/slsj
Navigation
Jonquière

Gaudreault inquiet pour l'hôpital

Le député péquiste a dénoncé le projet de loi 10

Le député de Jonquière
Photo Jean-François Desbiens Le député de Jonquière craint de voir disparaître des services et des soins offerts à l’Hôpital de Jonquière si le projet de loi 10 est adopté.

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs services et soins offerts à l’Hôpital de Jonquière, ainsi que des projets, risquent de dispa­raître si le projet de loi 10 sur la réforme de la santé est adopté.

C’est ce que croient le député péquiste de Jonquière Sylvain Gaudreault et plusieurs représentants syndicaux des employés du CSSS.

Se disant très inquiets, ils ont rencontré la presse hier pour appeler la population du secteur à se mobiliser afin que la mission actuelle soit maintenue.

Si ce n’est pas le cas, avec les pouvoirs que s’est donnés le ministre Gaëtan Barrette estime M. Gaudreault, l’hôpital ne sera pas plus qu’un dispensaire.

L’empereur Barrette

«L’empereur Barrette se trompe de cible avec son projet de loi lance le député. Au lieu de se concentrer sur les vrais besoins, comme les soins à domicile ou l’accès à un médecin, il parle de structure et se donne tous les pouvoirs. Il pourra nommer lui-même les membres du conseil d’administration du futur Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) régional. Dans son projet de loi, que j’ai lu, le mot ministre apparaît 104 fois et jamais le mot patient. C’est très évocateur.»

Et des projets comme celui de la Maison de soins palliatifs Le Chêne ou la rénovation de l’urgence risquent d’écoper aussi à son avis.

«J’ai visité l’urgence durant la campagne électorale et c’est une médecine de guerre. C’est une urgence digne des années 1960 et 1970. C’est la dernière dans la région qui mériterait d’être rénovée. Où va se retrouver ce projet? Tout est stoppé, actuellement.»

Bloc opératoire

Du côté syndical, on craint surtout pour la survie du bloc opératoire à Jonquière, qui se trouve entre Chicouti­mi et Alma. Des jeux de coulisses seraient déjà en cours entre hôpitaux afin de revoir la distribution de l’offre de services à l’intérieur de la région.

La section régionale de l’Association des retraitées et retraités de l’éducation et des autres services publics du Québec (AREQ-CSQ) souligne, quant à elle, que les personnes âgées risquent d’être particulièrement pénalisées par une diminution des soins à domicile.


L’Hôpital de Jonquière en bref
 
Population desservie: 65 000 habitants
 
Nombre d’emplois: 1500
 
Nombre de visites à l’urgence l’an dernier: 30 000
 

 

Commentaires