasser à nouveau du parti libéral, de la corruption, et de développer toutes nos compétences ! Pas seulement les compétences restreintes que nous accorde le fédéral, avec des chicanes continuelles, mais toutes nos compétences ; nous sommes meilleurs que ce que les fédéralistes et les libéraux veulent nous faire croire et nous sommes parmi les meilleurs au monde !

Nous sommes à nouveau bien placés pour l'espoir ! Saisissons notre chance le plus tôt possible ! Renvoyons les coupeurs d'espoir, par des bâtisseurs d'un Québec moderne qui contrôle tous ses leviers ! Mon beau Québec, c'est tout ça !|

Merci, Monsieur Aubin, de nous donner l'occasion de débattre de cela par ce biais ; très intéressant ! Vous savez, vous avez raison : ce n'est pas seulement le Canada qui nous étouffe ! Ce sont tous les fédéralistes et autres libéraux de notre Québec qui font le jeu du Canada centralisateur et réducteur !

Hélène Beaulieu dit :
6 novembre 2014 à 13 h 45 min

Bravo! M. Aubin... y a-t-il quelqu'un chez Quebecor pour faire retrouver ses esprits à PKP.

Il est nul en politique. Il n'arrivera jamais à vendre une vision empruntée des pelleteux de nuages!

C'est à se demander si l'amour aveugle.. il devient de plus en plus clair que PKP a laissé son jugement pour "épouser" les idées de grandeur de sa femme.

PKP le mari de Julie devra à son tour entretenir la médiocrité des sujets dans ses médias en exigeant des excuses de quiconque l'étiquettera de ce qualificatif réducteur.

La crise de la cinquantaine, la bipolarité, il y a quelque chose qui ne tourne plus rond dans le cerveau de PKP.. il est en train d'assassiner ses entreprises par ses lubies.

Gilles Bousquet dit :
6 novembre 2014 à 14 h 40 min

À Hélène Beaulieu, que donne à PKP de gagner l'univers en entier, s'il perd son âme qui souhaite faire ( du Québec, un pays ) ?

Real Nadeau dit :
6 novembre 2014 à 15 h 24 min

Quel âge ou quelle maladie a donc Madame Hélène Beaulieu, pour parler ainsi de gens aussi respectable que Madame Julie Snyder, que j'adore, et son conjoint, Monsieur Pierre-Karl Péladeau ?

Je veux rester gentil quand-même !

Nelson dit :
6 novembre 2014 à 15 h 48 min

Hélène, PKP fait partie la bourguesie québécoise française qui profiterait d'un Québec indépendant, qui favoriserait en premier sa propre bourguesie locale......comme font tous les pays du monde......subventions, prêts sans intérêts, fiscalité favorable, achats du gouvernement, contrats publiques, etc

M. Aubin

Gauche = maintien des services publiques et défense des travailleurs et pauvres.

Droite = coupures des services publiques et détériore des conditions des travailleurs et gens ordinaires, en profitant des cliques des profiteurs collusion corruption paradis evasion fiscal trafiqué politique privé.

Mieux la gauche, non??????

Ahh

Le fédéral recule sur changement nom du Pont Champlain

Et

Couillard demande des excuses pour parler juste en anglais à l'étranger.

Deux victoires pour le Peuple quebecois...!!!!!!!

Denis Richard dit :
6 novembre 2014 à 18 h 35 min

Aujourd’hui, le Québec a changé, sa situation a changé du tout au tout,

Pour le mieux ou pour pire ???

il y a une dérive au gouvernement parce qu'on est en train de légaliser des écoles qui ne respectent pas le système scolaire et qui ne respectent pas le fait qu'à l'école on apprend les sciences, les mathématiques, le français», s'est insurgée la députée de Taschereau à l'Assemblée nationale.

Mme Maltais a d'abord pris l'exemple de l'école hassidique Yeshiva Torath Moishe qui enseigne la religion à ses élèves et où les parents se chargent d'enseigner les matières obligatoires du régime pédagogique.

Le ministre de l'Éducation vient de légaliser cette école. «On se fie que le soir, à la maison, des parents qui parlent seulement anglais enseignent le français, que des parents créationnistes enseignent les sciences (...) Ça n'a pas de sens», a tonné Mme Maltais. Le gouvernement libéral a créé un précédent et légalise les écoles illégales, c'est un bar ouvert en éducation pour les extrémisme religieux (...) Est-ce que l'obscurantisme et le sexisme sont maintenant la formation de base dans les écoles du Québec», a demandé Agnès Maltais. https://www.journaldemontreal.com/2014/11/06/bolduc-taxe-de-complaisance

On ne va pas en vant avec les fédéralistes libéraux... Que se soit pour le français, l`intégration et pour l`histoire..

Bert dit :
6 novembre 2014 à 19 h 40 min

Dans le gouvernement Couillard, les bottines ne suivent pas les babines, les 250,000 emplois promis ne sont pas au rendez-vous, si la perte des emplois continue, ce n'est certainement pas les nombreuses coupures de services qui vont améliorer la situation précaire de l'emploi au Québec. Nous avons malheureusement élu un gouvernement de politiciens amateurs, nous allons en payer le prix.

écoeuréDuPLQ dit :
6 novembre 2014 à 19 h 49 min

Nous avons encore 4 ans à faire avec un parti de gnochons corrompus

Hélène Beaulieu dit :
6 novembre 2014 à 20 h 42 min

Réal Nadeau, je dis tout haut ce qu'une majorité de Québécois pensent en ce moment.

Les gens de la région de Québec ont été grossièrement manipulés. Un retour des Nordiques? Aux calendes grecques peut-être? Et à quel coût pour les contribuables? Car PKP a su protéger ses arrières. Pas de Nordiques dans l'amphithéâtre = une perte de 600 mille dollars/par année..

Le saut de PKP en politique avec l'intention de faire un pays est devenu un symbole d'instabilité politique. La LNH n'investira pas dans Québecor si PKP ne vend pas ses actions. On oublie cela!

Les investisseurs ont fui le Québec selon Françoise Bertrand dans le cadre d'une conférence de l'association pétrolière et gazière du Québec il y a deux jours. Aucun média n'a repris les analyses sérieuses et non déformées par les écologistes.

Julie Snyder mérite l'admiration pour son talent de productrice télé indéniable.. PKP mérite notre admiration pour avoir fait de Quebecor ce qu'il est devenu.. jusqu'à maintenant..

On peut lire dans les Affaires.com que suite à l'échec de Québecor à l'international, suite à l'échec avec Sun Média au Canada, Québecor se replie au Québec..

PKP n'a à s'en prendre qu'à lui-même pour la perception qu'il dégage que pour lui l'intérêt général du Québec et celui de Québecor se confondent.

Et surtout tout lui semble permis.. les règles sont pour les autres..

PKP et Julie, à la tête de la République du Québec? Ça ne passe pas la rampe.

Le principe de Peter s'applique ici. Définitivement en politique ils atteignent leur niveau d'incompétence.

Pourquoi gaspiller ainsi le capital de sympathie de toute une vie??

Ils se ridiculisent avec la peoplisation qu'ils font du politique.. créer d'eux une image mythique pour titiller l'émotion, il n'y a vraiment rien de noble dans cette méthode..

C'est pourquoi je pense qu'avant qu'il ne soit trop tard PKP doit retourner là où il est le plus utile, dans ses entreprises..

audrey dépault dit :
6 novembre 2014 à 21 h 37 min

Comme toujours, Mme Beaulieu, vous avez une analyse très lucide de l'aventure du propriétaire de Québécor en politique. M. Lisée avait bien raison. Personne ne conteste l'intelligence de ce dernier, mais il n'est pas toujours très subtil.

C'est vrai que le Québec a bien réussi depuis les dernières décennies. C'est vrai que la péréquation n'a pas nui. La classe moyenne s'est de plus en plus enrichie, meme si elle continue à se plaindre. Mais cela s'est fait en gonflant le déficit. Il faut le réaliser et s'y attaquer si on veut conserver nos acquis. Mais les gouvernemaman qui se sont succédés nous ont tellement gatés qu'on croit que c'est la normalité. Souhaitons que le Gouvernment Couillard trouve le bon plan de match et le conserve contre vents et marées.

Francois dit :
7 novembre 2014 à 0 h 26 min

Il est évident que 50 ans de gouvernements gauchistes successifs au Québec, ça laisse des marques : dette immense, déficit, état lourd et inefficace, taxation élevé, pauvreté, etc. Les seuls vrais gagnants sont les syndicats qui récoltent de sommes énormes par la cotisation obligatoire, déductibles d'impôts, pour financer leurs activités politiques.

Albert dit :
7 novembre 2014 à 6 h 28 min

"Les problèmes qui assaillent le Québec en ce moment ne viennent pas de l’extérieur; ils sont de notre propre domaine d’incompétence"

Voyons donc, si on peut pas blâmer les Anglais, les Conservateurs, Harper, les Américains ou les Martiens ça veut tu dire que finalement les bébés lalas vont être obligés de se regarder dans le miroir....

Gilles Bousquet dit :
7 novembre 2014 à 7 h 26 min

Mme Hélène Beaulieu écrit «PKP et Julie, à la tête de la République du Québec? Ça ne passe pas la rampe »

Pourquoi pas ? Ou dans le langage Libéral très provincial et de sa base électorale : Why not ?

PROULX dit :
7 novembre 2014 à 14 h 35 min

Si j'avais votre plume j'aurais écrit le même texte, vous rejoignez absolument mon opinion sur l'actualité politique du Qc. On nous prend pour des vieilles filles qui s'offusquent de tout qui sort de l'ordinaire, et pouvons-nous encore départager les choses??? En ce qui concerne le français qui pourra nous enfoncer dans la gorge une autre langue sans qu'on s'étouffe quel beau cadeau de pouvoir parler autre chose que le français sans en perdre sa langue, le gouvernement n'emprunte-t-il pas en anglais sur les marchés internationaux et ça ça ne créée pas d'indignation?

Steve Harvey-Fortin dit :
8 novembre 2014 à 21 h 06 min

Si on considère tous les programmes d'aide à l'emploi et au retour aux études du provincial québécois, on s'aperçoit qu'il y a tellement de conditions à remplir que personnes n'y a droit. et il y a beaucoup d'autres domaines ou les québécois se mettent des bâtons dans les roues avec des lois compliquées et des conditions à remplir qui n'en finisse plus.

C'est ce que j'appelle du pessimisme. On donne l'impression qu'il y a de l'aide pour les citoyens mais ce n'est qu'une apparence de sollicitude. À ce stade, mieux vaut parler anglais, étudier en anglais et travailler en anglais.

Nicole M. dit :
14 novembre 2014 à 7 h 27 min

Comme toujours Mme Beaulieu, votre commentaire est d'une justesse....Bravo encore