/slsj
Navigation
Théâtre Cri

Vers et rires au menu de Napoléon

JOUR_SPECTACLES_V7
Photo courtoisie Même si Napoléon est une tragédie, le rire est fort présent, dans une poésie qui présente tout un défi d’écriture.

Coup d'oeil sur cet article

Avec sa toute nouvelle création, Napoléon, le Théâtre CRI pousse encore plus loin son audace en proposant une tragédie 100 % québécoise en alexandrins.

«C’est du jamais-vu: une pièce de théâtre québécoise originale en vers alexandrins. Celui qu’il l’a écrite, Martin Giguère, est un auteur exceptionnel dans la région. Il allie à merveille l’humour et la critique sociale. De plus, Napoléon réunit une équipe professionnelle extraordinaire», indique la responsable des communications et comédienne dans ce nouveau projet du Théâtre CRI, Sophie Larouche.

Napoléon raconte l’histoire de Maria et Carlo qui attendent un enfant, mais des problèmes surviendront. Maria entrera donc à l’hôpital et fera la connaissance de plusieurs personnages. Bien qu’elle ne soit pas autobiographique, la pièce du titulaire d’une bourse du Conseil des arts du Canada pour la créer, Martin Giguère, traite d’une problématique qu’il a lui-même bien connue. «C’est une histoire personnelle qui lui est déjà arrivée avec sa femme soit d’avoir un bébé prématuré. Par contre, ce thème est un prétexte pour aborder plusieurs autres sujets tels que l’Internet, la violation de la vie privée, etc.», indique Mme Larouche.

Même s’il s’agit d’une tragédie, le rire est grandement au rendez-vous, toujours selon la responsable des communications du Théâtre CRI. «Il y a beaucoup de jokes dans le texte de Martin. Cependant, plus ça va et plus la tragédie se révèle. Pour ce qui est de la finale, elle choquera et apportera son lot de questionnements sur la société», dit-elle.

Oser l’alexandrin

Comme les maîtres classiques de l’alexandrin Corneille et Racine, Martin Giguère, qui joue également dans sa pièce, a dû respecter des règles strictes durant sa résidence d’écriture pour accoucher de la pièce de théâtre Napoléon, l’été dernier. «C’est tout un défi stimulant pour Martin. Il faut que ça rime et que ça respecte un nombre de syllabes défini. Il faut entre autres, alterner entre les rimes masculines et féminines», explique-t-elle.

En plus de Sophie Larouche et de Martin Giguère, le metteur en scène Christian Ouellet a fait confiance aux cinq comédiens: Élaine Juteau, Éric Chalifour, Bruno Paradis, Josée Gagnon et Guylaine Rivard pour prêter leurs talents dans Napoléon. Cette dernière création du Théâtre CRI ,qui en est à sa 17e production depuis sa fondation en 1997, sera présentée du 26 novembre au 13 décembre, du mercredi au samedi, à la salle Pierrette-Gaudreault de Jonquière.

«On offre la chance aux comédiens d’explorer d’autres formes théâtrales comme la marionnette pour adulte, le cabaret, le jeu masqué, etc. On fait littéralement du théâtre de recherche ici», conclut Sophie Larouche.

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.