/opinion/blogs
Navigation

Faire sortir le pont de Québec de sa noirceur

Faire sortir le pont de Québec de sa noirceur

Coup d'oeil sur cet article

Le tourisme est une industrie majeure au Québec.  Mais pour attirer des touristes il faut impressionner, avoir quelque chose à offrir de différents et renouveler l'offre.  Pour cela, il faut des projets.
 
Un citoyen de Québec, qui savait que je m'intéressais au pont de Québec, m'a envoyée au FM93, la station de radio pour laquelle je travaille le jour, des esquisses du pont éclairé.
 
C'est lui qui les a conçues, bénévolement.  Gui Tremblay rêve de voir ce bijou d'ingénierie briller de tous ses feux.
 
Il n'a pas tort, pourquoi ne pas faire une pierre deux coups?  Le dossier du pont de Québec tout rouillé fait régulièrement la manchette ces temps-ci.  On sait que le fédéral, le provincial et le municipal sont prêts à offrir 100 millions de dollars pour repeindre la structure centenaire, si le CN, qui en est propriétaire, décide d'en faire autant.
 
Mais pourquoi ne pas en profiter pour faire rêver les québécois, leur montrer à quoi pourrait ressembler cette merveille, si en plus d'être repeinte, elle était illuminée.
 
Allez voir, c'est un WOW assuré.  Non seulement le pont serait beau le jour, mais il serait également beau le soir.
 
C'est entre autres ce que les touristes recherchent.  Regardez à Londres, à Paris, il n'y a rien de plus beau que les structures mises en lumière.  Ça crée une ambiance, une signature, ça ne laisse personne indifférent.
 
Je sais qu'une telle expérience a été menée en 2001 et qu'elle n'a pas été concluante puisque les lumières nuisaient à la sécurité maritime, mais la technologie a évolué depuis.  Peut-être qu'avec un système aux lumières DEL, ce serait différent et plus économique.  C'est à voir, mais ne tuons pas tous les projets dans l'œuf avant même de les avoir étudiés.
 
Je comprends très bien que le nerf de la guerre est l'argent, surtout en pleine période d'austérité qui résonne sans cesse dans nos oreilles, mais avec un projet aussi rayonnant, le privé risque de s'investir davantage.
 
Pensez par exemple à Desjardins, qui a son siège social à Lévis.  Mon collègue Gilles Parent soulevait l'idée que cette institution financière puisse investir en donnant sa couleur au pont de Québec.  Ce serait tout un coup de publicité.  Gui Tremblay a d'ailleurs fait une esquisse aux couleurs de Desjardins juste pour s'amuser.  Qui sait, peut-être que cette initiative portera fruit.