/news/currentevents
Navigation
Morte en voulant éviter un chevreuil

Son triste décès sauve la vie de cinq personnes

accident auto lac-des-plages PH-Facebook
Photo Facebook

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-JÉRÔME | Marc Boissy se console de la mort de sa sœur survenue dans un accident causé par un chevreuil en pensant qu’elle aura permis de sauver la vie de cinq personnes.

SAINT-JÉRÔME | Marc Boissy se console de la mort de sa sœur survenue dans un accident causé par un chevreuil en pensant qu’elle aura permis de sauver la vie de cinq personnes.

Marie-May Poirier, de Saint-Jérôme, est morte lundi des suites d’un accident de la route survenu samedi soir, en Outaouais. Le conducteur du véhicule dans lequel elle prenait place a tenté d’éviter un chevreuil, manœuvre qui s’est terminée par des tonneaux.

Son petit ami Samuel Cantin, de Saint-Eustache, qui était sur la banquette arrière avec elle, est décédé sous la force de l’impact.

Le corps de la jeune femme de 17 ans a été gardé artificiellement en vie jusqu’à mardi afin de préserver ses organes. Elle allait permettre à cinq personnes de survivre grâce à son cœur, son foie, ses reins et ses intestins.

Son frère Marc Boissy était à ses côtés lors de ses derniers moments.

«C’est irréel d’avoir perdu ma sœur, mais c’est réconfortant de savoir qu’elle a sauvé cinq vies. Ça ne nous la redonne pas, mais, au moins, tout ça ne sera pas arrivé pour rien. Sa générosité se sera poursuivie après sa mort», confie-t-il.

Marc ne conçoit pas encore que «son petit bébé» soit parti. À ses yeux, sa cadette était la pureté en personne, un bonheur sur deux pattes.

Pas de haine

L’homme de 30 ans se souvient encore des moments où il changeait ses couches. Leur grande différence d’âge ne les empêchait pas d’être très proches.

Contrairement à sa mère et sa grand-mère, Marc ne garde pas de haine envers le destin pour la mort de sa sœur.

Il dit avoir compris il y a longtemps que Dieu n’existait pas et que nous n’avions aucun contrôle sur notre vie.

Tout ce qui lui reste maintenant, ce sont des souvenirs qu’il compte chérir pour le reste de sa vie. Et il n’est pas le seul. Des montages photo et vidéo ont été créés sur la page Facebook de la victime. Il y a aussi plein de messages:

«Tu me manques mon petit cœur. Tout me fait penser à toi. J’espère que tu es avec moi et que tu me guides. Je t’aime tellement. Mes journées ne sont plus pareilles», peut-on entre autres lire.

«Son sourire, sa joie de vivre, sa bonne humeur contagieuse... Comment oublier ça? Jamais, je pense», a écrit Marc-André Fournier.

Une page Facebook a été créée pour commémorer sa mémoire et une soirée entre amis se tiendra ce soir à l’Autodrome de Saint-Eustache pour rendre hommage aux deux victimes.

 

Commentaires