/sports/others
Navigation
Cyclisme

Le cycliste William Goodfellow suspendu pour dopage

William Goodfellow (à gauche).
PERRY NELSON/EDMONTON SUN/ QMI William Goodfellow (à gauche).

Coup d'oeil sur cet article

Un autre cycliste québécois a été suspendu pour deux ans à la suite d’un test antidopage positif à l’EPO effectué au mois d’août dernier.

Le Centre canadien pour l’éthique dans le sport (CEES) a fait l’annonce d’une violation des règles antidopage commise par William Goodfellow, un cycliste de 26 ans de Montréal.

L’analyse d’un échantillon d’urine recueilli le 24 août 2014, soit lors des Championnats québécois sur route, a révélé la présence de clenbutérol et darbépoétine (EPO), deux substances interdites. L’athlète avait terminé au deuxième rang de cette épreuve provinciale.

Indignation

La Fédération québécoise des sports cyclistes (FQSC) est profondément indignée par ce résultat, a indiqué le directeur général Louis Barbeau.

«Ce n’est pas un accident. Ça n’arrive pas dans ton système par hasard. C’est franchement pathétique. Je ne peux pas comprendre que des athlètes puissent tricher pour gagner des courses au Québec. Il ne gagne pas sa vie avec le cyclisme». Cyclisme Canada a également dénoncé ses pratiques.

L’athlète a renoncé à son droit à une audition et a accepté une suspension qui prendra fin le 24 août 2016. Durant cette période, il lui sera interdit de participer à toute compétition, y compris de s’entraîner avec ses coéquipiers.

En 2014, William Goodfellow a évolué principalement sur le circuit nord-américain avec la formation continentale Silber Pro Cycling.

La direction de l’équipe a rompu les liens avec lui en se disant à la fois déçue et attristée. «Les substances interdites auraient été acquises et utilisées en raison de ses propres décisions malavisées.»

Quelques podiums

Selon sa fiche, l’athlète était entraîneur privé. Cette saison, il a cumulé plusieurs podiums sur des courses de niveau amateur comme les Mardis de Lachine ou le Grand Prix de Brossard. Il a participé à certaines épreuves importantes comme le Tour de l’Alberta en septembre dernier. Il avait annoncé sa retraite en 2012 avant de renouer avec le cyclisme.

La darbépoétine est un médicament synthétique similaire à l’érythropoïétine (EPO).

L’érythropoïétine envoie à la moelle osseuse le signal de production des globules rouges qui transportent l’oxygène dans le sang. Les sportifs utilisent parfois le clenbutérol pour brûler les graisseset profiter de son effet anabolisant.

En 2011, trois cyclistes québécois ont été suspendus pour dopage.

Commentaires