/news/health
Navigation

Allergies: guide de survie pour le temps des Fêtes

allergie voyage
Photo josée hamelin Lorsqu’ils voyagent, Josée Labbé et son fils Marc-Antoine prennent de nombreuses précautions pour déjouer les allergies alimentaires.

Coup d'oeil sur cet article

Le temps des Fêtes peut rapidement devenir un cauchemar pour les parents dont les enfants ont des allergies alimentaires. Mais avec une bonne organisation, voyager et festoyer est possible.

«Cette année, je reçois pour les Fêtes alors ce sera moins stressant, confie Josée Labbé. Son fils, Marc-Antoine, est allergique au lait, aux œufs, aux arachides et aux kiwis.

«Dans le temps des Fêtes, on ne peut pas y aller avec le concept du chacun amène un plat parce que c’est trop risqué, explique la mère de Saint-Jean-sur-Richelieu. Même si on sensibilise nos proches, ce ne sont pas eux qui vivent avec un enfant allergique, alors ils sont moins vigilants.»

Voyager, un défi

Elle cuisine beaucoup et achète peu d’aliments préparés. Dans ces circonstances, on pourrait croire que voyager est impossible. Toutefois, selon elle, le défi mérite d’être relevé.

«Lors de nos premiers voyages, on louait un condo en Floride pour pouvoir cuisiner, relate-t-elle. Ensuite, on s’est risqué pour des forfaits tout-inclus et des croisières.»

Chaque fois qu’ils partent, elle amène une lettre écrite en français, en anglais et en espagnol qui explique les allergies de son fils. En avion, elle conseille d’apporter des collations, deux ou trois auto-injecteurs (Épipen) et d’avertir le personnel de bord.

«Une fois, il a mangé des olives, des frites, du Jello et de la viande pendant toutes les vacances», se souvient Mme Labbé. Selon elle, les croisières offrent une meilleure prise en charge, car c’est toujours le même serveur et le même chef. Toutefois, des incidents peuvent quand même arriver et son fils l’a appris en mangeant un sorbet qui contenait des œufs.

Pas de risque zéro

«Il n’y a pas de risque zéro, affirme Dominique Seigneur porte-parole de l’Association québécoise des allergies alimentaires. Toutefois, il ne faut pas s’emmurer chez soi pour autant.»

Au Canada, les 10 principaux allergènes sont identifiés sur les emballages. Aux États-Unis et en Europe, ils sont souvent affichés, mais, ce ne sont pas toujours les mêmes. En Asie, il y a peu ou pas de règlementation.

«Pour les parents d’enfants allergiques, Walt-Disney World offre une certaine paix d’esprit, signale-t-elle. Ils ont même un forfait avec ménage anti-allergènes.» Aux douanes, quand on explique la situation, on peut généralement franchir la frontière avec des collations.

Sur la route, certaines chaînes de restauration rapide peuvent servir de dépanneur parce qu’elles utilisent les mêmes procédés, partout dans le monde.

Parce qu’elles sont en hausse constante, les allergies alimentaires sont prises plus au sérieux qu’avant. Au Québec, elles touchent de 6 à 8 % des enfants et le lait, les œufs, les arachides le soya, le blé sont les plus observés. Chez l’adulte, de 3 à 4 % des Québécois en souffrent.


 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.