/opinion/blogs
Navigation

Les détesteurs

Coup d'oeil sur cet article

Pénible semaine ! Entre la compression des commissions scolaires, la hausse des tarifs en garderies qui ont l’apparence de la plus cynique improvisation et la menace de bâillon du docteur Barrette pour faire passer sa loi inique d’abolition des agences de santé, les temps sont durs pour le travailleur ordinaire. A.k.a celui qui ne fait pas partie des happy few qui gagnent plus de 300,000 dollars par année. On a l’impression d’un gouvernement totalement déconnecté de la réalité des –nouvelles- classes moyennes et pauvres.

 

Il serait franchement idéaliste d’attendre de la compassion de la part d’élus trop contents d’être au ouwernement et peu préoccupés du bien commun. Je vous conseillerais de regarder et d ‘écouter les débats de l’Assemblée nationale une fois de temps en temps. Les mimiques, les rires sous cape, les blagues puériles et les allusions mesquines en disent beaucoup sur les qualités humaines de ceux qui nous gouvernent. Quant à leur réelle compétence, je vous laisse le soin d’en juger les résultats. On ne gouverne pas un état comme une compagnie, une shop ou une banque. Ces messieurs dames super économistes, banquiers, avocates, docteurs et idiotes utiles qui vivent et pratiquent dans leurs tours d’ivoire depuis les débuts de leurs carrières semblent en bonne voie de démanteler le Québec. Aux dépens de tous. En se rangeant sous l’idéologie de l’austérité qui est pourtant un fiasco avéré en Europe.

 

Remarquez, ils ne sont pas les seuls dans notre société à agir de manière arrogante,  à mépriser les plus mal pris et à être incapables de reconnaître la noblesse des idéaux quand elle se présente. Il y a toujours eu une catégorie de commentateurs, d’animateurs, de faiseurs d’opinions dont la marque de commerce est de détester. Et de s’indigner de manière sélective seulement quand leur propre confort est remis en question.

 

Ainsi cette semaine, j’ai été profondément troublée de la manière dont certains détesteurs se sont empressés de disqualifier la démarche de Gabriel Nadeau Dubois. Le jeune auteur-activiste-progressiste-indépendantiste a choisi de remettre l’entièreté des 25,000 dollars de son prix du Gouverneur général pour son essai Tenir tête à un groupe dédié au bien commun de son choix. À ce que je sache GND n'est pas rentier. Au lieu de reconnaître la beauté du geste, on a mis en doute sa bonne foi, la justesse de son engagement, on s’est moqué. On  l’a presque traité de traître à la nation parce qu’il s’agit d’un prix du gouverneur général du Canada pour lequel de toutes façons son éditeur n'aurait jamais du soumettre son livre.  Du grand délire. Tout y est passé ! Coudonc les braves, à qui avez-vous donné dernièrement avec vos gros salaires ? Pour quelle cause vous êtes vous impliqués gratuitement? Qu’avez-vous fait ou dit au nom du bien commun? La question se pose. Il y a des limites à juger de tout sur la base de son propre opportunisme.

 

J’ai aussi entendu les sempiternelles lamentations au sujet du citoyen ordinaire qui est ben tanné de voir des itinérants dans les rues et de se faire quémander des cennes. Qu’il faudrait régler ça au plus sacrant ce problème là ! Sous-entendu, que le gouvernement dépense des millions de nos taxes et de nos impôts pour aider ces sans allure là ! Ça fait mal à entendre. De quel bois ou inconscience crasse, faut-il être fait pour être incapable de reconnaître la souffrance, la détresse, les conséquences de la  maladie mentale, du manque d’amour, de l’abandon de même que, ben oui, l’absence de chance de ses frères humains. Faut-il avoir si peu vécu ou s’être si peu questionné sur le monde comme il est ? Quand on est un privilégié du système sur la seule base de sa grande gueule, on devrait être assez lucide ou humble pour reconnaître son immense chance et se garder un minimum de décence.

Psychologie 101. Les gens qui ne s’aiment pas, paradoxalement, ont tendance à se replier sur leur nombril et à détester ceux qui ne sont pas comme eux. Il se peut que ceci explique cela.

33 commentaire(s)

Denis Lambert dit :
21 novembre 2014 à 8 h 51 min

Entièrement en accord votre écrit. Concernant les itinérants, j'invite les gens à aller visionner la dernière émission des Francs tireurs alors que Dan Bigras et un psychiatre dont je ne me souviens point le nom, décrivent les problèmes , les causes et les solutions concernant les plus que méprisés dans notre société , dite, si humaine.En ce qui a trait Gabriel Dubois, un véritable leader, il demande aux autres de faire ce qu'il dit, mais ,il dit ce qu'il fait.On ne peut en dire autant de nos représentants provinciaux, fédéraux et dans bien des cas municipaux.C'est à se demander si l' intégrité, l'honnêteté et d'être tout simplement vrai font partie de nos valeurs.À regarder la démarche québécoise actuelle, avec les leaders qu'on a élus, j'en doute.

Dominique Dumas dit :
21 novembre 2014 à 8 h 54 min

Comme disent les méchants anglos: "Takes one to know one."

albert bela dit :
21 novembre 2014 à 9 h 00 min

reste à savoir si l internet rend plus haineux ou si ils sont haineux à la base

Jonathan dit :
21 novembre 2014 à 9 h 16 min

Vous résumez assez bien l'un des plus grand problème de l'ère moderne, l'individualisme. Les gens se moquent de plus en plus du bien commun au profit de leur bonheur individuel immédiat. Ce faisant ils oublient une leçon historique importante; que la force d'un groupe cohérent a toujours été supérieure à celle d'une masse d'individus isolés. Rien d'étonnant alors qu'ils s'en prennent perpétuellement aux syndicats et à Gabriel Nadeau-Dubois, qui l'un autant que l'autre ont prouvés que l'on pouvait faire davantage avancer une cause en luttant en groupe de manière cohérente plutôt qu'individuellement comme la plupart des gens le font aujourd'hui. Voilà pourquoi les employés syndiqués gagnent toujours systématiquement plus que les non syndiqués, que les étudiants sont parvenus à freiner la hausse massive de leurs frais de scolarité, pendant que monsieur/madame tout le monde continue de maugréer seul dans son coin qu'il paie trop de taxes pour trop peu de services, sans pouvoir y changer quoi que ce soit.

Christian Montmarquette dit :
21 novembre 2014 à 9 h 34 min

En un mot comme en cent : Bravo!

vertigo dit :
21 novembre 2014 à 9 h 35 min

"Psychologie 101. Les gens qui ne s’aiment pas, paradoxalement, ont tendance à se replier sur leur nombril et à détester ceux qui ne sont pas comme eux. Il se peut que ceci explique cela." Une phrase qui convient particulièrement bien à la gogauche et au PQ. Exemple: la Charte à Drainvide et les "valeurs québécoises", et les propos faussement alarmistes de ceux et celles qui disent "pas dans ma cour" et "touche pas à mes privilèges".

P. Ranger dit :
21 novembre 2014 à 9 h 37 min

Si une famille qui gagne $75,000 par année ($1442.31 par semaine) ne peut pas faire face a une augmentation de $0.66 par jour ($3.30 par semaine) alors enlevez lui sa calculette péquiste et je me charge de leur apprendre les math de base. Il faut vraiment être endoctriné pour prétendre que cela incitera Mme. a rester a la maison.

Mr. Jo dit :
21 novembre 2014 à 9 h 43 min

Bienvenue au Québec. Ce n'est pas pour rien que la séparation du Québec est de moins en moins populaire. Qui a envie de partager un pays avec des frères qui se poignarde a qui mieux mieux.

Michel Danis dit :
21 novembre 2014 à 9 h 57 min

Et vlan dans les dents. Bravo madame !

Gilles Bousquet dit :
21 novembre 2014 à 10 h 03 min

C'est un mal qui me semble mondial. Ça ne l'excuse pas. Les humains ont tendance à dévaloriser d'autres humains pour se valoriser.

Nelson dit :
21 novembre 2014 à 10 h 06 min

Geneviève,

tes frustrations souffrantes m'interpellent, et je ne peut pas m'empêcher d'essayer t'aider à les soulager.

Le Dr David Burns, psychiatre auteur du best seller ''Être bien dans sa peau'', approche cognitif-comportemental très utilisé en thérapie, nous dit que (approximativement) :

'' Tout ce qui sort de la bouche des autres et tout ce que les autres font n'ai rien, absolument rien à voir avec moi.''

Toute la poubelle que tu reçoit quand tu oses écrire tes textes, en te mettant en position de vulnérabilité et de recevoir la colère des frustrés, les réactions idiotes de certains concernant le geste généraux de GND, appartiennent totalement à ceux qui vocifèrent, et n'ont rien à voir avec toi.

Que les mesquins, les déprimés, les écorchés de la vie en besoin d'écorcher les autres, les abuseurs abusés, s'arrangent avec leur troubles. Tout ce qu'ils font ou disent ne m'appartienne absolument pas.

Concernant notre gouvernement , sont des marionnettes des classes dominantes, et selon ce que nous entendons dans la Commission Charbonneau, ils ne sont pas libres de toute soupçon. Au contraire.

Malheureusement la Question Nationale non réglé ne laisse pas de place au Québec à des partis social démocrates proches des intérêts des gens ordinaires et classes moyennes.

La droite économique fédéraliste se perpétue dans le pouvoir......avec l'aide des immigrés et minorités linguistiques que les assurent en partant 50 députés des 63 nécessaires pour avoir la majorité.

Claude Goulet dit :
21 novembre 2014 à 10 h 20 min

Mme St-Germain, vous avez commis un beau texte qui reflète ma pensée et probablement celle de la majorité des Québécois de souche dont la survie à 400 ans de mépris est dû à sa capacité innée d'entraide et de solidarité.

Mr. Roger dit :
21 novembre 2014 à 10 h 20 min

Si vous faites un salaire X et que vos dépenses dépassent votre salaire depuis des années, ce qui vous cause d'être endettés jusqu'aux oreilles, que faites vous? Allez vous continuer de vous endetter et payer de plus en plus d'intérêts sur vos dettes? Ou couper dans vos dépenses pour arrêter l'hémorragie?

C'est ce que le gouvernment fait en ce moment. Je suis d'accord que la classe moyenne est surchargée de taxes et d'impôts - mais ces taxes et impôts existent pour payer les énormes dépenses du gouvernment. Si on réussis à couper le gaspillage et réduire les frais du gouvernment de plusieurs milliards, on pourra réduire les impôts de la classe moyenne pour stimuler l'économie. C'est ce que les gouvernments intelligents et responsables réussissent à accomplir. Et c'est ce que j'espère que le gouvernment Libéral accomplira.

chantal poulin dit :
21 novembre 2014 à 10 h 27 min

Bravo Mme St-Germain! Quel beau texte !

Mon trente-sous dit :
21 novembre 2014 à 11 h 22 min

Je vous applaudis pour vos propos lucides et empreints de compassion à l'égard de ceux qui le méritent amplement. On ne peut juger un autre sans avoir d'abord compris sa situation ou l'avoir vécu soi-même et même là, c'est préférable que le jugement soit constructif et aide au probleme au lieu de lui nuire. Pour le jeune Nadeau, je n'avais pas su, je suis un peu en retard dans mes nouvelles cause panne d'ordinateur, mais lui aussi je l'applaudis, c'est une personne intègre et un veritable leader. Mes petits-enfants grandissent dans cette société et bien qu'ils soient trop jeunes encore pour comprendre, je leur parlerai un jour de Gabriel Nadeau-Dubois comme étant un des grands héros Québecois du 21ième siècle.

roger tremblay dit :
21 novembre 2014 à 11 h 24 min

Tout à fait d'accord avec vous madame Geneviève. Votre passé d'enseignante au BAC laisse encore ses marques et c'est tant mieux.

Eric dit :
21 novembre 2014 à 11 h 27 min

Merci pour cet article. En cette période obscure où le néolibéralisme règne comme pensée unique, ça fait du bien de savoir que l'on est pas seul à avoir un peu d'empathie pour son prochain, voir l'être humain en général.

Vous êtes à des années lumières de celle qui n'en n'est pas une, Sophie Durocher. J'apprécie d'ailleurs grandement la pierre que vous lui relancez.

Eric

Roger Boivin dit :
21 novembre 2014 à 13 h 21 min

Au fait, qu'est-ce qui gouverne les gouvernements ?

Québ-échec dit :
21 novembre 2014 à 13 h 37 min

Bon! La frustrée frappe encore. Oui, elle frappe sur tout ce qui bouge et évidemment, elle est toujours contre tout !!!!

Elle peut bien tenter, elle aussi, de pourfendre la décision du gouvernement...elle qui n'a pas d'enfants et que son égoïsme lui fait préférer les petits animaux!

Faites des enfants d'abord mamm St.Jarmin....et là vous aurez le droit de critiquer. Entretemps, je vous invite à vous fermer le clapet! Period!

Xyste de Verchères dit :
21 novembre 2014 à 14 h 18 min

@ Geneviève St-Germain

Qui dit : «Ainsi cette semaine, j'ai été profondément troublée de la manière dont certains détesteurs se sont empressés de disqualifier la démarche de Gabriel Nadeau Dubois. Le jeune auteur-activiste-progressiste-indépendantiste a choisi de remettre l’entièreté des 25,000 dollars de son prix du Gouverneur général pour son essai Tenir tête à un groupe dédié au bien commun de son choix».

Encore et toujours ce travestissement des faits afin de donner crédibilité à un imposteur.

M. Nadeau Dubois est un marxiste qui endosse les doctrines du collectivisme. Il endosse l'asservissement du citoyen au profit d'un soi-disant «bien commun». Un marxiste est fondamentalement antinationaliste. Il ne peut donc être indépendantiste (si nécessaire mais pas nécessairement) sauf s'il s'agit d'ériger un collectivisme d'État tout azimut. Il est clair également que louanger l'asservissement du citoyen ne peut être considéré comme progressiste. Les doctrines qu'ils embrassent sont contraires à toute forme de liberté du citoyen. Rien de très noble à être activiste pour la servitude humaine.

Et M. Nadeau Dubois ferait tout ceci au nom du soi-disant «bien commun» ? Tout ceci est une chimère. Le «bien commun» est le leurre d'imposteurs qui élèvent l'altruisme comme une religion d'État, et ce, au détriment de la liberté du citoyen.

Comment peut-on raconter autant d'inepties ?

george dit :
21 novembre 2014 à 17 h 39 min

@Québ-échec

et s'applique à vous aussi egalement.

Éric Spérano dit :
21 novembre 2014 à 18 h 53 min

Xyste de Verchères, je t'invite à relire Lénine sur le nationalisme.

Guylaine dit :
21 novembre 2014 à 20 h 26 min

Quel beau texte Mme St-Germain, je suis totalement en accord avec vous. Triste que nous en soyons rendu là.

France H. dit :
21 novembre 2014 à 21 h 29 min

Merci Madame St-Germain. Quelques fois on a besoin de savoir qu'il y a autre chose que des détesteurs dans la société internet. Votre texte en est une preuve.

Arsene66 dit :
22 novembre 2014 à 9 h 41 min

@ Québ-échec: le détestable détesteur

Jacques Languirand a déjà dit quelque chose comme : «On ne communique ni ce que l'on connait ni ce que l'on pense: on communique ce que nous sommes.»

Ce qui saute aux yeux, c'est que vous êtes toute une bibitte...beurk !

@ Geneviève St-Germain

Bravo pour ce texte ! Toujours un plaisir de vous lire.

jacques landry dit :
22 novembre 2014 à 12 h 54 min

Oui bravo, un de plus. L'esprit comptable est tellement omniprésent que c'en est triste à voir. On oublie de vivre avec les autres sans discernement de le situation sociale. C'est pourquoi je déteste le privé dans l'éducation incluant les garderies, pareil pour la santé. On a beau citer le mea-culpa du FMI ou les craintes d'un Pierre Fortin, rien à faire, un mur est dressé entre progressistes et réactionnaires. Une pensée binaire à l'image divine des colonnes du cahier de comptable actif=passifs, la fin justifiant les moyens. Ce qu'ils ne disent pas ou ne savent pas c'est qu'il existe biens des entrées et des sorties qui n'entrent pas dans leur équation simpliste du petit cahier de comptable fait sur mesure pour eux. Il ne faut surtout pas les laisser faire sans rien dire.

Roger Boivin dit :
22 novembre 2014 à 13 h 09 min

@ Éric Spérano qui dit : 21 novembre 2014 à 18 h 53 min

« Xyste de Verchères, je t’invite à relire Lénine sur le nationalisme. »

Je me permets ici de citer le Pape Pie XI dit dans son Encyclique «Mit brennender Sorge» :

« Quiconque élève la race ou le peuple, ou l'État, ou une de ses formes déterminées, les dépositaires du pouvoir ou d'autres éléments fondamentaux de la société humaine.. à la règle suprême de tout, même des valeurs religieuses, et les divinise par un culte idolâtrique, celui-là pervertit et fausse l'ordre des choses créé et voulu par Dieu. »

Lucienne Lehouillier dit :
22 novembre 2014 à 13 h 34 min

Madame, je vous remercie pour ce bel article. Il y a des comportements si déplaisants, si vils qu'il importe de les dénoncer sur la place publique...sur le journal.

Jean-Pierre Matte dit :
22 novembre 2014 à 23 h 55 min

Les gens qui ne sont capables d'aucune élévation de l'esprit ni d'altruisme, sont incapables d'imaginer que quelqu'un d'autre puisse en avoir. Ils ne sont capable de voir qu'une projection d'eux-même. Ce sont ces mêmes gens qui dégueulent sur les autres, plutôt que de sortir de leurs certitudes et de rechercher la vérité. Qui vont défendre bec et ongles les bandits qui les exploitent. On les appelle aussi des larbins. On en voit plusieurs parmi ces commentaires. Des gens qui n'ont d'autre façon de s'exprimer que par leur hargne et leur petitesse. Qui se plaisent à détruire tout soupçon de solidarité. Ces gens sont des traîtres à l'humanité.

Merci de ce texte que j'approuve à 100%.

Réal Sylvain dit :
23 novembre 2014 à 15 h 55 min

Je dis à M.Roger qu'un salaire de 75,000.$ pour une famille de 2 à 3 enfants suffit tout juste à vivre décemment, n'en demandez pas plus........!

Lise dit :
23 novembre 2014 à 17 h 13 min

Bonjour madame St-Germain,

Comme je m'ennuie de vous! J'ai toujours aimé votre façon de commenter ou

Votre façon si pertinente de dire les vraies choses. Je suis tellement d'accord avec

Vous et ce n'est pas la première fois! Au plaisir de vous relire....

Xyste de Verchères dit :
24 novembre 2014 à 13 h 41 min

@ Geneviève St-Germain

Qui dit : «Quant à leur réelle compétence, je vous laisse le soin d'en juger les résultats. On ne gouverne pas un état comme une compagnie, une shop ou une banque».

Les terres privées de la belle province appartiennent de pleins droits à la Couronne ; une entreprise privée de Sa Majesté. L'État est donc une compagnie étatisée qui administre des terres privées où habitent les serfs de Sa Majesté. Pas étonnant, que les sbires de l'État gouvernent les citoyens comme les bêtes d'un cheptel.

Il n'existe pas de «bien commun» et même si les citoyens imaginent qu'ils y contribuent, ils n'en sont pas les propriétaires légaux et ne détiennent aucun titre à cet effet. Les citoyens sont considérés comme de vulgaires serfs et les administrateurs (geôliers) provinciaux et fédéraux les gouvernent comme tels.

Le soi-disant «bien commun» est une chimère. C'est un prétexte à l'État pour légitimer un pouvoir illimité d'usurpation des fruits des labeurs des citoyens, et ce, sans leur consentement. Le seul «bien commun» dont les citoyens sont légalement propriétaire, c'est la dette colossale contractée, à leur insu, par les sbires de Sa Majesté.

C'est une mécanique monétaire qui socialise les dépenses (même les paiements d'intérêts aux banques) et privatise tous les revenus par le biais d'une collusion entre l'État et des cartels oligarchiques financiers, industriels et militaires.

C'est une servitude mécanisée dont le seul dénouement possible est l'austérité perpétuelle.

En ce qui concerne les soi-disant services de l'État, ils ne peuvent être qualifiés de services car l'État les impose aux citoyens. Le citoyen n'a aucun choix de les payer et n'a aucun recours contre la médiocrité des services rendus.

Des usurpateurs, aux services d'intérêts étrangers, ont instauré un régime collectiviste dans la belle province de Sa Majesté. L'austérité croissante en est le résultat inéluctable.

Léonie Jourdain dit :
25 novembre 2014 à 13 h 36 min

À monsieur Ranger, "Si une famille qui gagne $75,000 par année ($1442.31 par semaine) ne peut pas faire face a une augmentation de $0.66 par jour ($3.30 par semaine) alors enlevez lui sa calculette péquiste et je me charge de leur apprendre les math de base. Il faut vraiment être endoctriné pour prétendre que cela incitera Mme. a rester a la maison."

$1442 par semaine avec déductions diverses il ne reste plus que quelques dollars, vous devriez vérifier votre calculette vous-même!