/slsj
Navigation
Classique, féérique et formateur

Casse-Noisette à l’affiche

JOUR_MARDI_QUEBEC_V7

Coup d'oeil sur cet article

Juste à temps pour Noël, le Prisme culturel est de retour pour une 16e année consécutive avec le spectacle Casse-Noisette, qui tiendra l’affiche du 19 au 21 décem­bre à la salle Michel-Côté d’Alma.

Réalisée au coût de 160 000 $, cette ambitieuse production de l’école de danse régionale réunira sur la même scène, 120 danseurs et une trentaine de musiciens.

«Ça fait deux ans que le c.a. a pris la décision de rassembler les musiciens et les danseurs, côte à côte, sur la scène. C’est certain que c’est plus compliqué, mais ça vaut vraiment la peine», estime la directrice artistique du Prisme culturel, France Proulx.

Avec un décor de sapin qui grandira pour donner un effet fabuleux et réaliste durant le spectacle, la grande nouveauté de cette 16e édition touche plutôt les artistes de cette mégaproduction. «On a de nouveaux studios de répétition à Alma et à Saint-Bruno. Avec cet ajout, nous sommes présents dans trois villes en incluant Saguenay. Nous sommes une école de danse décentralisée», explique Mme Proulx.

Expérience professionnelle

À l’aube de célébrer ses 45 ans d’existence, le Prisme culturel compte 25 professeurs et 950 étudiants de 8 à 64 ans au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Même si le hip-hop et d’autres danses y sont également enseignés, le ballet Casse-Noisette, à l’approche des Fêtes, permet de toucher à autre chose qu’à la formation. «Si un enfant ne fait jamais de scène, mais juste de la formation, cela ne développe pas nécessairement son goût pour la danse. Au Prisme culturel, on est un tremplin pour amener plus loin ceux qui le veulent et qui en ont le potentiel. On démocratise la danse», affirme la directrice artistique.

De la belle visite

Ils sont d’ailleurs nombreux à avoir foulé les planchers de l’école, dont celle qui agit en tant que porte-parole des danseurs cette année, Julie Turcotte. Cette dernière jouera le rôle de la Fée Dragée durant le ballet Casse-Noisette.

«Julie a commencé au Prisme culturel à l’âge de trois ans et ses professeurs ont rapidement décelé son potentiel. À 12 ans, elle est partie étudier à l’École nationale de ballet de Toronto. Elle est ensuite revenue à Montréal pour danser au sein des Grands Ballets canadiens. Cette année, elle est de retour dans la région comme enseignante au Prisme culturel et elle partagera la scène avec les étudiants», indique France Proulx.

Le spectacle Casse-Noisette est un ballet en deux actes et trois tableaux dont la musique a été composée par Tchaïkovski de 1891 à 1892. Bien que le spectacle du Prisme culturel soit fidèle à la musique de son créateur, les scènes ont été adaptées afin de permettre aux plus jeunes d’y participer.

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.