/slsj
Navigation

La Fédération des Québécois de souche frappe encore à Saguenay

Des autocollants à caractère xénophobe placardés sur une épicerie africaine

Marcellin Gbazaï.
Photo courtoisie Marcellin Gbazaï.

Coup d'oeil sur cet article

Une dizaine d’autocollants de la Fédération des Québécois de souche ont été apposés dans la vitrine de l’épicerie Mon Afrique au Saguenay, sur la rue Racine dans l’arrondissement de Chicoutimi, durant la nuit de mardi à mercredi, et son propriétaire craint le pire.

Rencontré mercredi midi à son commerce, alors que les policiers ne s’étaient toujours pas déplacés pour l’interroger après sa plainte officielle tôt en matinée, Marcellin Gbazaï s’est dit choqué de l’inaction des autorités et d’avoir été la cible de vandales.

Il a vu les autocollants, sur lesquels on peut lire: 0 % Halal, 0 % Casher, 100 % Québécois, en arrivant très tôt sur les lieux.

«Ce n’est pas la première fois qu’on entend parler de ce groupe, rappelle M. Gbazaï. La première fois, c’était dans un quartier où il n’y a que des immigrants, la seconde à la mosquée, et la troisième fois ils ont essayé de casser ma vitre. C’est la deuxième fois que ça m’arrive, mais je n’ai rien fait.»

Entouré de québécois

Installé depuis plus de trois au centre-ville de Chicoutimi, le commerçant souligne qu’il fait travailler des Québécois, qu’il s’approvisionne auprès de fournisseurs québécois, et que son fils est Québécois.

«Je ne comprends pas. Plus de cinquante pour cent de ma clientèle est québécoise. Je vends des produits halal, mais aussi d’autres produits, afin de servir la communauté. C’est un message qu’ils m’envoient. Ferme ta boutique et pars où tu veux. Je suis découragé, mais je ne me laisserai pas faire.»

Marcellin Gbazaï craint que la situation ne dégénère encore.

«Un moment donné, dit-il, parce que les gens ne font rien, un immigrant va se faire tuer et là, ils vont dire que c’est trop tard. Je suis sûr que ça va aller jusque là. Dans les autres pays, ça a commencé comme ça. Tranquillement. Ils vont aller jusqu’à l’extrême. J’ai peur et je suis découragé.»