/news/currentevents
Navigation
Attentat à la pudeur

Deux frères maristes auraient sévi sur cinq garçons

Réjean Trudel
Josée Hamelin Réjean Trudel

Coup d'oeil sur cet article

Deux frères maristes font face à des accusations d’attentat à la pudeur sur cinq adolescents de moins de 16 ans. Les faits reprochés se seraient produits à St-Hyacinthe entre 1976 et 1983.

Les frères maristes Réjean Trudel, 70 ans, et Daniel Cournoyer, 68 ans, ont comparu ce matin au Palais de justice de Saint-Hyacinthe devant la juge Suzanne Paradis, de la Cour supérieure du Québec.

La plupart des gestes reprochés auraient eu lieu au Patro Lokal, un ancien centre d’hébergement de Saint-Hyacinthe qui venait en aide à des jeunes de milieux défavorisés.

Réjean Trudel aurait fait cinq victimes, entre 1976 et 1983. Quant à Daniel Cournoyer, il s’en serait pris à deux garçons qui avaient 14 et 15 ans entre 1978 et 1981. Deux présumées victimes de Cournoyer auraient également subi des sévices du frère Trudel.

En ce qui concerne une des victimes de Trudel, des événements se seraient aussi produits à Saint-Georges-de-Beauce, Sainte-Cécile-de-Milton et Rawdon.

Me Marie-Josée Corriveau, qui a déposé une demande de recours collectifs contre les frères maristes en septembre, signale que les frères Trudel et Cournoyer sont aussi visés par sa requête qui compte une douzaine de plaignants. Un autre frère mariste, qui n’a pas comparu ce matin, est aussi visé par cette procédure.

Remis en liberté Les frères Trudel et Cournoyer ont été remis en liberté, moyennant une caution de 1000 $. Ils se sont aussi engagés à ne pas se trouver dans des lieux où des personnes de moins de 16 ans sont présentes et à être accompagnés d’un autre adulte en présence de mineurs.

Ils ne doivent pas tenter d’entrer en contact avec les présumés victimes et ne pas quitter le pays.

L’avocat de de Réjean Trudel, Marc-André Gauthier, a mentionné que les conditions auxquelles son client est soumis sont normales dans ce type de dossiers d’agressions sexuelles.

La juge Paradis a souligné aux deux hommes que le fait de briser une seule de ces conditions constituait une nouvelle infraction au Code criminel.

Réjean Trudel a répondu : «Soyez sûre, votre honneur, que je vais les suivre.» En ce qui concerne Daniel Cournoyer, la juge a dû lui demander de dire à voix haute qu’il avait bien compris, puisque il se contentait d’acquiescer de la tête.

Les deux accusés doivent revenir en Cour le 6 février.

Commentaires